Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 14:00

http://2.bp.blogspot.com/_bZBcN_QTrsI/SlNQULHcogI/AAAAAAAAASU/NXHCkVn1A5I/s400/post-21-1242305242.jpg

http://www.dhaferyoussef.com

Origine du Groupe : Tunisia , France
Style : World Music , Alternative , Jazz World , Instrumental
Sortie : 2002

Le défunt présentateur Fiona Talkington de la jonction (BBC) explique comment un jeune musicien tunisien exceptionnel a trouvé sa maison créatrice en Europe.

Une petite ville de bord de la mer en Tunisie dans les années 70. Un garçon marche le long d'une cueillette abandonnée de rivage vers le haut de la chance et des extrémités qu'il trouve le mensonge autour : Un filet pêchant cassé ; quelques bidons jetés de sardine ; rais d'une vieille bicyclette. Son coeur et esprit sont pleins de la musique et il veut jouer. Elle est autant que son père peut faire pour mettre la nourriture sur la table pour Dhafer youssef et ses sept frères et soeurs. Il n'y a pas certainement argent disponible pour des leçons de musique, encore moins pour un instrument. Ainsi Dhafer fait son propre oud, le luth moyen-Oriental traditionnel, en utilisant celui qu'il puisse trouver.

Vous avez seulement obtenu d'écouter la première minute achingly belle ou ainsi de dernière prophétie de Digital d'album de Dhafer Youssef d'entendre comment la passion pour la musique, soutenue dans cette petite ville tunisienne, distillateur vit dessus.

Le jeune Dhafer a fait ce qui a été prévu de lui et a chanté, l'étude à l'école traditionnelle de Coran, mais en même temps, il était la musique d'audition sur la radio - la seule source de divertissement dans cette petite ville. « C'était musique juste. C'est tout que j'ai su » dit que Dhafer youssef « je n'a pas su ce qui était classique ce qui était jazz et ainsi de suite. Musique juste… » Et ainsi, sur son oud fait maison, Dhafer youssef s'est enseigné pour jouer par l'oreille.

Pendant un jour un ami est revenu de ses voyages avec une guitare électrique et un petit jouet une pour son jeune neveu. Dhafer a emprunté le jouet pendant une semaine, en même temps aspirant secrètement à obtenir ses mains sur l'instrument approprié. Par la suite son ami a commencé à le prêter à lui pendant quelques jours à la fois : des « jours quand je n'ai pas dormi, le temps était trop précieux. J'ai juste joué. »

Pendant qu'il commençait à gagner l'argent par le chant aux mariages, il a économisé assez pour acheter son premier « vrai » oud pour l'équivalent de 100 euros. Ceci a été froncé les sourcils dessus par les amis et la famille. « Dieu donné t'une voix, vous doivent chanter. »

Mais Dhafer était tombé amoureux du bruit de l'instrument. C'était le bruit de ses racines, le pays où il est né. « Si j'avais été né en Afrique j'aurais été un batteur. À nouvel York un joueur de sax. Mais je suis né en Tunisie - jeu d'I l'oud. Si j'avais été élevé près d'un piano peut-être j'aurais joué cela, mais réellement je n'ai pas même vu mon premier piano jusqu'à ce que je sois allé à Vienne quand j'avais 19 ans. »

Vienne l'a leurré avec la promesse de l'occasion d'étudier la musique. « J'ai fait n'importe quoi que je pourrais gagner l'argent. J'ai lavé des plats, fenêtres nettoyées, travaillées en tant que serveur italien quoique je n'aie pas été italien. J'ai fait n'importe quoi que je pourrais juste garder aller de musique. Mais je ne pourrais pas encore lire la musique. Je suis allé écouter un bon nombre de musique : jazz, classique, quelque chose. Et j'ai rencontré un hamburger élégant de joueur d'alto qui m'a patiemment aidé à écrire ma musique, et nous jouerions juste ensemble pendant des heures. Alors j'ai rencontré le joueur Jatinder Thakur de tabla qui m'est vraiment entré dans la musique indienne. C'était une GRANDE découverte. Je suis tombé amoureux du bruit. Il a semblé ainsi près à mon âme, et j'ai joué avec lui journalier. Il était au coeur du premier quartet que j'ai joué avec. »

« À Vienne, je travaillais toujours pour survivre. Mais, je dois dire, c'était la période la plus belle de ma vie. Il était venir de rêve vrai : Je faisais ma propre musique, apporter vivant les couleurs dans mon âme, jouant beaucoup de musique de théâtre avec des personnes comme l'accordéoniste Otto Lechner. »

« Alors le long de est venue une occasion étonnante. Le club Porgy et Bess de jazz à Vienne donnerait une carte blanche de musicien pour faire ce qu'elles ont aimé, une nuit par mois pour les douze mois suivants. Un nouveau projet chaque mois. Je pourrais inviter n'importe qui que j'ai voulu jouer avec moi ainsi la pensée juste d'I : « pourquoi pas ? » et demandé tant de personnes m'ai admiré de partout dans le monde : Iva Bittova, Peter Herbert, Renaud Garcia Fons et chrétien Muthspiel par exemple. «

« C'était un succès énorme et j'ai obtenu de faire en neuf mois ce qui pourrait avoir pris dix ans. Je faisais quelque chose complètement différente chaque mois et à chaque gig, les gens monteraient et s'enquerraient de la musique. Parfois, des choses ont été tellement bien assorties aux musiciens qu'une nuit chez Porgy et le Bess n'était pas suffisante et nous entrerions dans le studio pour enregistrer. C'est comment mon premier album, Malak est survenu. »

« Bien, après ce, j'ai pensé que j'irais de nouveau à l'Afrique à la recherche de mes racines, mais après un moment, j'ai estimé que l'Europe était où ma maison était. Ma créativité est en Europe et là où c'est-à-dire, il y a ma maison. Enja a voulu un autre enregistrement de moi et je suis allé à New York pendant un moment et ai enregistré Sufi électrique avec un groupe qui a inclus la personne à la diète Ilg, Markus Stockhausen et Doug Wimbish. »

Le monde commençait à prendre la notification vocals captivants de Dhafer des hauts et l'intensité du jeu et de lui a considéré s'établir à New York.

« Mais alors est venu le 11 septembre et j'ai juste pensé en ce monde préoccupé que je devrais retourner à Paris. »

« J'ai commencé à avoir de plus en plus le contact avec la Norvège et Nils Petter Molvaer m'a invité à jouer avec lui et le chanteur Anneli Drecker. » Ce mener par la suite à son troisième album, prophétie de Digital. Ici, le chant de Dhafer et jeu profondément spirituels devenu incorporé dans le monde scandinave et existentialiste de la musique norvégienne, incorporé dans le jeu d'Eivind Aarset sur la guitare, batteur Rune Arnesen, Bugge Wesseltoft sur les claviers et la personne à la diète Ilg sur la basse, avec le prélèvement du coup de janv. « Amour juste d'I jouant avec des musiciens du nord. Ils sont plus africains que quelques Africains et eux sont une inspiration à moi. »

La bande de Dhafer comprend la crème de la scène électronique du nu-jazz de la Norvège. Eivind Aarset, un des plus bons guitaristes au monde aujourd'hui, est renommé pour les lavages ambiants et les bourdons assaisonnés orientaux qui ont comporté sur le travail de Nils Petter Molvaer, Kjetil Bjornstad et pour sa propre bande, Electronique Noire. Les battements pressants de Rune Arnesen de batteur également comportent dans le travail de Molvaer et ajoutent un distinctif, les drum'n'bass contemporains que la sensibilité teamed habilement avec dans-exigent fortement des grenades sous-marines de bassist Audun Erlien. La ligne est accomplie par le destinataire d'Arve Henriksen de trumpeter d'une de récompenses de l'Europe de lancement du jazz de la Norvège dont le modèle unique du jeu et des vocals de trompette confond des assistances et des musiciens de camarade de même.

« Je suis le seul qui ne parle pas norwégien ! » dit Dhafer, « mais nos gigs ne pas être ensemble au sujet de ce qui se produit pendant une heure sur l'étape. Ce sont les êtres humains simplement grands, et comment nous sommes pendant que les musiciens vient autant du temps où nous dépensons traîner : attendant aux aéroports, voyageant ensemble, étant sur la route, dans un autobus, partageant la bonne nourriture. »


« Le genre de gig que vous avez observée et avez prié ne finiriez jamais, frais avec une telle magie que vous avez su que vous diriez des personnes à son sujet en années de venir. »

par http://www.etoilearabe.com


Tracklist :   
1. Mandakini 05:07
2. Yabay 03:14
3. Electric Sufi 04:56
4. Oil On Water 02:43
5. La Priere De L Absent 06:43
6. Man Of Wool 07:03
7. La Nuit Sacree 06:23
8. Nouba 06:47
9. Farha 05:34
10. Nafha 05:24
11. AL Hallaj 03:18
12. Suraj 06:13
13. Langue Muette 03:33

Total time 66'58

Dhafer Youssef vocal, oud, sounds
Wolfgang Muthspiel guitars
Markus Stockhausen trumpets, flh
Deepak Ram bansuri
Dieter Ilg ac. + el. bass
Doug Wimbish electric bass
Mino Cinelu drums, perc.
Will Calhoun drums, loops
Rodericke Packe ambient sounds

 

mp3

Tell a Friend

Partager cet article

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Jazz World
commenter cet article

commentaires

Search