Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 13:05

When Arthur Conley asked the immortal question 'do you like good music, that sweet soul music', maybe he didn't exactly have the island of Jamaica in mind; nevertheless, the answer from that quarter was a loud and clear 'yes'. The cultural relationship between the USA and Jamaica had been in place long before, from jazz through r & b, and on into the age of soul. A whole generation of singers, players and mcs had grown up in thrall to the sounds of 1960s black America; indeed, in the 1950s Jamaican dancehall music itself had evolved by adapting shuffle-based r&b and boogie, with deejays like Count Machuki freely borrowing slang & lyrics from Harlem journalist Dan Burley's 'Jive' magazine, using that language to introduce and pep up their selections. The link continued through the early 1960s, with singers and vocal groups - Ken Boothe, Slim Smith & the Techniques, the Melodians, Roy Shirley - all engaging in impromptu cutting contests in ghetto locations like Back O Wall, in which the material they sang was drawn from the catalogues of such as the Drifters, Clyde McPhatter, and the ever-present Impressions. When 'soul' replaced 'r & b' in the affections of black American listeners, so rock steady and later, reggae, developed as Jamaican music kept pace with innovations on the US mainland. Through the 1960s, as US soul began increasingly to reflect the social concerns and political aspirations of the black working class, the same phenomenon began to register in Jamaican music. By the end of the 1960s, Jamaica could boast the presence of several singers who equalled in emotional intensity their US cousins, among them such as Ken Boothe, Alton Ellis, John Holt and Delroy Wilson, as well as groups like the Techniques with Slim Smith, Pat Kelly and others. Similarly, instrumentalists like the Meters, Booker T & the MGs and James Brown's band also had their influence on the development of reggae. This compilation celebrates that cultural exchange during the period 1973-1980, emphasising the fact that roots music doesn't have to be overtly Rasta inspired for the message to get across; indeed several of the songs here proved to be as suitable for Jamaican conditions as they were in the USA.
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 15:03
Get this widget | Track details | eSnips Social DNA
Déjà 10 ans de carrière pour les Black Seeds. Le groupe est devenu une figure incontournable de la scène néo-zéolandaise, cumulant les récompenses, les disques d’or et les platines. Leur titre « The Answer », de la compil « Best Seven Vol.2 » du label allemand Sonar Kollektiv, a tourné en boucle sur les ondes de Radio Nova l’été dernier. C’est après une année de création intensive que sort en France de leur troisième album « Into The Dojo » en août 2007, accompagné du retour en tournée des huit membres du groupe. La scène de la Bellevilloise se souvient encore de leur passage en septembre 2007. Dans la même lignée que Fat Freddy’s Drop, leur musique est un mélange de reggae, dub, funk et soul qui fait danser les foules. Pour la première fois, l’écriture des morceaux a été réalisée par tout le groupe, et Daniel Weetman rejoint Barnaby Weir au chant.
permalink

REVIEW CONNECT

Note :
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 19:48
   

Après la première rencontre très réussie entre le chanteur américain Amp Fiddler et les monuments jamaïcains Sly & Robbie, deux nouvelles collaborations viennent enrichir la collection Inspiration Information du label Strut. Né en 1999 à Londres, Strut Records réédite des trésors oubliés des années 1970, du compas au disco italien en passant par la soul des Caraïbes, des vieux mixes de Kid Creole ou ceux du mythique Grandmaster Flash. Inspiration Information repose sur un concept simple : réunir en studio deux univers artistiques, l’un installé, incontournable, et l’autre plus jeune, encore peu connu. Puis observer ce qu’il se passe…

La première des deux nouvelles galettes à paraître confronte l’exceptionnelle voix du Jamaïcain Horace Andy à l’électronique fantaisiste de l’Anglais Ashley Beedle. Dj acide house, remixeur acharné, élevé aux sound systems londoniens des années 1980, il fait ses classes avec les groupes X-Press 2 ou Black Science Orchestra. Leur rencontre donne naissance à des dubs aux sons improbables, des rythmiques électroniques soutenues sur lesquelles Horace Andy pose son flow légendaire. Un heureux accident qui pourra peut-être diviser sur la reprise d’Angie des Stones, mais procure une bonne bouffée d’air frais.

 


Note :
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 12:00




Echo Minott, de son vrai nom Noel Philipps, est né en 1963 et a grandi dans le quartier Maverley de Kingston, Jamaïque. Il commença à chanter dès son plus jeune âge, apparaissant dans des compétitions entre talents locaux et lors de concerts à l’école. Sa carrière démarra en 1981 quand il enregistra l’album « Youthman Vibration » pour le légendaire producteur Prince Jammy à l’âge de 17 ans. Cet album ne fut pas commercialisé en Jamaïque et apparu sur le label Starlight basé à Londres, Royaume-Uni. Il enregistra aussi un album obscur sous son propre nom Noel Phillips. En 1982, il enregistra « Emilio Bimbo » avec Prince Hammer, qui prit en charge sa carrière sur son propre label Berris. Avec le producteur Jack Scorpio, il enregistra « Lazy Body », un titre précurseur dans la période Digitale, par le rythme composé par un beat machine, considéré par les puristes comme sacré. En 1983, il enregistra la tune « Ten Miles » pour son cousin, producteur Errol Marshall, première tune à être produite sous le nom Echo Minott. Ensuite, il enregistra son premier hit au Royaume-Uni « Man in Love » (Oak Sound) pour Dillinger et un album « Echo Minott meets Sly & Robbie » (Jam-Can) pour le célèbre producteur Georges Phang. Quatre de ces morceaux furent plus tard réédités sur un album intitulé « Echo Minott meets Frankie Paul » (Powerhouse) sorti en 1987. Du fait d’une forte popularité en tant que chanteur Dancehall, Echo commença à enregistrer pour beaucoup d’autres producteurs et réalisa son premier hit jamaïcain (single 7’’) avec le morceau « Love Problems » produit par Joe Gibbs. Il enchaîna sur un autre hit, « Farmer Man » pour le label de Henry « Junjo » Lawes, Volcano Records. En 1985, Echo Minott devint finalement une star internationale de Reggae avec l’énorme tube « Lazy Body », sorti sur le label Black Scorpio. Cette chanson fut numéro 1 reggae dans le monde entier et déboucha sur un album complet regroupant les différentes versions. Cette production est suivie par l’album « Rock and Calypso » pour le producteur Harry J, contenant les tubes « Lazy Body », «Rock and Calypso » et le puisant « Uncle Sam Country », qui raconte ses exploits lors de son séjour aux Etats-Unis. A cette époque, Echo était membre régulier de deux des sound systems les plus en vue Black Scorpio et King Jammy’s. C’est avec ce dernier que Echo produira ses prochains hits « Original Fat Thing » et « Put Your Hands Pon The Key » qui furent tous deux d’énormes tubes sur le nouveau et révolutionnaire riddim Sleng Teng. Des centaines des versions ont été enregistrées depuis l’apparition de ce riddim mais la version originale de Jammy’s reste définitivement celle avec les classiques de Wayne Smith, Tenor Saw, Jonnhy Osbourne et Tonto Irie. La popularité de Echo Minott s’est accrue lorsqu’il créa en 1986 ‘What the Hell the Police Can Do », sur le label Jammy’s, une référence à la réticence des forces de sécurité. Ce morceau fut de nouveau un hit atteignant le sommet des Jamaican Charts pendant trois mois consécutifs. Ce morceau fut précurseur, étant le premier à utiliser le rythme raggamuffin du Dancehall actuel et fut un morceau extrêmement controversé qui inspira de nombreuses versions tel que le hit « Babylon Boops » par Lovindeer. Cela amena Echo à enregistrer la seconde partie de ses propres productions dont « Me and My Girl Gone Back » qui fut aussi un tube international de reggae dancehall. King Jammy’s enchaîna ces tubes avec l’album « What The Hell » et aussi l’autre grand hit « Emmanuel Road », qui repris une chanson de vieux folk jamaïcain sur un rythme dancehall. De nombreux autres hits comme « Mr Ruddy » (Witty), « Follow Me » (Music Master), « Been Around The World » (Jammys), “Whip appeal” (Black Scorpio) et “Article Don” (Two Friends), assureront à Echo de rester un nom incontournable au sein de la scène reggae à la fin des années 80, début des années 90. En 1992, Echo quitta la Jamaïque pour s’installer à New York où il eu immédiatement un énorme hit international numéro 1 avec « Murder Weapon » (Signet) sur une version du rythme de Shaggy « Oh Carolina ». Quand l’explosion de la Jungle débarqua au Royaume-Uni en 1993/1994, Murder Weapon fut revisité dans un nouveau style et devint encore une fois un immense hit. De retour en Jamaïque en 1994, Echo eu de nombreux hits Dancehall avec des chansons comme « I Am Back », une nouvelle fois pour Jammy’s et « Sensitive » pour Mafia and Fluxy. Ensuite, il se retira du ‘reggae business’ pendant quelques années. Aujourd’hui, célébrant plus de 20 années de carrière comme artiste de reggae à succès, Echo a acquis un véritable statut de vétéran. Il s’associa avec The Rootsman pour enregistrer une sélection de Special Dub Plates en 2000 qui les amena à faire des tournées en Allemagne, Italie et Pays-Bas. En Mars 2002, il visita finalement le studio Third Eyes pour enregistrer de nouveaux morceaux produits par Rootsman. Trois morceaux – « How Could I », « Oh Jah » et le Dancehall ‘Anthem’ « Sharpshooter » (sur une version roots maison revisitée du Sleng Teng) sont le fruit de ces sessions qui sortiront sur Third Eyes Music par la suite. L’année 2005 est l’année de son retour médiatisé en Jamaïque et en Europe, avec la sortie de son album ‘Roots of Dancehall’ sur le label MAGUARI Productions et une tournée avec un des plus gros sounds européens, Soul Stereo. Il prévoit aussi des rééditions de oldies et de nouveaux morceaux, toujours en collaboration avec François ‘Djanko’, à découvrir prochainement sur le label NEW DIMENSION/MAGUARI Productions .
Biographie par : Official
permalink



Note :
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 12:00


Record date : 1978-79

Playlist :
Standing Firm
The Black ''spy''
Silver & Gold
Straight To Cuddley's Chest
Ital Light
Laughing Babylon
Wanted
Copper Bullet
Healing Of The Nation
Joshua ''a'' Loaf
I've Got The Handle
Wariera Hill Rock
Peace Treaty Special
Pass The Pipe
Sinners
Smg Skank
Bionic Skank
Badness Never Pay

Engineer : Maxie & Sylvan Morris & Errol Thompson

Producer : Tommy Cowan

Vocals : Jacob Miller
Backing Band : Fatman Riddim Section
Drums : Calvin McKenzie & Sly Dunbar
Bass : Ian Lewis & Robbie Shakespeare
Rhythm Guitar : Roger Lewis
Lead Guitar : Chinna
Keyboards : Charles Farquharson & Touter Harvey
Saxophone : Jah Devon




Note :
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 19:00
 


 

 

 

 

 

 

 


Note :

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 12:00
 



Rien à dire !
Culte , monstrueux album !
Peace !
by DJ Demonangel


Record date : 1978

Album style : roots, group vocal

Playlist :
The Same Song (Extended Version)
Weep And Mourn
Walk The Streets Of Glory
Ball Of Fire
I'll Go Through
Why Worry
Lift Up Your Conscience
Prophet Has Arise
Jah Time Has Come
Licks And Kicks
Crisis (Discomix) *
The Same Song (12" Version) *
Weep And Mourn (12" Version) *
Crisis Dub *

Engineer : Maxie & Paul Davidson

Producer : Tommy Cowan

Vocals : Israel Vibration
Backing Vocals : Israel Vibration
Backing Band : The Roots Radics
Drums : Calvin McKenzie & Sly Dunbar & Max Edwards
Bass : Robbie Shakespeare & Fully Fullwood & Mikey Ras Starr
Organ : Michael Chung & Ansel Collins & Bubbler
Piano : Augustus Pablo & Robert Lynn & Michael Chung
Trombone : Nambo Robinson
Saxophone : Dean Fraser
Percussions : Sky Juice & Sidney Wolf

Studios :
Recording : Channel One (Kingston, JA) & Concert Recording (Kingston, JA)

permalink



Note :
Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 18:00




Le jour où j’ai écouté cet album m’ai venu à l’esprit l’éternel soucis de classification qu’ont les mélomanes avec la musique. Surtout avec le rock ! Mais avec le reggae, pour les non-initiés, c’est simple, il n’y en a pas, ou bien si, il y a Bob et les autres, les autres étant ce qu’ils ne connaissent pas ou peu. Pour les initiés, il y a bien de grands mouvements : dub, roots, ska, rocksteady, etc…mais retour au problème : c’est encore une bien faible classification ! Quand j’ai entendu ce CD, je me suis dit : " bah ca, ca va être coton à classer ! " Alors, pour vous, j’invente une nouvelle classification : LE SUPER MEGA ROOTS ! ! ! Effet spliff garanti, relaxation instantanée. Et c’est beau ! Edité en 78, c’est l’un des premiers albums de Pablo. Son style est simple, dégagé de toute " complication " musicale, ça coule, c’est cool ! D’ailleurs, la justesse de sa voix ou des instruments voire parfois le rythme ne sont pas une priorité, une dissonance qui pourra gêner certains sur la première écoute, avant de céder sous l’harmonie qui en ressort malgré tout, cette harmonie balancée entre la lourdeur de la basse / batterie et la légèreté d’une flûte traversière intermittente, d’un couple guitare / orgue typique années 70 et de Pablo. Sa voix manque de pureté mais il sait lui donner l’intonation adéquate, créant ainsi avec les instruments un ensemble légèrement dissonant. L’adéquation suit le ton de ses paroles Yodesque (de Yoda, personnage de Star Wars, signifiant inversement de la place des mots), qui véhiculent des messages sur le rastafarisme (parfois même critiques : " Be not a dread "), sur les guettos (" Blood Money ") mais très peu pour l’amour. Les hits de l’album sont incontestablement " I Man a Grasshopper " mixé par Lee " Scratch " Perry, et " We should be in Angola ". En gros c’est une harmonie rustique, presque volontairement rustique, partant dans des contrées inexplorées de structures simples puisque Reggaes (n’en déplaisent aux passionnés, il faut dire ce qui est !), celles qui sortent des sentiers battus tout en gardant cette marque de fabrique qui fait qu’on s’y complait et qu’on l’adopte. Attention : si cet album a un charme indéfinissable, il n’en est (malheureusement) pas de même pour ses autres albums ; je vous conseille donc de découvrir Pablo avec celui-ci. Le moment idéal pour écouter cet album, c’est quand on a besoin de calme, en voiture ou le lendemain d’une orgie festive par exemple. Alors la musique vient éradiquer chaque parcelle de violence dans l’atmosphère, elle s’immisce dans vos pensées et vous repose en vous laissant dans la tête des airs simples mais abstraits, beaux mais disgracieux, un reggae différent !
Tinou
permalink

DISCOGRAPHIE

 

 

Note :
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 20:24






"Quoi déjà un nouveau Junior Cony ?!?s'écria l'infratunien ébahi.
- Eh bien oui, mon brave, lui répondit le gentil chroniqueur.
- Mais comment fait-il pour avoir autant d'idées le bougre ?!?
- Voyez-vous, il convoque ces deux chanteurs qui l'accompagnent en sound-system (Shanti D et Mister Irie) et il leur demande de poser leurs somptueuses voix sur des riddims déjà entendus sur son précédent album. Le résultat est de nouveau très roots et très dansant à la fois.
- Donc ce n'est pas vraiment un nouvel album ? C'est juste une version chantée du précédent.
- Non alors là vous vous trompez complètement mon cher. Certes, certains riddims sont connus (Originally) mais les voix (notamment celle de Shanti D) les transfigurent totalement et le sieur Cony nous offre ainsi des morceaux somptueux (écoutez Meditation, No More a Dat ou Pay Back ). Pour tout vous dire, il va même jusqu'à nous gratifier d'un riddim proche du ragga pour les deux derniers titres (War et sa version dub Final War) !
- Comment ? Mais vous plaisantez monsieur le chroniqueur, cet album a l'air tout simplement fantastique. Il faut que j'aille de ce pas chez mon disquaire pour l'acheter !
- Oui, vous feriez bien, car sinon vous passeriez à côté du meilleur album de dub français jamais sorti.
- Merci encore.
- De rien mon brave, c'est mon métier !"
Chroniqué par Tibo
permalink

Note :

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 20:24




Ever since he burst on the reggae scene back in the early eighties with Trouble Me A Trouble Yuh and World A Music and the classic Showcase album Ini Kamoze has forged his own trail through reggae music as a complete original. Never one to flood the market with releases, his singles are always eagerly anticipated and he rarely if ever misses the mark. His profile was given a boost a couple of years ago when Damien Marley sampled his voice and used the riddim to World A Music for his international smash Welcome To Jamrock. Kamoze himself issued the excellent My Girl, included here alongside next singles R.A.W. featuring Sizzla and the binghi chant Rasta Nation Now, and now he’s delivered this excellent album. On a first listen, apart from the aforementioned singles, tracks such as Isgonbehot, Jailhouse, Control, on a new cut to the old Gatherer’s Lee Perry classic Words Of My Mouth riddim, Battlefront Warrior, a worthwhile cover of his old Xterminator side Hardware and Out Of Jamaica, all sound like classic Kamoze. Recorded at Harmony House and mixed at Big Yard by Shane Brown, 51 50 Rule is a treat for fans and should be investigated by anyone who can appreciate an original talent whose way with words remains unique.
permalink

Note :

Partager cet article
Repost0