Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 11:30

http://dreadinababylon.com/images/Cedric%20Im%20Brooks%20-%201978%20-%20United%20Africa.jpg

 Note :

http://www.myspace.com/cedricimbrooks

http://www.skatalites.com

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae World

Sortie : 1978

Tracklist :
1-Satta-Masa-Ganna
2-United Africa
3-African Medley
4-Silent Force
5-River Jordan
6-Praises
7-Elehreh


Piano - Harold Butler
Organ - Leslie Butler
Guitar - Ernest Ranglin, Lennox Gordon
Bass - Tony Allen, Boris Gardiner
Horns,trumpet - Jackie Willacy, David Madden, Arnold Brakenridge, Vivian Hall
Trombone - Joe McCormak, Calvin Cameron, Al Anmad
Clarinet - Maxime Mitchell
Soprano sax - Dean Fraiser
Alto Sax - Gerrard Salmon
Tenor sax - Cedric "Im" Brooks
Voices - Aston Russell, Gilbert Golding, Austin Ricketts, Tony Allen, Cedric Brooks, Sandra Brooks, Paulette Chambers, Marcia Bailey, Joan Francis
Drums & percussion:
Repeater - Joel Crawville, Cedric Brooks
Funde - Austin Ricketts, Shaw, Taff, Charley, George Clarke
Bass - Aston Russell, Lloyd Barnes, Desmond Jones
percussion - Beres Hammond, Alvin Haughton, Lloyd Barnes, Gilbert Golding
Traps - Calvin McKenzie, Nelson Miller

executive producer : Lloyd Chin-Loy
recorded at Aquarius Studio  

00000000000000DOWNLOAD

From Wikipedia :
Cedric Brooks, surnommé "Im", est un saxophoniste jamaïcain  né en 1943 à Kingston.

Il passe son enfance en cotoyant le trompettiste Baba Brooks et commença à apprendre la musique. À l'age de huit ans, il va à l’Alpha Boys' School, et se met à l’apprentissage de la clarinette, et du saxophone ténor qui deviendra son instrument de prédilection. Il s'associe avec David Madden en 1968 et forme The Mystics; il enregistre So long rastafari calling avec Count Ossie, et rejoint The Mystic Revelation of Rastafari en 1974.


Plus tard, il forme "The light of Saba" et sort Cedric Im Brooks & The Light Of Saba.


Lié au célèbre Studio One, il est imprégné de tous les courants qui cohabitent aux Caraïbes : mento, rocksteady, free jazz, calypso, funk et nyabinghi. The Light of Saba est l'un des flambeaux du métissage musical afro-caribéen. Cet album est un chapitre de l'histoire musicale de la Jamaïque. Un jazz tirant parfois vers l'afrobeat cher à Fela ou mâtiné tantôt de calypso, de percussions latines, de rhumba et même de disco, parfois de funk, le tout posant les bases de cette musique qu'est le reggae. Il a maintenant rejoint les Skatalites. Sa vision profondément mystique de la musique en fait un musicien incontournable de l'histoire de la musique jamaïcaine.

[modifier] Liens externes

    * Discographie sur Roots Archives
Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 17:00

http://www.culturareggae.com/images/albuns/pioneers_pusher_man.jpg

Note :

http://www.pioneersreggaegroup.com

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Early Reggae

Sortie : 1978

Tracklist :

01* Bust Them Shut
02* Pusher Man
03* Riot In A Notting Hill
04* Ohoi
05* Tears On My Pillow
06* Bad To Worse
07* Ahuma
08* Feeling High
09* The Ghetto
10* Goodnight My Love
11* Sabotage
12* Them A Wolf

00000000000000DOWNLOAD

Trio phare du early reggae, The Pionners débarquent dès les années 60, dés l'apparition du genre. Trio de chanteurs harmonique, le son de cet album des Pioneers est celui de leur seconde période, celle du succès et de l'Angleterre. Malgré tout aucun doute à avoir sur l'intérêt de posséder tel album. Les mélodies et rythmiques sont catchy, entraînantes et entêtantes a souhait. Faite comme moi écouté cet album pour la pochette et découvrez un des groupes les plus injustement passé à la trappes du Reggae

Par Remo
permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 14:00

http://3.bp.blogspot.com/_cg5Iv-VZeLI/S3VpDSduFUI/AAAAAAAACf0/wSv9hHtWHwA/s400/robert+french+meets+anthony+johnson+-+front.jpg

Note :

origine du Groupe : Jamaica , U.K

Style : Reggae , Dub

Sortie : 1982

Tracklist :
a1 - Anthony Johnson - Sitting In The Park
a2 - The Roots Radics - Park Dub
a3 - Anthony Johnson - Know Yourself Mankind
a4 - The Roots Radics - Mankind Dub
a5 - Anthony Johnson - I Want To Hold You
a6 - The Roots Radics - Hold You Dub
b1 - Robert Ffrench - Stop Spread Rumour
b2 - The Roots Radics - Rumour Dub
b3 - Robert Ffrench - Number One Lover
b4 - The Roots Radics - Lover Dub
b5 - Robert Ffrench - No War
b6 - The Roots Radics - War Dub


Producer : Jah Thomas
Backing : The Roots Radics

00000000000000DOWNLOAD


Jamaican and U.K. favorite Robert Ffrench was one of those dancehall singers who emerged in the first half of the eighties. In 1989 he reached platinum status in England with his monster hit "Bun And Cheese". Robert Ffrench is not only a very talented songwriter, singer and performer, but a producer as well, having worked with such heavy-hitters as Buju Banton, Pliers and Courtney Melody. Discography 1985 * The Favourite * Wondering 1986

permalink

 

INTERVIEW Anthony Johnson

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:30

http://2.bp.blogspot.com/_SuF20p9BiFI/R0TvZ0wET7I/AAAAAAAABD8/6DkW8pMgGo0/s320/Jerry%2BJones%2B-%2BLP%2Bfront.jpg

Note :

Origine du Groupe : North America / Jamaica

Style : Reggae Irie Roots

Sortie : 1970

Tracklist :
A1 - Common People
A2 - There's A Chance For Me
A3 - Honey Come Back
A4 - Compared To What
A5 - Oh Me Oh My
A6 - Let It Be
B1 - Freedom Train
B2 - All In The Game
B3 - Trying Times
B4 - Hold On
B5 - I Found That Someone
B6 - If I Only Had Time

00000000000000DOWNLOAD

erry Jones at the Kingston Hotel is a rare 1971 Studio One release that documents the permeable boundary between American and Jamaican music in the late 1960's. The PK / Blood And Fire compilation Darker Than Blue: Soul from Jamdown (1973-1980) picks up the story slightly later, focusing on Jamaican versions of American funk songs and taking us up to the beginning of hip hop with the inclusion of Welton Irie's Hotter Reggae Music.

Jerry Jones at the Kingston Hotel reflects a slightly older connection between late 1960's Soul music and Jamaican Ska. However, the inclusion of such tracks like the classic Les McCann penned "Compared to What?" suggests the strength of the musical tributaries linking hip hop, jazz funk, soul and Jamaican music of all kinds.

Frustratingly, there is relatively little information out there about this gem of a record. While it has apparently never been re-released, some of the tracks have appeared on compilations like Studio One Soul (Soul Jazz) and Feel Like Jumping: The Best of Studio One Women (Rounder).

There is also some confusing information out there as well. For example, roots-archives.com says that Jerry Jones at the Kingston Hotel was the alternate title of "Compared to what?" (pictured above) which they list as Studio 1 LP #SOLP 9019. They list the catalog number for Jerry Jones at the Kingston Hotel (the record I saw) as Bamboo LP #BDLPS213 1971. But this information does not match the title and catalog number of the record Magnus showed me which was Jerry Jones at the Kingston Hotel, Studio 1 LP #SOLP 9019 and had a picture of Jerry at the said hotel (as described below).

The best information I was able to find about the record appears in the liner notes of Feel Like Jumping (reposted here c/o niceup.com).

Jerry Jones was an American singer who had come to Jamaica to perform at a show produced by Alty East at the Regal Theater. Mr. Dodd was one of the audience members. Jerry originally hailed from Birmingham, Alabama and moved to Canton, Ohio where she performed at amateur talent shows. She started performing throughout Ohio, Pennsylvania, New York State and as far north as Toronto and Montreal, appearing with top Motown and soul stars. In the mid sixties she moved to Miami where one of her bookings brought her to Jamaica. After Mr. Dodd saw her at the Regal, he invited her to record for Studio One, releasing a number of singles and the Jerry Jones at the Hotel Kingston album. The Hotel Kingston was located on Half Way Tree Road across from the Jamaica Telephone Company and now houses some government offices. Mr. Dodd and Alty East produced a series of shows for Jerry that were held at the hotel and which led to the title of the album, but the songs were all recorded at the studio on Brentford Road. "Compared to What" (1970) was a cover of the Les McCann and Eddie Harris collaboration that was a hit off the 1969 Swiss Movement album done for Atlantic. Jerry Jones had other Studio One releases like "Still Waters" (1970) and "Honey Come Back" (1971) that were also quite popular when released.

Other than this plurb, there is relatively little information out there on this record or on Jerry Jones herself. She appears to have been a member of the Philly soul group Brenda and the Tabulations but other than that, it is hard to find any other information about Jerry Jones on the web. Any info about her and or this record would be greatly appreciated.

By Pace
permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 14:00

http://reggaemani.files.wordpress.com/2010/04/junior_kelly_red_pond_album.jpg

Note : +

http://www.juniorkelly.net

http://www.myspace.com/juniorkelly

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae Dancehall , Nu Roots

Sortie : 2010

Tracklist :

1. Celebrate Life
2. Nuthin’ Wrong With The World
3. My African Child
4. She’s Gone feat. Lukie D
5. Murderer
6. Waan Lef’ De Ghetto
7. Stumbling Blocks
8. How Better Ah Go Home
9. Believe In Yourself
10. Slackness
11. Real Love
12. Papa’s Song feat. Ras Shiloh
13. Too Late feat. Queen Ifrica
14. Treacherous Waters
15. One Bright Day. Celebrate Life

00000000000000DOWNLOAD


Junior Kelly, artiste prolifique, nous faisait languir depuis 2005, année de sortie de son dernier album Tough Life (on n’oublie pas le Live in San Fransisco de 2006 et le Greatest Hits de 2008.) Nos souhaits ont donc été exaucés avec ce nouvel opus intitulé Red Pond. Backé par le Fire House Crew, qui accompagnait Sizzla  sur sa tournée européenne 2009, Junior s’est aussi entouré de Lukie D, Ras Shiloh et l’incontournable Queen Ifrica pour trois featuring alléchant. Nous étions donc en droit d’attendre du bon son. Le jamaïcain a bien pris le temps de murir cet album, et cela ce sent au moment de l’écoute. Il nous propose 15 titres aux influences diverses, tout en gardant une harmonie qui fera incontestablement de cet album une des références de l’année 2010.

Dès le début, le ton est donné avec deux big tunes, « Celebrate Life » et « Nuthin’ Wrong With The World », qui s’inscrivent dans la lignée de ses meilleurs sons Nu Roots. L’album se déroule ensuite, enchainant parfaitement des titres dancehall comme « Murderer » et d’autres beaucoup plus roots comme « Stumbling Blocks ». Un bon tiers de l’album est consacré au thème de l’amour et c’est là que l’on retrouve le flow hip-hop de Lukie D sur « She’s Gone » et la belle Queen Ifrica sur « Too Late ». Continuant dans la même veine, Junior s’associe à Ras Shiloh pour la vibrante ballade « Papa’s Song », en hommage à son père et à sa famille. Presque aussi à l’aise que Sizzla sur les productions de George « Dusty » Miller, « Waan Lef’ The Ghetto » est un exemple du mélange entre ses influences roots pour les lyrics et dancehall pour la prod.

Dans l’ensemble Red Pond est donc un bon album Nu Roots, qui sans atteindre la qualité de Love os Nice n'en reste pas moins homogène en termes de qualité des titres, et qui en fera vibrer plus d’un ! Junior Kelly est bel et bien là et il faut toujours compter avec lui.

Par Clément Chauveau
permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:00

http://dreadinababylon.com/images/Michigan%20&%20Smiley%20-%201978%20-%20Rub%20a%20Dub%20Style.jpg

Note : ++

http://en.wikipedia.org/wiki/Michigan_&_Smiley

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae Dancehall

Sortie : 1978

Tracklist :

01 - Rub A Dub Style
02 - Nice Up The Dance
03 - Thank You Jah
04 - Compliment To Studio One
05 - Time To Be Happy
06 - Eye Of Danger

00000000000000DOWNLOAD

Quirks in the Jamaican copyright laws were instrumental in the vibrancy of the island's music scene, as a song itself could not be copyrighted and only a specific version had protection. The upshot was a continuous free for all over melodies, with up and coming producers relying on old melodies to make their reputations. This stream of versions turned into a flood as the '70s progressed, with Studio One having the "honor" of being particularly plundered. It wasn't until 1978 that label head Coxsone Dodd finally bowed to the inevitable and hit back by versioning his own back catalog. The following year, he set two young DJs loose across Alton Ellis' classic "I'm Just a Guy," and watched the resulting "Rub a Dub Style" dance its way to the top of the Jamaican chart. From that moment on, there was no looking back. The hit titled the pair's ensuing full-length, which unleashed the duo across another five Studio One gems, all six delivered up in their extended mix form. Dodd was keen to keep the sparkle of the originals, and thus the brass, keyboard, piano, and guitar riffs were usually left intact. He niced them up for the dancehalls by employing overdubbing syndrums and percussion, while Earl "Bagga" Walker and Freddie McGregor added new bass and drums, giving each of the pieces a more militant, roots-rockers sound. Engineer Scientist's work was equally crucial and created a new crisp sound that was about to take the island by storm. Married to the brightness of the original rhythms, it totally revolutionized the sound in the dancehalls. The DJs were also embarking into uncharted waters. Toasting was certainly not new, but the concept of two DJs toasting together, cheerily trading off lines, and gleefully addressing the crowds and each other, was new. The two were responsible for kicking off the fashion for duos, and all those who came after owe them respect. Beyond the chart topper and the almost as huge "Nice Up the Dance," the rest of the set is of equal caliber as the two delve into culture and thanking Jah and Studio One for their good fortune. Indeed, it was "Time to Be Happy," and this record was one of the major reasons why people back in the day were.

by Jo-Ann Greene
permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 14:30

http://2.bp.blogspot.com/_Pw8dWSCzMRs/SsYENW68ntI/AAAAAAAAGoU/YoqR1__9U-0/s400/Omar+Perry+-+Can%27t+Stop+Us+.jpg

Note :

http://www.myspace.com/omarperrynodirectionhome

Origine du Groupe : Jamaica , France

Style : Reggae

Sortie : 2009

Tracklist :

1. We wah
2. Bless them
3. Can’t stop us
4. Woman I love you
5. Beat down babylon
6. Right right left
7. 911
8. Fighting for a cause
9. Boom Town
10. Bring me joy feat. Cleo
11. Do you love me
12. Save the earth
13. Tide of the times feat. Tippa irie
14. I’m rebel
15. The ghostmakers
16. Spiritually

00000000000000DOWNLOAD

Le fils de Lee « Scratch » Perry revient avec un second album toujours appuyé par une production française très soignée. A l’oeuvre cette fois, l’ensemble du Homegrown Band.
C’est dire que la qualité musicale est au rendez-vous tout au long des 16 titres, grâce à l’apport de musiciens tels Guillaume « Stepper » Briard au sax ou Jérémie « Bim » Dessus à la guitare, pour les plus connus. On pouvait s’attendre à une tonalité générale new roots, cet album offre au contraire une bonne leçon de versatilité, autant chez Perry que chez ses producteurs : il grouille de références et empreinte à presque tous les styles de reggae… ce qui explique aussi ses déséquilibres.

L’album s’ouvre ainsi avec We wah et ses arrangements riches très réussis, façon années 70. Emballé par le sautillant Bless them et surtout par Can’t stop us, avec son flow ravageur sur le riddim Youthman, choisi judicieusement pour titrer l’album, la chanson d’amour Woman I love you, bien servie par le mélodique Soprano riddim, passe toute seule.
Cerise sur le gâteau, l’album contient plusieurs références aux productions de papa « Scratch » : Beat down Babylon, la reprise du hit de Junior Byles, avec son couplet mixé en « one drop », le riddim de Chase the devil, reproduit fidèlement pour un très bon Save the earth. Référence aussi à Studio One avec Tides of the time au riddim délicieusement rétro, parfait pour inviter le deejay anglais Tippa irie.
Fighting for a cause au style plus hybride ou Boom town, bon mais sur un World a music riddim, déjà bien exploité, sont moins convaincants.

Quant au dancehall, c’est un peu le talon d’Achille de l’album, défaut déjà pointé sur le premier opus. S'il faut saluer l'effort, force est de constater que Perry est moins bon dans ce domaine : le Right right left, au riddim inspiré pèle-mêle par The mission ou les productions Mc Gregor, manque d’originalité et le titre Bring me joy, avec la chanteuse Cleo, donne l’impression d’avoir fait rentrer un peu de hype au chausse-pied. C’est un peu mieux avec Do you love me, certes vocodé, mais dansant, et qui fait penser à un Night nurse boosté au hip-hop.
Bonne surprise en revanche sur les tempos plus cool, comme le nyabinghi 911 et Spiritually, balade produite par le Tune In Crew qui clôt l’album, après une ultime référence, cette fois au dub, avec The ghostmakers.

Quant aux textes, si nous n’en parlons pas c’est qu’ils sont fidèlement reproduits dans le livret, qui complète intelligemment le packaging soigné, spécialité de la maison Makasound.

par Benoit Georges

permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 10:30

http://photos-f.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/genericv2/70/67/01AwcAX6ttLPUAtaMBAAAACnfbnEk:.jpg

Note : +

http://www.myspace.com/davidhillyardrocksteady7

Origine du Groupe : North America

Style : Reggae , Instrumental , Jazz , Ska

Sortie : 2009

Tracklist :

01 – Get back up!
02 – Death ride
03 – Change of plans
04 – Ca’purange
05 – Esta tarde
06 – 7 years of plenty
07 – RNA
08 – Sunny
09 – Greedy
10 – Soul thing for Ray
11 – Trouble sleep yanga wake am

00000000000000DOWNLOAD

Tenor and soprano saxophonist, David Hillyard is one of the innovators of the American ska scene. His group, the Rocksteady 7, mixes instrumental Jamaican roots rhythms and extended jazz improvisation. His new cd GET BACK UP! is a blinding tour de force of his Jamaican Jazz conception. David Hillyard has played with Hepcat and the Slackers. El saxofonista tenor y soprano David Hillyard es uno de los innovadores de la escena ska estadounidense. Su grupo, The Ropcksteady 7, mezcla ritmos instrumentales roots jamaicanos y extensivas improvisaciones de jazz. Su nuevo cd GET BACK UP! Es un deslumbrante tour de force a través de su concepción del Jazz Jamaicano. David Hillyard Ha tocado con Hepcat y Slackers.

permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 14:00

http://www.peterbroggs.com/images/never_forget_big.gif

Note :

 

http://www.peterbroggs.com

http://www.myspace.com/roots17

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae Roots

Sortie : 2001

Tracklist :

1. Vank Out (Vocal & Dub)
2. African Sister (Extended)
3. Jah Golden Throne (Extended)
4. Don't Get Weary Rastaman
5. Never Forget Jah
6. Jah Jah Voice Is Calling
7. International Farmer (Vocal -- Original Version)
8. International Farmer (Dub Based On Later Vewsion)
9. Rastafari Liveth (Extended)
10. No Ism Pon De Riddim
11. Give Thanks
12. Rastaman Chant Nyahbingi

00000000000000DOWNLOAD

Le retour en grâce des yardies ne profite pas seulement aux mythes tels que Big Youth, U-Roy  ou Horace Andy. A leur suite, des artistes moins réputés reviennent sur le devant d'une scène qu'ils n'ont jamais quittée. Les amateurs de reggae ne sont jamais rassasiés de sensations, et rien ne semble devoir entraver les efforts entrepris par les labels soucieux de transmettre aux siècles futurs des œuvres menacées de disparition, et avec elles la mémoire de leurs auteurs. C'est donc avec une immense joie que nous avons accueilli l'anthologie consacrée à Peter Broggs par Motion Records.

Il faut dire que le cas Peter Broggs nous interpelle depuis longtemps. L'homme n'eut pas une carrière très prolifique, ni très remarquée. Et pourtant, l'artiste est grand : une voix plaintive, un style de sufferer roots authentique, des textes simples empreints d'une grande sincérité. Le décalage entre son talent et sa notoriété s'explique sans doute par la modestie du personnage. Rasta consciencieux, Peter Broggs n'a jamais cherché à se faire de la pub. Les stratégies de crossover sont étrangères à ses préoccupations. Même lorsqu'il connut le succès en Jamaïque, il eut pour seul souci de s'occuper de sa famille, prier Jah et se comporter en bon rasta.

Peter Broggs est né en 1954 dans un petit village de Jamaïque près de Negril. A 17 ans, comme beaucoup de jeunes Jamaïcains, il s'en va tenter sa chance à Kingston, travaillant à l'usine pour gagner sa vie. Evidemment, le jeune Peter ne tarde pas à nouer de mauvaises fréquentations, intégrant rapidement une communauté rasta. Il laisse pousser ses cheveux, fume de l'herbe plus souvent qu'à son tour, commence à prier Jah et joue de la musique avec ses nouveaux amis. Il est vrai que dans le Kingston des seventies, devenir rasta est la plus belle aventure dont puisse rêver un adolescent méditatif qui s'est ennuyé à la campagne pendant toute sa jeunesse.

La vie étant faite d'épreuves qui vous poussent à faire des choix existentiels, voilà que Peter se fait virer de son boulot parce que sa coupe n'est pas réglementaire. A ce moment de sa vie, l'arbitrage est clair : soit il se coupe les dreads et devient un bon ouvrier, avec la possibilité de passer contremaître dans une dizaine d'années, soit il dit fuck you à Babylone et il se jette à corps perdu dans sa passion, la musique. Evidemment, Peter choisit la seconde voie, sans doute poussé en cela par une Amélie Poulain locale.

Pour une poignée de dollars, Peter Broggs engage alors des musiciens pour enregistrer un disque. Et pas des moindres : les Roots Radics, l'un des plus talentueux backing bands de l'époque. Peter loue le studio Channel One, enregistre presto le titre Vank out, se débrouille pour auto-produire le 45t puis s'en va le vendre lui-même dans les rues de Kingston. Quelques mois plus tard, il réitère l'opération pour African Sister. La situation est difficile, Peter n'a plus d'argent, et il n'est pas très doué pour convaincre les gens d'acheter ses disques. Il survit tant bien que mal dans le ghetto avec ses amis rastas. De fait, il laisse tomber ses projets musicaux, découragé.

Et puis un jour, en 75, il croise Bim Sherman, Monsieur Bim Sherman en personne, rendez-vous compte, et Bim lui adresse ses compliments pour Vank out, qu'il a eu l'occasion d'entendre : "T'as du talent, mon gars, t'as une super voix, t'as un super rythme, lâche pas l'affaire, continue à bosser, t'as un truc à accomplir", lui dit-il en substance. Alors Peter se sent tout ragaillardi, il se dit que Bim Sherman doit avoir raison, et puis il ne voudrait pas le décevoir, alors il repart à l'attaque, un peu comme les meufs de Popstars quand elles se font coacher sévère. Avec son copain Bim, Peter fait le tour des studios pour proposer ses services vocaux. Il s'incruste au Randy's, retourne au Channel One, tente sa chance au Tuff Gong, passe dire bonjour à King Tubby et tente sa chance au studio Treasure Isle. A chaque fois, il en profite pour placer ses 45t auto-produits. Parallèlement, il enchaîne les petits boulots pour vivre. Peu à peu, le buzz monte. Peter se lie d'amitié avec Gregory Isaacs, et on commence à lui proposer des plans d'enfer. Bingy Bunny, le bassiste des Roots Radics, lui propose de faire sa promo en Angleterre, à l'occasion d'une tournée où les Roots Radics doivent accompagner l'ami Gregory. Pour cela, il faut juste que Peter lui confie quelques enregistrements originaux pour faire saliver les producteurs. Rebelote : Peter loue le studio Channel One pour deux heures afin d'y enregistrer quelques morceaux. Pour que ça sonne parfaitement bien, il décide de confier à King Tubby l'enregistrement des voix et le mixage. Comme rien n'est jamais simple, le king n'a qu'une paire d'heures à leur accorder. C'est amplement suffisant pour Peter, dont le talent explose dans cette session à Waterhouse, endroit magique il est vrai, propice au dépassement de soi (cf. The crowning of Prince Jammy). Peter devait sortir trois morceaux à cette occasion. Finalement, subjugué par la voix de ce chanteur inconnu, King Tubby lui permettra d'en enregistrer dix, en lui filant des riddims gentiment sortis d'une boîte magique où il était écrit "A n'utiliser qu'avec les chanteurs vraiment talentueux et sympas". Cette collaboration aboutira à l'album Progressive Youth. Ainsi introduit, Peter collaborera avec Coxsone Dodd, puis avec Prince Far I (sur Jah Golden Throne notamment).

Suit une anecdote amusante, derrière laquelle on reconnaît une nouvelle fois la marque de la Providence : à la fin des années 70, Doctor Dread, un animateur radio vivant aux Etats-Unis, croise Peter Broggs dans une rue de Kingston, Chancery Lane. Bon, en réalité, la Providence est un bien grand mot pour désigner le concours de circonstances qui amena les deux hommes à se rencontrer. En fait, Peter Broggs était en train de tenir le mur de la boutique de disques de Gregory Isaacs, African Museum. Doctor Dread, quant à lui, se rendait dans la dite boutique afin d'y saluer son ami Gregory et de collecter ses productions récentes pour les exporter aux Etats-Unis, par le biais de son show radio ("Night of the living dread") et d'un petit label tout neuf qui se contentait alors d'exporter les albums reggae ayant connu le succès en Jamaïque. La probabilité que Dr. Dread et Peter Broggs se rencontrent était donc élevée, et il était dit que cette rencontre se ferait grâce à Mister Isaacs, qu'il soit remercié pour ça aussi. Bref, Dr. Dread salue Peter et lui adresse ses félicitations pour ses talentueuses productions. Peter se marre et pense à une blague. Il ne lui semble pas possible que sa musique puisse être entendue en dehors de l'île. Doctor Dread insiste, dit à Peter qu'il diffuse régulièrement ses morceaux et, pour prouver sa bonne foi, se met à les chantonner. Peter est sur le cul ; Doctor Dread enchaîne en lui demandant s'il dispose de suffisamment de chansons en réserve pour sortir un album. Il vient de lancer un label de reggae, et aimerait que Peter Broggs enregistre pour lui le premier album original d'une série qu'il espère longue.

Epilogue : le label en question s'appelle RAS Records ; il est devenu une des plus grandes maisons d'édition reggae, et continue de prospérer. La collaboration entre les deux hommes donnera l'album Rastafari Liveth en 1982, qui contient notamment le planant Jah jah voice is calling et l'alléchant International farmer. Suivront les albums Rise and Shine en 1985, Cease the war en 1987 et Reasoning en 1990. Très longtemps, Peter Broggs continua à vivre chichement, les modestes ventes de ses albums ne lui permettant pas de connaître le confort d'une rock star capricieuse. Il continua à vivre dans une petite baraque du ghetto de Kingston, sans électricité ni eau courante. Dr. Dread racontera par la suite comment Peter, venu à Washington pour faire la promo de son album, claqua ses économies en vingt minutes ! Peu à peu, heureusement, l'artiste parviendra à vivre correctement de son travail, et continuera à enregistrer, sur son propre label ou pour RAS Records. Ses productions n'égaleront pas ses travaux de jeunesse, notamment parce que son style de chanteur roots cadre mal avec la vague de ragga numérique qui transforme l'industrie du reggae dès le milieu des années 80.

Il n'y a donc pas lieu de regretter que la compilation mise au point par Motion records se concentre sur la première partie de carrière de Peter Broggs (The early years 76-86). L'essentiel est là. Un concentré de reggae roots mélodique, où la douce voix de Peter Broggs se pose sur des arrangements impeccables, orchestrés par les Roots Radics, Sly & Robbie ou les Wailers. Ici et là, vous reconnaîtrez la basse de Familyman, la touche de Sly Dunbar et les arrangements de King Tubby aidé de l'un de ses disciples, Scientist. La compilation permet d'apprécier une écriture originale, dans laquelle Peter Broggs enrichit les thèmes classiques du rastafarisme d'une approche personnelle, faite d'humilité, d'humour et de générosité. Mention spéciale pour Vank out et African Sister, les deux premières chansons écrites par Peter Broggs, avant même qu'il n'embrasse réellement la carrière de chanteur. Ces deux superbes morceaux ne lui apportèrent pas, à l'époque, le succès qu'il méritait déjà, mais c'est à leur écoute que diverses bonnes fées eurent envie d'aider Peter Broggs. Sans ces deux morceaux, grumeleux et sticky à souhait, Peter serait sans doute retourné dans son village, et les amateurs de reggae n'auraient jamais eu la chance d'entendre cet artiste de grande classe.

Par Kzino

permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 12:00

http://www.wobblyweb.com

http://www.myspace.com/ziontrainindub

 

Live in Paris , at Glaz'Art : 26 October 2009

Style : Reggae , Dancehall , Electro Dub

Tracklist :

1. Track 01 00:05:27
2. Track 02 00:04:46
3. Track 03 00:02:05
4. Track 04 00:02:35
5. Forward Ever Backward Never 00:05:03
6. Track 06 00:06:40
7. Give Me Good Sensimilia 00:05:07
8. Track 08 00:06:33
9. Track 09 00:06:03
10. Track 10 00:08:24
11. Track 11 00:06:40
12. Track 12 00:07:26
13. Track 13 00:05:09
14. Track 14 00:07:31
15. Track 15 00:06:15

REVIEW CONNECT

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Reggae
commenter cet article

Search