Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 16:59
 

Une alliance entre Circus et Andre Afram Asmar ? Franchement, d'autres s'effraieraient pour moins.

Vous tremblez, vous imaginez déjà les raps interminables et même pas virtuoses du premier sur les bidouillages world du second, et vous avez raison. Car c'est exactement le programme proposé par les deux énergumènes sur cet album commun. Gawd Bless The Faceless Cowards est la fusion complète des albums les plus récents des deux instigateurs, le tout aussi excellent qu'épuisant Gangstahz fo Gawd et le problématique Race to the Bottom. Sur ce nouveau disque, Circus se livre à son numéro habituel, il déclame à n'en plus finir ses histoires d'extra-terrestres ras les pâquerettes, il extrapole sur Dieu, les Pyramides et l'origine de l'Homme, il joue à merveille son numéro de nigaud obèse américain obnubilé par les thèses conspirationnistes, tandis qu’Asmar ressort sa batterie de cuisine faite de sons bizarres, de percussions exotiques et d'échos dub. Et les deux, bien entendu, se retrouvent quand il est question d’étriper le méchant habituel, George Bush.

Présenté comme ça, ça fait peur, hein ? Pourtant c'est bien. Allez savoir pourquoi. Les pitreries et les litanies de Circus ont quelque chose de fascinant et d’addictif. Et ça, les fans des Shapeshifters le savent déjà, même s’ils ont renoncé depuis longtemps à l’expliquer. Qui plus est, Asmar ne gâche pas la partie. D’abord il se fait oublier, puis peu à peu ses sons s’imposent, avec une force qu’on ne lui connaissait pas, jusqu’aux quatre titres finaux. Sur "Club Lights" Circus n'aime pas le papa de sa copine ; sur "Sir Romancealot" il se montre en amoureux transi ; sur "Smell of Ro$e$" il redevient politique ; "Redeemer" est une sorte de freestyle qui condense tout ce dont le Shapeshifter en chef est capable, avec des sorties genre "'motherfucker' seems to be the only word that motherfuckers understand these days". Et chaque fois, sans se départir de ses recettes habituelles, flûtes folles, synthés, ouds, gamelans ou instruments approchants, Asmar livre la composition de circonstance. Avant l’écoute, pendant l’écoute, ce disque fait peur. Mais il sait préserver le meilleur pour la fin. Il sourira aux persévérants.
Sylvain
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 17:30
  



La salle est comble. La visibilité est altérée par les volubes des cigares, mais, en s'approchant un peu, on commence à distinguer les visages.

Louis Armstrong est là, attablé près de la scène, le sourire aux lèvres. John Coltrane lui narre sa glorieuse escapade à Philly. Miles Davis et Marcus Miller cherchent ensembles les raisons de la relative imperfection de Tutu. Ela Fitzgerald chantonne "Fever" à Charlie Parker, qui en a presque les larmes aux yeux. Les doigts d'Herbie Hancock parcourent frénétiquement le bar. L'attente est longue. Des heures. Des jours. Des années.

Des années que cette constellation d'étoiles cuivrées, de légendes jazzy, attend patiemment de voir ce que la nouvelle génération peut vraiment faire de bon avec la musique qu'elle affectionne. Tous sont là ce soir, venus de très loin, voire de très haut, et n'attendent plus que la confirmation, le lever de rideau.

Le moment arrive enfin. Les lumières se tamisent, un silence de cathédrale plane au-dessus de la scéne. Un jeune homme d'origine asiatique entre en scène. Kero One semble intimidé face à une telle audience. Le suit un quintet, puis, juste derrière, un DJ. Charlie Mingus crie au scandale, vite rassuré par Roy Hargrove, qui l'assure de la normalité de la situation. Le concert peut alors commencer. A peine l'intro entamée, Kenny Burrell est le premier à applaudir, savourant l'harmonieuse boucle de guitare, qu'il n'aurait pas reniée. C'est ensuite Courtney Pine qui se voit bluffé par le groove de Give Thanks, la maitrise du saxophoniste alto, ainsi que la qualité des scratches, dont il a toujours été friand.

Puis les morceaux s'enchainent, les applaudissements se faisant de plus en plus fournis à chaque interlude. Interpelée par la fluidité du flow de Kero sur My Story, Nina Simone demande à Erick Truffaz s'il s'agit de scat. Ce dernier lui répond que c'est du rap, mais qu'au fond, ca n'est pas si éloigné. Jaco Pastorious et André Cecarelli acclament à l'unisson la superbe section rythmique de Tempted, groovy à souhait, puis c'est au tour Michel Petrucciani de s'extasier face à la fluidité dont fait preuve le pianiste sur In all the Wrong Places.

Magik Malik apprécie à sa juste valeur la flute traversière qui parcourt The Cycle Repeats, et s'imagine déjà un featuring avec Kero sur un de ses projets à venir. C'est alors que Stanley Clarke se lève pour saluer l'ecellence de la ligne de basse entendue en intro de la pépite Fly away, bientot rejoint dans son initiative par le reste de la salle, dont un Nat King Cole et un Ray Charles plus que séduits par le doux refrain chanté. Le public de connaiseurs est conquis. C'est le moment que choisit Kero One pour asséner le coup de grâce avec l'excellent et très rythmé Check the Blueprints. Joséphine Baker ne peut alors s'empécher de danser, Tito Puente de marquer le rythme, et Wynton Marsalis de rejoindre l'artiste sur scéne, pour un boeuf mémorable.

Après une heure de représentation, le rideau se clôt, au grand désespoir des convives d'un soir. Tous en ont désormais la certitude : des artiste comme Kero One permettent et permettront au jazz de prospérer, d'évoluer, de s'inspirer d'autres sonorités pour ne jamais cesser d'exister. Et, d'un seul élan, tous se dirigent vers les coulisses, afin de féliciter l'artiste, avec la conviction de pouvoir repartir en paix.
-Mano-permalink
Discographie
Note :
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 18:10



Onra - War
envoyé par bbpradi0

Après écoute et réécoute du projet d’ONRA, beatmaker parisien assez discret, voici ma petit commentaire sur son disque : Chinoiseries.
Avant tout, j’avais déjà souligné le coup de cœur que j’avais eu, il y a quelque jours, lorsque j’avais eu entre les mains le disque promo agrémenté d’un packaging digne d’un Dvd collector ou série limitée de grands distributeurs de film. C'est-à-dire un sac en papier, des baguettes chinoises, une serviette et la boîte en plastique comme n’importe quel traiteur asiatique.

[Cela change des cd gravés où est écrit avec un stylo feutre le nom de l’artiste et le titre du projet, accompagné d’une bio peu vendeuse car écrite à la va-vite.]

  Autant vous dire que le contenu est aussi bon (délicieux lol) que le contenant !

  Dès les premiers morceaux, on entre directement dans l’univers artistique du projet grâce à des productions musicales entraînantes et travaillées tant au niveau de la musicalité que des sonorités.

Toute la composition musicale étant réalisée avec des samples de musique asiatique. on comprend tout de suite mieux le concept de Chinoiserie.

  D’ailleurs comme sa bio le souligne « Chinoiseries est un projet élaboré depuis Août 2006, date à laquelle Onra est revenu de son premier voyage au Vietnam, le pays de ses origines, avec une valise pleine de vinyles de musique asiatique » ou il s’est senti « comme un explorateur en train de chercher un trésor oublié ».

  Les samples de musiques traditionnelles sont omniprésent et donne l’impression de traversée les lointaines contrées du Vietnam et de la Chine des années 60/70.

  Je précise tout de même que les rappeurs en manque d’instrumentales doivent passer leurs chemins ou alors faire la démarche de contacter le beatmaker pour obtenir des productions musicales dans cette même mouvance, car Onra nous propose, un univers musical propre. Par conséquent, le disque s’écoute plus sur une platine de salon, en musique de fond, que dans poste cd de voiture, pousser au maximum de ces décibels. [Quoique faudrait essayer quand même]

  C’est d’ailleurs pour çà que Radio Nova [101.5 FM, pour ceux qui ne connaissent pas encore], la radio numéro 1 de tous les bureaux d’études en urbanisme, architecture, paysagisme… aime et le fait savoir avec son partenariat. Cela ne laisse présager que du bon lors de sa sortie… surtout que tous les bénéfices seront reversés à un orphelinat au Vietnam

  Au final, excepté 3 ou 4 tracks que je n’ai pas apprécié, sur un total de 32 tout de même, c’est pour moi un excellent disque qui vous fera voyager tout le long de l’écoute en Asie.

permalink

Note :
by Hip-Hop Revol
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 17:57




Après avoir convié l’an dernier à leur premier festin jazz/hip-hop la crème la plus coulante des rappeurs East Coast (notamment le vieux briscard Buckshot des Black Moon et Boot Camp Clik, plus actif que jamais ces dernières années aux côtés de 9th Wonder ou KRS-One) et West Coast (au premier rang desquels Fatlip, parangon d’élégance et figure tutélaire du temps des séminaux The Pharcyde) en Clin d’oeil à l’époque bénie des Tribe Called Quest et autres Digable Planets, les trois têtes pensantes du collectif Jazz Liberatorz remettront le couvert dès lundi, dix ans après leurs débuts, avec un nouvel opus intitulé Fruit Of The Past.

"What’s next on the menu ?" interroge l’un des nombreux instrumentaux que nous promet un tracklisting gargantuesque comprenant pas moins de 26 morceaux. Eh bien outre Fatlip et T-Love qui rempilent avec également le pianiste Olivier Emsellem (aka M’Selem) et le flûtiste Rico, on retrouvera cette fois au générique Wildchild, Aloe Blacc du label Stones Throw (ici au sein du tandem Emanon) et surtout... Mos Def (sur la photo avec DJ Damage, Dusty et Madhi), sans conteste LA star de ce deuxième album dont on peut d’ores et déjà entendre le flow unique sur un court passage du très prometteur Mountain Sunlight en écoute sur la page myspace du label Kif Records, tandis que Declaime assure sur l’extrait de Music Makes The World Go Round remixé par le nantais 20syl.

permalink

 

Note :

by Blaks Lair

Partager cet article
Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 21:51
http://www.d2kabal.com
http://www.myspace.com/kabal93





Chronique : http://www.acontresens.com

Mettre à mal tout en les affirmant les certitudes de l'écriture, de la musique, du militantisme et des "diagnostics" : voilà la réussite splendide de Kabal. Car du son Hostile le plus sauvage à l'évanescence quasi-totale du Dormeur du val, le doute n'a jamais côtoyé de si près la violence et le combat. Et il fallait pour cela les éclats magistraux des productions et des scratchs de Toty, la voix tonitruante mais inquiète de D', et les envols schizophréniques de Djamal, parfois rejoints par les faufilements de Boss Raw : une forme qui épouse à merveille un contenu riche, complexe, obsédant.

C'est le caractère offensif, incisif, souvent violent voire déjanté qui frappe à chaque écoute des brûlots pamphlétaires, jamais didactiques, toujours intelligents et sanguinaires de Kabal. On y entend une fiction paranoïaque et menaçante de fous furieux, on y jette un Apache déchaîné dans une foule bruyante et hostile de "morts-vivants", appelant à la prise en main, à la tolérance, à l'organisation et à l'esprit ; on y décrit les avancées d'une armée impitoyable sous les pleurs et les rafales effrayantes de la guitare de Marc Ducret (L.U.I), ou on y entreprend une remontée analytique du ruisseau pourri que consituent nos villes. Kabal pointe d'un doigt sombre, sans pitié mais poétique, les vices et dérives d'un monde et de ses composantes, de la graine à l'ogive, des douves au donjon. Et c'est peut-être là un des remèdes...

Descends pas à pas les marches de l'échafaud...

Tant à dire, à affirmer, à combattre ou à promouvoir qu'on s'y perdrait... Mais en exprimer une partie, c'est peut-être déjà descendre, lentement mais sûrement, et s'éloigner du bourreau. Mais la descente est limitée. Elle bute nécessairement :

Quelque part se dresse une frontière
Au delà de laquelle les mots qui nous curent
Font pâles figures d'œillères...


Un pan entier des Etats d'âmes se heurte ainsi au délicat dilemme de l'écriture, de son poids et de sa trajectoire, de ses buts et de ses possibles. Et c'est alors que le texte se fait le plus opaque et complexe, et sans doute le plus passionnant. Quand D' prône l'abstention au profit des sensations, il passe de l'autre côté de la Frontière... et assène avec Djamal ses troubles sur une magnifique production de Doctor L, dans Le dormeur du val, où le soldat mort de Rimbaud devient le musicien, le militant éprouvé face à ce qu'il perçoit en bout de course comme des leurres, à n'en plus vivre, pris de fatigue :

Dès le début, j'ai senti qu'il y avait maldonne
Chaque jour qui s'achève ajoute au moins une tonne à mon fardeau
Mon sac est lourd de maux...


Et c'est là que les simples mots cèdent la place à l'émotion et à la sensation ; et c'est là que l'écriture atteint sa limite, sa frontière. Mais une frontière ouverte, créatrice, où les lettres et les hommes ne baissent jamais les bras face au fatalisme noir, qui hante sans jamais les envahir les chansons belles et puissantes de Kabal.

Fixés sur le ciel, nos regards demeurent même si ils saignent
A tous les p'tits frères, sœurs dans leur misère... chacun la sienne !
Puisse-t-elle être éphémère...


PJ
20.04.2002

Discographie

Autopsie d'une Sous-France (2008)
Nouvel album de D' en téléchargement Gratuit !!

Partager cet article
Repost0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 19:40

Oxmo Puccino - L'arme de paix (teaser)
envoyé par CInq7


Critique d' Oxmo - L'armes de paix

Article & Download :

Oxmo Puccino (14/12/2007 publié dans : Rap Fusion )
Bon ben voila, encore une fois j'ai pas pu m'empêcher ... Par contre cette fois ci je vous préviens c'est du lourd, de l'énorme même !!!  Oxmo Puccino de son vrai nom Abdoulaye Diarra (né en 1974 au Mali) arrive à Paris en 1975, et atterrit dans le 19è arrondissement de Paris à ...
Partager cet article
Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 17:53
http://www.myspace.com/menudacoincidencia



 menuda coincidencia "perspectivas": Play in Popup | Download

 menuda coincidencia "sin enganche":  Play in Popup | Download

Download: Menuda Coincidencia - "Ai con Permisito" (ZIP-Archive)
Release: Menuda Coincidencia - "Ai con Permisito"
Netlabel: Delhotel Records



Oh, this one is fresh! Straight from Mexico Hip Hop-Group Menuda Coincidencia delivers us a delicious package full of jazzy loops, a bucket full of trumpets and eight groovy tunes. It's like watching an entertaining cartoon. Or like going down to your favorite jazz club just being knocked down by this bunch of excellent spanish Raps

 

FROM :

 

To be honest, I don't understand spanish at all. To be even more honest, I don't care. Because like in my childhood I like the flow of words, the groove, fat beats and a bunch of crazy rhymes. Back than in my youth I adored Hip Hop without any clue what they talked about...

Back to Delhotel Records and their fantastic Hip Hop-album "Ai con Permisito"...

I guess, Menuda Coincidencia is just a crazy guy, talking about live, making jokes and just enjoying his time on earth. And meanwhile he produces some funky, jazzy loops with juicy hooks and melodic refrains? Why keep so many netlabels us short with information about their artists?

Please don't care as I do, enjoy this Mexican Hip hop fiesta! And welcome in 2009!

PS:  Mexico and the whole sout american continent becomes more and more the new home for extraordinary netaudio tunes.
PPS: Thanks to Christian Grasse for this delicious music treasure box.
PPPS: Hello Netaudio.es, what about an english translation of the lyrics?

Partager cet article
Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 12:44



DEZORDR SESSION 001


Première compilation en téléchargement libre regroupant des artistes du label,mais aussi de nombreux invités talentueux issue de différents horizons musicale qui se pose ici en toute osmose.

>> DOWNLOAD SESSION 001 << [ // 93 Mo ]

( Link to Rapidshare website and click on free download button )

TRACKLIST :

Pan@Point, mrteddybear, Shiyugosha Feat. Aamir, Weedafresh, Le Parasite, Arsa, La Gale, Buldose, Conserve, Instrumental, Stekri, Knomad, Shitao, SMahara, Alter Natives Kartet, Purple Square, Boulo et Dtracks.

Artwork : Délphine Armilles
Partager cet article
Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:57
http://www.rhymesayers.com/neverbetter/

http://www.myspace.com/pos



P.O.S - Never better

P.O.S revient avec un album influencé par son héritage punk

Le troisième album de P.O.S, “Never Better”, a été en composé durant la longue tournée qui a suivi la sortie d’”Audition” (2006). Stefon Minneopolis continue de faire évoluer un hip-hop largement influencé par son penchant affirmé pour le punk rock. C’est d’ailleurs durant ses années d’agitateur au sein du groupe hard core Com qu’il hérite de son pseudonyme évocateur, Pissed off Stef. Bien qu’il adopte désormais un nom abrégé, il considère toujours son style comme “une musique pour faire du skate”.

À l’instar des roulements de tambours battants de Drumroll ou des choeurs lointains striés par des riffs de guitare, les productions de “Never Better” proposent un hip-hop transversal et énergétique. P.O.S y déverse un flow impulsif à travers lequel il relate des péripéties chimériques, tout en décapant les dérives du matérialisme ambiant.

(Permalink)


Discographie :


- P.O.S
NEVER BETTER

- P.O.S
AUDITION

- P.O.S
IPECAC NEAT


Partager cet article
Repost0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 13:27
http://www.shurenthefire.com/

http://www.tbhr.co.jp/en/artistprofile/index.html




DOWNLOAD : Shuren The Fire - My words laugh behind the mask


Shuren the Fire , rappeur multiformes , expose son talent de rimeurs sur des instrumentales jazz complexe et un jeu de rythme entrainant mais loin d'être evident. Trop peu de chansons et assez difficile a trouver, Shuren the Fire fera sans nul doute parler de lui.

En savoir plus


Partager cet article
Repost0