Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 11:00

http://s2.ipicture.ru/uploads/20110127/HCLmUQ5I.jpg

http://www.buck65.com

http://www.myspace.com/buck65

Origine du Groupe : Canada
Style : Rap Fusion , Alternative
Sortie : 2011

Par Wony  pour http://adiktblog.blogspot.com

Tout au long de l’année 2010, Buck 65 a réalisé quatre EP en digital dans la série des « 20
odd years », ainsi qu’un DVD réunissant certains de ses lives et une longue interview de l’artiste. Cette série était sa manière de fêter ses 20 ans dans le hip hop. 20 ans pendant lesquels Buck à constamment évolué, et a proposé une musique varié, alternant entre joie et mélancolie, portée par des instrus allant du hip hop brut à la country.

Entre ses premiers essais (notamment « Square » ou « Man Overboard ») et ses disques plus récents (comme « Secret House Against the World » ou « Situation »), l’évolution est évidente. Je ne dis pas que c’est mieux, c’est une histoire de goût, mais ça évolue ; Buck 65 ne stagne pas et se renouvelle constamment. Tout en gardant son identité.

Pour couronner cette série d’EP, Richard Terfry de son vrai nom, s’apprête à sortir un album regroupant une bonne partie des titres de la série « 20 odd years », plus quelques inédits.
Pour l’accompagner sur cet opus anniversaire, le MC a invité ses potes à venir pousser la chansonnette. On y retrouvera Gord Downie, Jenn Grant, Marie-Pierre Arthur, John Southworth et j’en passe. Il y a même Olivia Ruiz en featuring (Buck a longtemps habité à Paris).

De mon avis personnel, Buck 65 est un MC qu’il faut connaître. Que l’on soit fan de hip hop où non. Sa voix grave, son phrasé, ses instrus, ses prestations live, son audace musicale sont de multiples raisons de se pencher sur son travail qui n’a peut être pas toujours été exceptionnel mais qui a au moins le mérite d’avoir toujours été de qualité et, comme dit plus haut, n’a jamais consisté en une redite perpétuelle d’une formule qui marche.

Après ses 20 ans dans le hip hop et sa vingtaine de disques (il sort en général un album par an et quelques EP), le canadien n’entend pas s’arrêter la et il nous le fait comprendre avec ce « 20 Odd years », premier album d’une nouvelle décennie dans laquelle Buck 65 ne semble pas vouloir se reposer sur ses lauriers.

L’album sera dispo en vynil, CD et digital. De plus des packs (sans grands intérêts) sont proposés avec une balle de baseball signée (Buck est un ancien joueur pro) et d’autres goodies dans le genre…

 


Tracklist :   
01 Superstars Don't Love
02 Gee Whiz - w/Nick Thorburn
03 Whispers Of The Waves - w/Gord Downie
04 Paper Airplane - w/Jenn Grant
05 Stop - w/Hannah Georgas
06 Zombie Delight
07 Tears Of Your Heart - w/Olivia Ruiz
8 Cold Steel Drum - w/Jenn Grant
09 Who By Fire - w/Jenn Grant
10 She Said Yes
11 BCC - w/John Southworth
12 Lights Out
13 Final Approach - w/Marie-Pierre Arthur

mp3

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 11:00

http://thehigherconcept.com/HOME/Entries/2010/12/15_wudos_band_album_is_here%21_files/shapeimage_1.png

http://thehigherconcept.com

Origine du Groupe : North America
Style : Rap Fusion , Mix , Remix
Sortie : 2010

By http://thehigherconcept.com

Emilio Sparks x Cloudkickers x Projectivity Present: Wudos Band! As we explained in a previous post, The Wudos Band is a mash up of Wutang lyrics and beats made from the funky music of Budos Band.  THE ALBUM IS HERE! Much thanks to Tekst for putting this entire project together, from start to finish! Well done, sir!

Tracklist :
01. Kobra Klutch
02. Scorpion Style
03. Won’t Last Long
04. Ayno Tellin
05. Killa Bees Live
06. Butter and Cream
07. King Theodore
08. 5 Deadly Sins

mp3

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 11:00

http://4.bp.blogspot.com/_rtPoOOs9vzg/TIo1nLDfYTI/AAAAAAAAAtU/I9P0eQSj3ng/s1600/roots-how-i-got-over.jpg

http://theroots.com

http://www.myspace.com/theroots

Origine du Groupe : North America
Style : Rap Fusion , Hip Hop
Sortie : 2010

From Amazon :

1987, la rencontre du rappeur Black Thought et du batteur Questlove donne la naissance au projet THE ROOTS. D'influences musicales diverses, du jazz au funk en passant par la soul, ils commencent alors à se produire dans des clubs à Philadelphie, puis New York et enfin en Europe. 1993 sort leur premier opus Organix, suivent Do You Want More, Illadelph Halflife, Things Fall Apart, Phrenology, The Tipping Point ... Ce collectif de Philadelphia reste une exception dans le milieu Hip Hop par la présence d'instrumentistes sur scène. Ils ont aussi multiplié les collaborations avec de nombreux artistes dont Erykah Badu, Cody Chesnuss, Common, D'Angelo, Guru, Mos Def ... et plus récemment Al Green. Le collectif actuel est constitué de Black Thought aux voix, Questlove à la batterie, Kamal aux claviers, Capt. Kirk à la guitare, Owen Biddle à la basse, F. Knuckles aux percus & Tuba Gooding Jr aux cuivres Leur nouvel album. HOW I GOT OVER, leur 9è album studio a été produit par Black Thought & Questlove, parle des présidences de G W Bush & B. Obama.

 


Tracklist :   
1. A Peace Of Light (Feat. Amber Coffman, Angel Deradoorian, Haley Dekle)
2. Walk Alone (Feat. Truck North, P.O.R.N., Dice Raw)
3. Dear God 2.0 (Feat. Monsters Of Folk)
4. Radio Daze (Feat. Blu, P.O.R.N., Dice Raw)
5. Now Or Never (Feat. Phonte, Dice Raw)
6. How I Got Over (Feat. Dice Raw)
7. DillaTude The Flight Of Titus
8. The Day (Feat. Blu, Phonte, Patty Crash)
9. Right On (Feat. Joanna Newsome, STS)
10. Doin It Again
11. The Fire (Feat. John Legend)
12. Tunnel Vision
13. Web 20/20 (Feat. Peedi Peedi, Truck North)
14. Hustla (Bonus) (Feat. STS)

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 15:00

http://www.prun.net/img/articles/ozibatla-wild-colonialjpg.jpg

http://www.elefanttraks.com

http://www.myspace.com/ozibatla

Origine du Groupe : Australia
Style : Hip Hop , Rap , Alternative
Sortie : 2010

Ozi Batla is one of Australia’s best known emcees, fronting both The Herd and Astronomy Class. He is best known for penning anthemic tunes such as “77%”, “Starship Troopers” and “A Bright Tomorrow”, sharing credits on “We Can’t Hear You”, “Only 19″ and the early Australian hip hop breakthrough “Scallops” in 2003.

Renowned for his often politically charged lyrics, he also been involved outside music, through direct activism, fundraising and conducting hip hop workshops for disadvantaged youths in the outback and inner cities. Far from a one-dimensional emcee, his vocal range is as evident live as on record. He is comfortable working in a variety of styles, from straight hip hop in his work with Chasm, melodic with The Herd, on a reggae tip with Astronomy Class, or, occasionally still, in a drum n bass style.

In 1996, Ozi Batla teamed up DJ ALF, and hosted the Joined at the Bass nights at the Cricketer’s Arms in Surry Hills. From there, he and ALF went on form the band Trace Element with current Herd bassist Rok Poshtya. They played a multitude of gigs, including the unforgettable Reclaim the Streets parties of the late 90s. In 2000, Ozi and ALF were part of the DnB weekly Sonic Fiction, which lasted 36 consecutive weeks. Frigid, the legendary sunday-nighter, was also host to many of Batla’s shows.

In 2001, The Herd began to evolve out of the fledgling independent label Elefant Traks, with which Ozi has been recording artist since it’s inception in 1998. Live shows began to reveal the raw elements of the group’s debut release. 2002 saw Ozi earn his “battler” tag, completing in a swag of MC battles and taking a number of titles, including Verbal Mechanics NSW champ, NSW Stealth Battle champ, semi-finalist in Melbourne’s Revolver MC Battle, placing in the Battle for Supremacy invitational and was a grand finalist in the National Stealth Battle.

No stranger to controversy, the songs “77%”, “Burn Down the Parliament” and “Starship Troopers” have evoked strong responses, and often national debate. It has also led to a number of songs placing in Triple J’s Hottest 100 with “77%”, “Unpredictable”, “We Can’t Hear You” and the Herd’s cover of “Only 19 (Walk in the Light Green)”.

Currently Ozi is working on his upcoming debut solo album titled ‘Wild Colonial’. Here is a quick snippet of what Ozi had to say about his progress with the album:

    Yep, I’m working with Sydney producer Sandro – ex-Good Buddha, he has worked with Def Wish Cast, 13th Son, Celcius, Trey, the list goes on. Sandro – Classic hip hop done proper.
    We’re pretty deep into it, probably need another 4 or 5 songs but it’s coming together well. Will put up some demos when we’ve got some decent ones recorded.

Stay tuned for more on this!

by http://allaussiehiphop.wordpress.com


Tracklist :   
01 Air Raid 3:44
02 Wild Colonial 4:26
03 Joyride 4:31
04 Integrity 4:30
05 Have A Beer (Interlude) 0:47
06 Mics, Peeps And Light 3:53
07 She'S Gotta Have It 4:24
08 What A Place (Interlude) 0:42
09 Put It On Wax 3:52
10 1000 Drummers 4:20
11 Don'T Wanna Wait 1:30
12 Shoot The Breeze 4:13
13 Doesn'T Matter 5:53
14 A Distant Shore 4:49

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 15:00

http://3.bp.blogspot.com/_GVqmBAkrljs/TEaBU1UXrlI/AAAAAAAAC44/z-3SJXo9FQQ/s400/Portadadna.jpg

http://www.enelbus.com/dna

http://www.myspace.com/doctordestino

Origine du Groupe : Mexico
Style : Rap Fusion
Sortie : 2010

http://2.bp.blogspot.com/_GVqmBAkrljs/TEaBUue7zKI/AAAAAAAAC4w/Fm2Q1rXryxA/s400/Contraportadadna.jpg

 

 

 

 

DNA como una conjunción de dos integrantes (Dr. Destino y Alonso) presentan este EP Titulado ” Luz y Calles” de 4 Tracks de gran calidad auditiva y el el aspecto gráfico esta excelente , como siempre.

La produccion musical de este material corre a cargo de:  Dr. Destino y Alonso; En los coros: Lorena; A si mismo la lírica y la letras de los temas a cargo de Dr. Destino en los temas con una colaboración con Zake en el tema 4 ;  El diseño gráfico que es sorprendente a si como la fotografía es obra de : Urban Samurai este material incluye id3 tags , caratula incrustada en la lista de reproducción , asi como arte del album en la carpeta .

Como la mayoría de los casos este material es de distribución gratuita y libre a traves de internet Asi que descarguen tanto de este blog como de la pagina oficial.

para http://difusionhiphop.site11.com

Tracklist :    
1. Debo seguir
2. Víctimas del tiempo
3. Lo que sigue
4. Nos faltan años

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 14:00

http://bluester.img.jugem.jp/20091211_1060732.jpg

http://www.myspace.com/seedaofficial

Origine du Groupe : Japan
Style : Rap Fusion , Hip Hop
Sortie : 2005

Japon, une des compétences de classe mondiale. Japon / transcendance tech habilement passer sur un rythme unique, comme la langue anglaise. Mais c'est parce que j'ai eu raison de refuser la reconnaissance bien au-delà du bon sens et la compréhension de rap japonais malheureusement. MC est le nom de ce génie malheureux SEEDA ....
Notre temps, cependant, est un tournant? camion-Orient était d'évaluer le génie de son talent précoce sur la I-album DeA "auto-expression" à participer à deux chansons. Quand les gens tout à coup il a été supérieure à la capacité de notre équipe de prouver l'apparence luxueuse en elle. En outre, il un autre génie, camion Kansai relever les normes dans le monde maintenant évaluer B.L aka BACH LOGIC (Logic arrière) les choses bougent.
Alors maintenant, les travaux de l'enveloppe malheureux génie SEEDA deux producteurs actuellement le plus d'attention 与 Erubeku évaluation légitime (I ー Est DEA / West BL) a fourni toutes les pistes sont jumelés. 2005 est un chef-d'œuvre. Le temps est venu! Shiro surprise à la hauteur de cette!

Traduction de http://www.wenod.com


Tracklist :   
1. Intro
2. Where I'm From
3. Rowch ft. L-VOKAL
4. U Send Me
5. I Just Smoke
6. Owlz On Da Treez ft. Manny&Big 'Aki' Dogg of SCARS
7. Call(Skit)
8. Hustle In Da Bustle ft. Manny of SCARS
9. Path ft. Manny of SCARS,BES of SWANKY SWIPE
10. Back In Da Days ft. ESSENCIAL
11. Noize Reduction
12. Set Me Free ft. SAGGA of YING YANG
13. 偽
14. 時鳥
15. Life ft. L-VOKAL
16. Azure ft. lecca
17. Think Back

 

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 14:00

http://3.bp.blogspot.com/_EpP2DIb0uVo/SmlGJzsA5HI/AAAAAAAAAw8/4yvnGlaXgkk/s320/12641_b.jpg

http://www.myspace.com/facecandy

Origine du Groupe : North America
Style : Rap Fusion Jazz
Sortie : 2006

logo_listen.png

"I wish I could be me". Tranquillement, sans faire trop de bruit, Eyedea poursuit son chemin… Et l'air de rien, il est en train de se construire une jolie petite discographie. On l'aime bien, Eyedea. Même si après le désarçonnant et incroyablement personnel "First Born", beaucoup de ses adeptes de la première heure se sont détournés du parcours de celui qui fut le roi incontesté des battles à l'orée des années 2000, il trace sa route sans trop s'en soucier. Quitte à rester dans l'ombre. Entre un essai solo marquant "The Many Faces of Oliver Hart" et une réunion enthousiasmante avec DJ Abilities (le sous-estimé "E&A"), le petit protégé du label Rhymesayers semble avoir trouvé au fil des ans un équilibre entre son talent inné pour les punchlines et ses aspirations d'écrivain refoulé.

Histoire de mieux prendre à contre-pied (son péché mignon) ceux qui croyaient l'avoir vraiment cerné à l'issue de son dernier essai commun avec Abilities, Eyedea a décidé de revenir à ses premières amours pour son nouveau projet : la scène, les montées d'adrénaline, le goût du risque et de l'imprévu, le vertige du freestyle… mais sans mettre de côté pour autant son goût de l'introspection. Pour marquer le coup, il s'est donc entouré au micro de la fine fleur des praticiens de la scène indé du Minnesota dans le domaine : son ami Carnage The Executor (souvent entendu à ses côtés ces dernières années), Mazta I (mis en lumière par I Self Divine et Ant il y a peu) et Kristoff Krane (aka Chris Keller). Et comme Eyedea aime décidément se lancer dans l'inconnu, il a aussi appelé deux jazzmen aventureux pour mettre en musique les élucubrations de son équipe de chocs. En lieu et place des beatmakers habituels, ce sont ainsi le bassiste Casey O'Brien et le percussionniste J.T. Bates qui installent le décor de ces rencontres improvisées à plus d'un titre… Pour corser le tout, les 13 titres de ce nouveau projet ont en effet été créés et enregistrés en live, sans filet. L'amour du risque.

Pourtant, dès le départ, lorsque Eyedea prend possession des premières mesures agitées de "This Is Where We Were", l'oreille se tend et l'adrénaline monte. Il n'est jamais évident de capturer sur disque l'effervescence et l'énergie brute d'une performance scénique et les rares à s'y être aventurés s'y sont souvent cassé les dents. Pourtant, Face Candy y parvient dès l'ouverture de ce magistral 'Witness Intimidation'. "Freestyle meets free jazz". Plongé au beau milieu du public, on prend de plein fouet l'activité incessante de batteries et de cymbales mises à rude épreuve, l'agilité et la rondeur des basses, la répétition frénétique des notes par endroits et le changement permanent partout ailleurs. On entend les cris, les applaudissements, la réaction du public suspendu à chaque phrase. On encaisse ce déluge de mots rebondissant avec appétit sur le beat, cette déferlante de flows hétéroclite, ces passages spoken-word inattendus. En une prise, en 8 minutes épiques, cette osmose rare entre une poignée de emcees et deux instrumentistes est gravée sur disque dans toute sa force, avec ses imperfections, ses transitions abruptes, ses moments de grâce. Soyons francs: jamais par la suite, "This Is Where We Were" ne retrouve l'intensité et l'urgence de cette ouverture magistrale. Mais il s'en approche à de nombreuses reprises. Et c'est déjà beaucoup.

Il faut dire que le terrain de jeu multisports et sans réelle limite proposé par la section rythmique de Face Candy donne une belle occasion aux quatre vocalistes de faire étalage de leur talent d'improvisateurs. Entre le beatboxing expert de Carnage (intelligemment mis à profit en fin d'album) et les passages scatées occasionnels de certains de ses collègues, tout le monde se fait plaisir. Si le phrasé criard employé par Kristoff Krane sur certains titres pourra irriter nombre d'auditeurs, la révélation de Mazta I devrait par contre mettre tout le monde d'accord. Débarrassé des productions boom-bap trop balisées qu'il affectionne habituellement, cet habitué du Scribble Jam prend ici une nouvelle dimension en exposant son sens du groove et en s'imposant comme un lieutenant de choix pour l'incroyable machine à rimer qu'est toujours Eyedea (Cf. 'Scream Therapy' pour l'entendre mettre le feu à la salle en deux-temps trois-mouvements).

Parfois fuyants, parfois omniprésents, mais constamment sur la brèche, Casey O'Brien et J.T. Bates font varier le tempo à leur guise et parviennent à apporter une diversité étonnante à ce projet compte tenu du duo basse/batterie ultra-minimaliste auquel le groupe à décidé de se tenir. Bien entendu, en cours de route, certaines compositions sont plus ternes que d'autres (au hasard, 'Adult Toys' ou 'Infant') et une certaine monotonie s'installe forcément vers la fin du disque. Sans trop prendre de risques, on peut penser que l'ajout d'un instrument à l'autre bout du spectre (cuivre ou guitare par exemple) aurait sûrement donné plus de profondeur sur la longueur… Mais dans l'ensemble, en variant les rythmes et les atmosphères, en alternant tension et relaxation, en faisant monter la sauce quand le besoin s'en fait sentir, les deux compères animent déjà très intelligemment cette petite entreprise. Lorsqu'ils se livrent à un bref tête-à-tête au beau milieu de 'The Art of Faking Orgasm', on en vient même à se dire qu'ils auraient pu se ménager plus souvent de tels moments d'intimité. Mais ce sera pour une autre fois, car ici, c'est bien du côté des rimes que l'intime trouve son temple.

"Take me for a walk through your mind". A chaque fois, le procédé est le même. Prenant comme base quelques rimes écrites (on le devine), les quatre emcees les emmènent peu à peu vers d'autres horizons intérieurs, sondant leur esprit et leur inconscient, se livrant à une vraie psychanalyse sur sillon. Disséquant leurs comportements amoureux, mettant à jour leurs défauts ou se lançant dans le récit d'histoires tordues et forcément tragiques, Eyedea, Mazta I et les autres ont clairement envie de prouver que le freestyle n'est pas qu'une question de punchlines. Il en résulte un kaléidoscope d'émotions étrange, parfois mystique. "I don't have enough time to reconstruct all the things that fuck me up". Si cette approche pourra en rebuter certains, la rage contenue qui habite chacun de leurs passages devrait en convaincre plus d'un.

Et puis, sinon, on doute qu'Eyedea, habitué aux confessions à cœur ouvert, se préoccupe encore du qu'en dira-t-on. A vrai dire, il s'en fout sûrement complètement. "How does the inside of peoples' heads taste?" Aux dernières nouvelles, avec une partie de sa troupe, ils avaient adopté le patronyme de Carbon Carousel et s'orientaient vers des projets plus rock.... Une nouvelle façon pour Michael de confirmer qu'il déteste cordialement les histoires cousues de fil blanc. "Live for what we fought for and fight for what we live for!"

En tout cas, à défaut de savoir ce que le futur leur réserve, une chose est sûre : avec "This Is Where We Were", Face Candy réussit la gageure, pour le moins rare, de nous proposer un album de rap live qui tient la route de bout en bout. Pour imparfait qu'il soit, ce premier essai propose même dans ses meilleurs moments une synthèse idéale entre la liberté du jazz et la force de conviction du freestyle. Tout est question de timing… et dans ce genre hybride et hautement risqué, on n'avait pas entendu mieux depuis le magique "The Way of the Cipher" de Steve Coleman & The Metrics. C'était en 1995, il y a plus de dix ans. Autant dire une éternité.

par Cobalt pour http://www.hiphopcore.net

Tracklist :
01. Witness Intimidation
02. Pill
03. Life Jacket
04. Infant
05. Feeling Sprayed
06. The Art of Faking Orgasm
07. Buzz Kill
08. Adult Toys
09. Scream Therapy
10. Braille
11. Gun Powder
12. Disappearing
13. PILLOW BITE

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 11:00

http://4.bp.blogspot.com/_QR3dQ0XWkXE/TNCetBDdpLI/AAAAAAAAAiE/M9ChtPCmBkU/s1600/Abd-al-malik---Chateau-rouge-150.jpg

http://www.abdalmalik.fr

http://www.myspace.com/abdalmalikspace

Origine du Groupe : France
Style : Rap , Slam , Alternative
Sortie : 2010

Littéralement stupéfait, c’est la première impression que j’ai ressenti lorsque j’ai écouté Château Rouge, ce quatrième album de Abd Al Malik réalisé par Chilly Gonzales. Alors Chilly Gonzales, ou Gonzales, c’est un incroyable auteur-compositeur-musicien électro canadien, collaborateur de Jane Birkin, Feist, le fou gentil Philippe Katerine ou encore Arielle Dombasle, et accessoirement détenteur du record du monde du plus long concert en tenant 27 heures et 3 minutes au piano.

Comme beaucoup d’autres rappeurs dits littéraires et experts en lettres (Oxmo, Solaar…), Abd Al Malik avait rapproché le rap avec la chanson française, les chansons à texte par le biais du Slam, qu’il a vulgarisé avec Grand Corps Malade, en ajoutant une mise en scène sonore (cette discipline hip-hop est je le rappelle strictement acapella). Mais ça ne suffit plus pour évoluer, il faut regarder d’autres horizons comme l’a fait Disiz la Peste en devenant Peter Punk. Le MC strasbourgeois, lui, a préféré s’illustrer dans un registre électro-pop.

Désappointement, choc,… nombreux sont les mots qui viennent en tête lorsqu’on passe du Slam de « Valentin », s’inscrivant dans la continuité de Gibraltar et Dante, au single « Ma Jolie ». Abd Al Malik chante (!) en poésie sur une mélodie électro-pop entêtante et un rythme entraînant. C’est pour la moins très surprenant ! Et la suite qui se découvre l’est tout autant avec « Miss America », « Mon Amour » en duo avec sa femme Wallen et « Le Meilleur des Mondes/ Brave New World »… Avant de revirer brutalement vers le Slam avec des chansons comme « Dynamo » et l’hybride slam/electro « Centre-ville ». Ses talents de conteur d’histoires truffées de figures de style captivent toujours autant notre attention et l’on s’imagine déjà celui-ci animer la scène raconter son histoire de vélo, ou les douze minutes de « Château Rouge » avec le piano qui crée l’effet cinémascope. Seul regret : Abd Al Malik déclame toujours ses textes sur les mêmes tons et temps que ses deux précédents albums, comme un garçon appliqué et bien éduqué. À la longue, ça peut finir par lasser.

L’élévation stylistique d’Abd Al Malik ne s’arrête pas à cette première moitié électro-pop en majorité, il repousse davantage ses limites et les frontières dans la seconde. Et là, on ne peut qu’écouter sans trop savoir quoi penser. Il n’y a pas que le morceau ska notamment (« SyndiSKAliste ») mais c’est quelque chose d’entendre Abd Al Malik speaking in english in ze text wiz ze frenchy accent sur « We Are Still Kings » et « Ground Zéro » (avec Papa Wemba)… déjà que Château Rouge contient déjà des refrains en anglais. Pour ce qui est de purement rap dessus, se référer au couplet de Matteo Falkone sur « Neon ».

Son ouverture musicale s’est considérablement élargie en s’unissant avec l’univers de Gonzales. Château Rouge est pour le moins un pari hyper risqué, des gens y adhéreront, d’autres salueront la prise de risque et apprécieront l’album à sa juste valeur avec ses qualités et ses défauts, et le reste critiqueront amèrement son auteur. Abd Al Malik est devenu un artiste « inettiquettable », plus… Universal.

par Sagittarius pour http://sagittariushh.wordpress.com


Tracklist :
1 Valentin 3:43
2 Ma Jolie 2:54
3 Miss America 3:47
4 Mon Amour Feat. Wallen 4:08
5 Le Meilleur Des Mondes / Brave New World Feat. 3:33
Primary 1
6 Dynamo Ezra Koenig 5:42
7 Centre Ville 3:30
8 Goodbye Guantanamo 4:23
9 Neon feat. Matteo Falkone 3:45
10 We Are Still Kings 3:45
11 Rock The Planet feat. Cocknbullkid 4:23
12 Syndiskaliste 4:37
13 Ground Zero (Ode To Love) Feat. Papa Wenda 4:53
14 Chateau Rouge 12:06

 

mp3

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 16:00

http://www.disc-over.net/PROMO/SISTER_FA/Sister-Fa.jpg

http://www.sisterfa.com

http://www.myspace.com/sisterfa

Origine du Groupe : Senegal , Germany
Style : Rap Fusion
Sortie : 2009

Sister Fa, l'enfant de Dakar, la capitale vibrante du Sénégal, tire toute son expression artistique inimitable du dynamisme et de la créativité de la métropole Hip Hop d'Afrique de l'ouest. Elle a fait ses premiers pas musicaux dans la scène Hip Hop locale et enregistré sa première maquette en 2000. La vitalité de Sister Fa trouve ses racines en Casamance, au sud du Sénégal. Les riches traditions musicales et culturelles de la région natale de sa famille ont influencé de façon significative sa production artistique en la dotant de notes très personnelles. Après la mort soudaine de sa mère en 2000, Sister Fa a abandonné l'école pour se consacrer complètement à la musique, sans le consentement de son père. Ses efforts ont été récompensés en 2005 par sa nomination en tant qu'"Artiste Révélatrice" au festival de Hip Hop sénégalais. Depuis lors elle est devenue une pièce maîtresse de la scène Hip Hop sénégalaise. La rappeuse la plus connue du pays est un modèle pour beaucoup de jeunes femmes. En plus des sujets sociaux, politiques et personnels, elle utilise sa musique surtout pour frapper les consciences et exhorter au travail pour un abandon de la coutume de la mutilation génitale des femmes. Début 2008, elle a organisé la tournée "Education sans Mutilation" au Sénégal, portant le message de l'anti-excision au public pendant trois semaines. Les plans pour une poursuite de cette action en 2010 sont prêts et visent cette fois au coeur du problème: les petits villages de la campagne. Sister Fa travaille hardiment à l'amélioration de la situation de son pays natal, où elle est une star. Après avoir réussi dans son pays, Sister Fa a monté sa tente au coeur de Berlin, la riche ville culturelle. Forte de ses chansons, de son caractère avenant et d'une fille nouvelle-née, la voilà prête à conquérir le reste du monde.


Sister Fa entered this world in the early 80s in Dakar, the vibrating capital of Senegal. Nourished on the energy and creativity of West Africa's Hip Hop metropolis, she injectes these into her own music with inimitable artistic expression. Rich musical and cultural traditions from her native country have significantly influenced her artistic output, lending it a uniquely personal note. Her lyrics examine social, political and personal subjects, but she uses her music above all for her fight against the tradition of female genital mutilation. Sister Fa is the best-known female rapper in Senegal and a role model for many young women. With a new homebase in Berlin, Sister Fa is ready to share her tales from the flipside of paradise with the rest of the world.

par http://www.sudplanete.net


Tracklist :
1 Milyamba 4:17
2 Selebou Yoon 3:41
3 Amy Jotna 4:13
4 Sarabah 4:18
5 Hip Hop Rek 3:51
6 Soldat 4:02
7 Life Am 4:06
8 Poum Poum Paya 4:07
9 Hip Hop Yaw La Fal 3:24
10 Sister Fa La 4:02
11 Assoukatene 4:29
12 Bou Souba Si Ngone 4:13

 

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 16:00

http://www.ledisquaire.com/images/recto/821702-0826863211229-R-H.jpg

http://www.myspace.com/bantucrew

http://www.myspace.com/docta494

http://www.myspace.com/sisterfa

Origine du Groupe : Senegal , Nigeria , V.A Africa
Style : Rap Fusion
Sortie : 2008

In Western Africa, hip-hop and Islam aren't at odds with one another. As the rap movement swept through Africa in the last few years, young rappers like Bantu, Docta, Sister Fa learned how to make Islam an aspect of their music, particularly in countries like Mali or Senegal that are heavily influenced by Muslim beliefs. Some combine devoutness with social criticism. Others criticise using religion to achieve political aims. The lessons are many and varied, here tought by Bantu, Docta, Sister Fa and many more.

by http://www.piranhashop.de

Krugers Magazine
Piranha's excellent Many Lessons compilation, which documents the seamless merging of hip hop and Islam in West Africa, provides a reminder that combining music with a spiritual message doesn't have to be a recipe for disaster. The widespread popularity of hip hop in countries such as Senegal, Nigeria, Morocco, Guinea and Mali (artists from all five are featured here) isn't necessarily much of a surprise. After all, the potent combination of beats and rhymes is now prominent in just about every corner of the planet. What is less predictable is how successfully West African MCs have turned a genre normally associated with hollow materialism, big doe boasting and casual sexism into a vehicle of social commentary and, most crucially, offering plentiful thanks and praise for the almighty. On the other hand, religious topics have always ranked high in the subject matter of African musicians, including such internationally well-known figures as the late desert blues chief Ali Farka Toure and Youssun Dour, so perhaps it's to be expected the continent's MCs are equally unlikely to shy away from spiritual content.

BBC Online
Behind the counterfeit 50 Cent T-shirts and bootleg mixtapes piled high in market stalls in Western African cities like Dakar lies a thriving indigenous hip-hop culture, one that's inspired as much by the teachings of Mohammed as it is the rhymes of Jay-Z. For, if hip-hop is meant to tell the truth of everyday life, then it's natural that in countries such as Senegal and Mali where Islam is the dominant religion that rappers should reflect that in their rhymes. So in some ways, although the ideals of devout Islam seem to directly contradict the materialism espoused by those rappers flaunting their rides and riches across MTV, this Islamic hip-hop is much truer to the music's original spirit than almost anything we've heard on Def Jam recently.

CD Roots
In Western Africa, it seems hip-hop and Islam might not be so at odds with one another as one might suspect. In the last few years, as the rap movement swept through Africa, young rappers learned how to make Islam an integral part of their music, particularly in countries like Mali or Senegal that are heavily influenced by Muslim beliefs. Some artists combine devoutness with social criticism. Others criticize using religion to achieve political aims. The lessons are many and varied. 'Where in this world do Islam, American pop culture, youth culture and emancipation cross with the heritage of a culture conscious of its traditions? And what comes out of that? The answer is as simple as it is unlikely and is unfolding in these 14 stirring lessons,' says Tobias Maier Of Radio Multikulti of this 2008 release.

Tracklist :   
1. Bantu feat. Ayuba: Many Lessons
2. African Akhlou Bi: Andando
3. Keur Gui: Liye Raam
4. Sister Fa: Selebou Yoon
5. Les Escrocs: Salamalekoum
6. Rifo + Lamine Kouyate: Deadfathers/Fayaale
7. MidNight Shems: Jbal Atlas
8. Silatigui: My Life in the Ghetto
9. Backa: Ya Rassulilah
10.Docta: Xonet
11.General Snipe feat. Kiné Thiam: Bataxal
12.Gokh-Bi System: In God We Trust
13.Gaston feat. Niagass: Jeuf Jel Leu
14.Dread Skeezo feat. Dread Maxim: Mighty Intelligence

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0