Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:40

http://1.bp.blogspot.com/_DpWk-8koALI/Sb-8osyZq8I/AAAAAAAADN8/yPlFN4gf7Io/s320/4+mujeres+y+un+maldito+piano+blacanblues.jpg

http://es.wikipedia.org/wiki/Las_Blacanblus

Origine du Groupe : Argentina
Style : Soul , Jazz , Blues
Sortie : 1994

Estas cuatro mujeres se conocieron en un coro de spirituals y decidieron formar en 1992 una banda de blues, como no podía ser de otra manera. Poco a poco fueron haciéndose conocidas y su show aparecía como "recomendado" en todas las carteleras de fin de semana de los diarios porteños. Fueron invitadas como coristas a la grabación del primer disco de la Mississippi Blues Band.

Llegaron así a grabar el primer disco, "Cuatro mujeres y un maldito piano" (1994), que fomentó aún más su popularidad. Ganaron el premio "Revelación del Año" de la Asociación de Cronistas del Espectáculo e interpretaron con gran recibimiento clásicos como "Sweet Home, Chicago" o "St. Louis Blues".

En 1995 participaron del Aligator Festival, en donde presentaron el nuevo material que integraría el segundo álbum. Especie de niñas mimadas del blues local, las Blancablus tienen seguidores de varias edades y de amplio espectro musical. «No sigue gente que viene del blues, pero también del jazz y, por qué no, del rock». Sobre el hecho de tocar un "blues argentino", contestan «sería tonto pensar que una vive en la misma realidad que un negro que trabaja en una plantación de algodón en New Orleans. Pero lo que realmente importa en la música es que uno ponga emoción, ya sea para decir algo alegre o triste. El asunto es saber volcar la vida interior en una canción Y el arma que nosotras tenemos es ésta» (Clarín, 03/06/95).

Por razones de salud, Mona se retiró de la banda. Pese a ésto, siguieron adelante. Las damas del blues se volvieron a presentar en público en octubre del 2000, para ese entonces convertidas en trío vocal.

En noviembre del 2003 presentaron "Suena en mí", el cuarto disco. "En el material nuevo hay spirituals y rhythm & blues, pero el sello de este trabajo es la apertura estilística", señala Dixon.

En enero de 2006 la banda se separa definitivamente.

para rock.com.ar
permalink


Tracklist :
1. No Quiero Tu Dinero (El Rockito)
2. Blues Latino
3. Maldito Piano
4. Como Lo Hacía Fred Astaire
5. Rouge Y Pentagrama
6. El Agitador
7. John Henry
8. Up Above My Head
9. St. Louis Blues
10. Ma Babe
11. After You´ve Gone
12. Sweet Home Chicago
13. Sixteen Tons

Free Music Icon

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 14:00

http://2.bp.blogspot.com/_KY1Ez0TsjN8/SOu2Q8CBqYI/AAAAAAAAGaM/PuT4__aNh60/s320/miller_lloy_orientalj_101b.jpg

Note :

http://www.myspace.com/366177194

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lloyd_Miller

Origine du Groupe : North America
Style : Jazz World
Sortie : 1963 - 2002

From Wikipedia
Lloyd Miller ou Koroush Ali Khan est un jazzman multi-instrumentiste d'avant-garde américain s'étant intéressé dès les années 1960 aux musiques du monde, en les étudiant et en les intégrant au jazz. En tant que pianiste, il a joué notamment avec Don Ellis et Eddie Harris.

Bien qu'originaire de Californie, et ayant débuté sa carrière aux États-Unis, il émigra rapidement en Europe en 1961. où il a appris la musique iranienne avec Darioush Safvat et Djamchid Chemirani et la musique vietnamienne avec Tran Van Khe, en fréquentant le Centre d'étude de la musique oriental à Paris.

Dans les années 1970, il émigre en Iran et entreprend avec succès des études doctorales sur la musique iranienne. Il produira aussi des émissions télévisées de jazz oriental avec son ensemble Oriental Jazz Quartet et aussi The Mike Johnson Quartet, the U Jazz Ensemble, et the Preston Kies Quartet.

Il devient vite expert au santûr et au zarb iraniens, mais aussi au oud arabe, en plus de pratiquer quelques autres instruments tels clarinette, contrebasse, violoncelle, yangqin, flugelhorn, saxophone alto, cor, etc.

Tracklist :
1. Gol-e Gandom (BYU 67)
2. Amber Eyes (BYU 67)
3. Morning Mist (Paris 61)
4. Gol-e Gandom (SLC 87)
5. Perso Jazz Blend (U of U 68)
6. Cello al la Turque (Tehran 72)
7. Oud Blues (Tehran 72)
8. Amber Eyes (U of U 67)
9. Bhairava (BYU 67)
10. Bhairavi (U of U 68)
11. Njonja Mirah (U of U 68)
12. Kyoto Gardens (BYU 65)
13. Sakura (U of U 68)
14. Hue Wail (BYU 67)
15. Vietnam medley (SLC 93)
16. Chun Chiang Hua Yueh Yeh (BYU 65)
17. Yang chin solo (BYU 65)
18. Eastern Tour (Tehran 72)
19. Gol-e Gandom (Tehran 72)
20. Segah - piano (Tehran 73)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 13:00

http://www.blogcdn.com/www.shoutcastblog.com/media/2010/04/irakerecubalibre.jpg

Note :

http://www.myspace.com/irakere

Clash
First time on CD for this 1980 Japanese release by one of Cuba's best loved bands. Overshadowed internationally by the sucess of Buena Vista Social Club, Irakere inhabit an exalted place with those in the know. A real treaasure for all music lovers.
CD Description
Recorded in Japan in 1980 and released as a Japanese exclusive vinyl LP `Cuba Libre' was composed, arranged and produced by the remarkable Japanese musician Chikara Ueda. With almost the entire original line up in place including Chucho Valdes, Arturo Sandoval, and Jorge Alfonso this is a record of sublime quality that retains all of the authentic essence and beauty of Cuban music.

permalink

Origine du Groupe : Cuban , japan
Style : Latin Jazz Funk
Sortie : 2010

Tracklist :
1. Irakare-Cuba Libre
2. Irakare - Sea Mail
3. Irakare - Encuentro
4. Irakare - Que Pasa?
5. Irakare - Gospelanza
6. Irakare - Cuba Libre (Reprise)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 12:00

http://www.fuud.com/asf/discography/17-38-5554-8i3457he.jpg

Note :

http://www.tutupuoane.info

http://www.myspace.com/tutupuoanemusic


Tutu released her debut album Song in May of 2007, with a small Ducth label, Saphrane. She recorded Song with her trusted working trio of three years, consisting of the talented Belgian pianist, Ewout Pierreux , who is fastly becoming a household name in the Belgian Jazz scene and is also one of Toots Thielemans favorite accompanists, the young Dutch drummer Jasper Van Hulten, who is the regular drummer for the Dutch trumpet player, Eric Vloeimans, and also from the Netherlands, the bassist Guus Bakker. The album also features the great Belgian trumpeter Bert Joris, Dutch saxophonist Mete Erker and Belgian guitarist Geert Hellings.

by GuessNot4Me

permalink

Origine  du Groupe : South Africa , Belgium

Style : Jazz World , New Jazz

Sortie : 2008

Tracklist :

1. Just about everything
2. That's all
3. For the time being
4. Rejoice
5. Prologue to...(he needs me)
6. He needs me
7. You are my sunshine
8. Mango picker
9. Song
10. A case of you
11. Ke a go leboga

00000000000000DOWNLOAD

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 13:30

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51SN8XCQ72L._SL500_AA300_.jpg

Note :

http://en.wikipedia.org/wiki/Willie_Bobo

http://fr.wikipedia.org/wiki/Willie_Bobo

Origine du Groupe : North America

Style : Latin Jazz World , Salsa , Funk , Percussion

Sortie :1963

Tracklist :
1.Bobo! Do That Thing
2.Diferente
3.Be's That Way
4.Un Solo Favor
5.Azulito
6.Grab Your Hat
7.Chickadee
8.Guajira
9.Rigor Mortis
10.Latin Interlude
11.A La Bobita
12.Ritmo Tymbale

00000000000000DOWNLOAD

Willie Bobo était un des percussionnistes latins les plus grands de son temps, un chanteur invétéré qui s'appuyait sur congas et timbales, un fantaisiste extravagant sur scène et un chanteur attirant. Il a été une forte influence pour le R&B, la pop et le monde plus orthodoxe du jazz, et a déclaré que sa chanson préférée était "Dindi" d'Antonio Carlos Jobim.

Il grandit dans le quartier espagnol de Harlem et commença à jouer du bongoes juste avant de jouer avec Pérez Prado un an plus tard, d'étudier avec Mongo Santamaría puis de servir de traducteur. A l'age de 19 ans il rejoint Tito Puente pour 4 ans. Mary Lou Williams donna à Correa son surnom de Bobo lorsqu'ils enregistrèrent leur album dans les années 50.

Après avoir travaillé avec Cal Tjader, Herbie Mann et Santamaría – avec qui il enregistra le classique latino « Afro-Blue » - , Bobo continua son premier album en tant que leader en 1963, avec Clark Ferry et Joe Farell aux accompagnements. En enregistrant pour Verve au milieu des années 60, Bobo réalisa les meilleurs ventes pour un soliste avec les albums qui ont atteint des sommets avec des morceaux pop de l'époque mélangés à des rythmes latins, comme "Spanish Grease" et "Fried neck bones and some home fries."

Ensuite, Bobo joua dans d'innombrable Jam sessions à New York, enregistrant des titres avec des artistes comme Miles Davis, Cannonball Adderley, Herbie Hancock, Wes Montgomery, Chico Hamilton et Sonny Stitt. En 1969, il déménage pour Los Angeles où il dirige des combos de jazz et des combos de latin jazz.

Il fit une apparition dans la première série de Bill Cosby (1969-71) et dans des émissions de variété en 1976. En même temps il enregistra des solos pour Sussex, Blue Note et Columbia. L'une des dernières apparitions de Bobo, seulement 3 mois avant son décès suite à un cancer, était en 1983 pour le Jazz Playboy Festival, où on le retrouva à côté de Santamariá, ce qui n'était pas arrivé depuis 15 ans.
Discographie

    * Sabroso! (Fantasy, 1961)
    * Do That Thing/Guajira (Tico, 1963)
    * Bobo's Beat (Roulette, 1964)
    * Let's Go Bobo! (Roulette, 1964)
    * Spanish Grease (Verve, 1965)
    * Uno, Dos, Tres 1.2.3 (Verve, 1966)
    * Feelin' So Good (Verve, 1967)
    * Juicy (Verve, 1967)
    * Bobo Motion (Verve, 1967)
    * Spanish Blues Band (Verve, 1967)
    * A New Dimension (Verve, 1968)
    * Evil Ways (Verve, 1968)
    * Do What You Want To Do, Tomorrow Is Here (Sussex, 1971)
    * Tomorrow Is Here (Blue Note, 1977)
    * Hell Of An Act To Follow (Columbia, 1978)
    * Bobo (Columbia, 1979)
    * Lost & Found (Concord Picante, 2006)
Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 14:00

http://www.jazzpodium.nl/images/2006-12-cvr_getatchew_mekuria__the_ex.jpg

Note :

http://www.theex.nl

http://www.myspace.com/theexnl

Origine du Groupe : Ethiopia , Netherlands

Style : World , Jazz Fusion , Experimental

Sortie : 2006

Tracklist :

01/ Ethiopia Hagere
02/ Sethed Seketelat
03/ Eywat Setenafegagn
04/ Che Belew Shellela
05/ Aynamaye Nesh
06/ Aynotche Terabu / Shemonmwanaye
07/ Musicawi Silt
08/ Tezeta
09/ Almaz Yeharerwa
10/ Tezalegn Yetentu
11/ Aha Begena

00000000000000DOWNLOAD

Le goût prononcé des infatigables The Ex (25 ans de carrière, plus d'une vingtaine d'albums, un nombre incalculable de concerts) pour les rencontres musicales improbables n'est pas nouveau (on se souvient, entre autres, de leurs albums avec Tom Cora). Cette curiosité les a amenés depuis quelques années déjà vers l'Afrique, comme en témoigne ce disque.
A l'initiative passionnée de leur guitariste et membre fondateur Terry Ex, grand connaisseur et défenseur des musiques d'Afrique de l'Est, le groupe enregistre déjà quelques tournées en Ethiopie. Suffisamment pour qu'il devienne un véritable ambassadeur pour les grands musiciens de ces contrées offrant même à certains de nouvelles carrières artistiques sur scène et sur disque. "Moa Anbessa", leur dernier album (mi-live mi-studio) est l'illustration parfaite de cette démarche et vient couronner leur récente tournée avec l'Ethiopien Getatchew Mekuria. Ce monsieur surnommé le négus du sax (rien que ça) est dépositaire du Shellele, genre assez virulent qui lui fut inspiré par des chants guerriers traditionnels. Tout au long de ce disque composé d'adaptations plus ou moins libres de grands thèmes éthiopiens, Getatchew mène la danse avec son jeu puissant et son style très personnel (notamment un vibrato démentiel) qui se marie parfaitement avec les sonorités punks des Hollandais. A aucun moment la rencontre de ces deux mondes ne semble bancale, Getatchew Mekuria et The Ex ayant parfaitement réussi à mixer leurs univers, en particulier sur des morceaux comme "Almaz Yeharerwa" et "Tezalegn Yetentu" où le chant crié typiquement "exien" de GW SoK alterne avec les phrasés de Getatchew. C'est terriblement efficace et certains morceaux nous emmènent dans des transes débordantes d'énergie (il faut dire que ce joyeux big band compte 10 musiciens !) Voila, tout ça est chaud, puissant et hautement jubilatoire. On est bluffé par la vitalité que le septuagénaire insuffle à sa troupe punk d'un jour. Et puis, ce disque est aussi un bel objet édité sur Terp (le remarquable label de Terry Ex) et accompagné d'un copieux livret retraçant l'ensemble de la carrière du musicien éthiopien.

Cyril Lacaud

permalink

 

From Wikipedia :

Gétatchèw Mèkurya s'initie jeune aux instruments traditionnels éthiopiens tels que le krar et le mèssengo, avant d'opter pour le saxophone et la clarinette. Adolescent, il commence sa carrière en 1948 au sein du Municipality Band d'Addis-Abeba et intègre le fameux Police Orchestra en juillet 1964 au sein duquel il accompagne les chanteurs Alèmayèhu Eshèté, Hirout Béqélé et Ayaléw Mèsfin[1]. Il a compté parmi les premiers musiciens à jouer une version instrumentale du chant guerrier éthiopien Shellèla . C'est avec la sortie de l'album Negis of the Ethiopian Sax que Mekuria s'est fait connaître sur le plan international comme l'un des musiciens les plus importants de l'Éthio-jazz. Il a fait une longue carrière au sein de plusieurs des grands orchestres de la capitale éthiopienne. Il vit toujours à Addis-Abeba  et se produit régulièrement au Sunset Bar du Sheraton.
De 1974 à 1994, il est professeur de musique des orchestres de police d'Addis Abeba où il vit toujours actuellement .

Collaboration avec The Ex :
Depuis 2004 il collabore régulièrement avec le groupe post-punk  The Ex, qui l'a invité à jouer lors de son concert anniversaire à Amsterdam. En retour, Mekuria a demandé à The Ex de participer à son album Moa Anbessa de 2006. The Ex et Mekuria ont fait une tournée ensemble aux Pays-Bas, en Belgique et en France en 2006 et 2007.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 15:30

http://www.smooth-jazz.de/images/gallery2/Khumalo.jpg

Notes : +

Origine du Groupe : South Africa

Style : Jazz World , Smooth Jazz

Sortie : 2002

Tracklist :

01 - Ngwana Wa Mme
02 - Hymn for Taiwa
03 - He Said
04 - Township Tempo
05 - Celebrate Mzansi
06 - African Mood
07 - Song for Leonard
08 - Vat My Huis Toe
09 - Kgotso Africa
10 - Mntungwa

00000000000000DOWNLOAD

From wikipedia :

Moses Khumalo (born Soweto January 30, 1979 — died September 4, 2006) was a South African jazz saxophonist. He studied at Manu Technical College from 1994-1998 after graduating from community college. He started with the piano but switched to the saxophone in February, 1995.

He first performed publicly at the Grahamstown National Arts Festival in 1995, and gained attention in the jazz world as a member of Moses Taiwa Molelekwa's band. In the following years he played with Hugh Masekela, Sibongile Khumalo, and Paul Hanmer. Khumalo had been dubbed "one of South Africa's most promising young saxophonists."[1]

Moses Khumalo died of an apparent suicide by hanging on September 4, 2006.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 16:00

http://img.ozap.com/01185858-photo-pochette-always.jpg

Note :

http://www.azizamustafazadeh.de

http://www.myspace.com/azizamustafazadeh

Origine du Groupe : Azerbaïdjan

Style : Jazz Fusion , Jazz World

Sortie : 1993

Tracklist :

1. Always
2. Heartbeat
3. Crying Earth
4. Ajd
5. Yandi Ganim Daha
6. I Dont Know
7. Vagif
8. Marriage Suite
9. Kaukas Mountains
10. Dangerous Piece

00000000000000DOWNLOAD

Always is the second album released by Azeri jazz artist Aziza Mustafa Zadeh. It was released in 1993. For it, she won the Echo Prize from Sony and the Phono Academy Award. Overall, 1.000.000 copies of this album was sold worldwide.

from Wikipedia

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 14:00

http://www.didiermalherbe.com/airhcd2.jpg

Note :

 

http://www.hadouktrio.com

http://www.myspace.com/hadouktrio

 

Sortie : 2010

Style : Jazz World , Experimental

 

Tracklist :

1 - Lomsha

2 - Aerozen

3 - Babbalanja

4 - Yillah

5 - Dididi

6 - Friday the 13th

7 - Hang Around Me

8 - Hang2hang

9 - Nambaraï gate

10 - Nambarai

11 - Ayel

12 - Tricotin

13 - Soft landing

DOWNLOAD1.gif

 

Après ces grandes réussites que sont « Utopies » et « Baldamore » (50 000 albums vendus) et des prix prestigieux (dont les Victoires de la Musique Jazz 2008), Hadouk Trio nous revient enfin avec un nouvel album studio très aérien et qui nous transporte encore plus loin. Tout en gardant ces racines africaines qui font le charme incroyable de leur musique métissée, le groupe s’aventure aussi ici sur de nouvelles pistes peu fréquentées tout en développant encore la palette multiple des claviers, percussions ou des instruments dits ethniques avec toujours cette élégance et ce sens de l’humour, unique. Hadouk est un monde par lui-même, fait de racines aériennes et de terres rêvées, un continent imprévu qui pointe entre l’Afrique et l’Orient, un rivage improbable qui s’avance entre jazz et world, une véritable rose des vents qui se dessine sur le portulan des musiques du monde. Bref, Hadouk c’est une cosmologie en soi, avec ses constellations et ses horizons libres, ses lignes de grande transhumance et ses astres de première magnitude. Après avoir célébré la chimère totémique (« Shamanimal ») et s’être hissé au sommet du perpétuel présent (« Now »), le trio se voit couronné d’une Victoire de la Musique pour son cinquième album, « Utopies », aux tournoiements météoriques. Sur les traces mêlées d’Hermann Melville et de Saint-Exupéry, Hadouk joue désormais la fille de l’air. En terrain connu, certes, mais toujours en mouvement vers quelque terra incognita, nos trois baroudeurs de sons ouvrent ici d’autres pistes auxquelles font maintenant échos de nouvelles lignes aériennes… Bienvenue à bord d’Air Hadouk ! Transport garanti sans kérosène, décollage « aérozen », pour un périple aux destinations en devenir. Plus élégant que le low coast, plus chic encore que le saut orbital du tourisme spatial, « Air Hadouk » offre un survol planétaire aux saveurs hédonistes, naturellement poussé par la brise et l’aquilon. En ligne de mire : cet horizon où confins et intime se rejoignent, et depuis lequel les rivages continentaux se redessinent à l’aune de nouvelles métamorphoses instrumentales. Ainsi le khen, orgue à bouche du Laos, se solarise de contours électriques ; le hang, au croisement chatoyant du steel drum et du gamelan, se dédouble et s’ouvre au chromatisme ; le doudouk se jazzifie du côté de chez Monk ; le hajouj, basse du désert à peau de dromadaire, devient piccolo pour prendre de la hauteur, alors que fait son apparition la flûte bahu, anche libre chinoise jouant de ses ondulations ourlées… Autant de territoires sonores qui s’inventent dans la distance prise avec le terroir d’origine. Visant l’azur, Hadouk épure ses lignes, s’allège et s’élève, plus aérien que l’atmosphère. Swing et loopings, mélodies en escadrilles, haute voltige rythmique et harmonies planantes, nos trois copilotes optent résolument pour le jeu des figures libres. Mais ils sauront aussi vous conduire, sans turbulences, vers un atterrissage en douceur. Bon vent !

permalink

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 10:45
http://musikplease.com/wp-content/uploads/2009/12/skeletons-smile.pngNote :

http://nostalgia77.com
http://www.myspace.com/nostalgia77

Sortie : 2010
Style : Jazz , World , Funk , Soul , Instrumental

Tracklist :
02. Marathon Man
03. Mr Mystery
04. 50 Degrees
05. Gravel
06. Firesticks
07. Over The Bridge
08. Skeletons
09. Guadelupe
10. Mulatu
11. Blood
12. Adam And Eve featuring the voice of Alice Russell
DOWNLOAD1.gif

http://www.parisdjs.com/images/tru-thoughts/Skeletons-Smile_B_b.jpg


Benedic Lamdin est un type qui n’aime pas s’ennuyer. Pourtant bien occupé avec sa double casquette de musicien-producteur (Nostalgia 77) et patron de son propre label (Impossible Ark Records), le désoeuvrement prend chez lui des formes particulières aux conséquences inattendues.

Avec Skeletons, on se dit que Lamdin a trouvé de quoi combler ses rares périodes d’inactivité en peuplant son salon. Plus qu’un groupe, Skeletons est avant tout un projet dans lequel les protagonistes ne se sont pas rencontrés au sens physique du terme. Chacun des musiciens a été enregistré séparément, en l’absence des autres, un casque sur les oreilles et le travail des précédents en toile de fond. Leur seul point commun fut d’habiter temporairement le salon de leur hôte, transformé en studio d’enregistrement improvisé. Après le home studio, le home band ; plus fort que le jeu Guitar hero. Et on imagine assez bien le deal : OK Alice, tu peux dormir chez moi, mais tu me fais un petit quelque chose sur "Adam and Eve"…. Benedic a ensuite assemblé les bandes enregistrées pendant trois ans et donné naissance au plus étonnant groupe de jazz qui soit. Cuivré et groovy, Skeletons – le groupe – fusionne les chorus de sax à la Stan Getz, les ambiances éthiopiennes décidément très en vogue et l’afro funk, à la fois proche du Quantic Soul Orchestra et du Heliocentrics.
par Stéphane Andrieu
permalink
Partager cet article
Repost0