Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 21:00
http://commonfolkmeadow.files.wordpress.com/2009/10/emilie_lund_ep_mp3_cover.jpgNote :

http://www.myspace.com/emilielund
http://www.aaahh-records.net/emilie-lund-emilie-lund-ep/

Sortie :2009
Style : Folk

Tracklist :
Emilie Lund – Childhood Friend
Emilie Lund – Sad Blue Mountain
Emilie Lund – Getting Late
Emilie Lund – Rewind
Emilie Lund – Something Is Eating Me

DOWNLOAD1.gif (zip) - sept. 2009

Creative Commons License
Emilie Lund EP by Emilie Lund is licenced under this Creative
Commons Attribution-Non Commercial Use 3.0 Unported Licence.

 

Le folk a rarement droit de cité ici, alors quand on tient une perle comme Emilie Lund autant ne pas se gêner pour dire tout le bien que l'on pense de sa msuique. On la découvre donc avec 5 chansons folk qui la rapproche de la mouvance Devandra Banhart, Cocorosie ou Vashti Bunyan.
Publié sur le label Aaahh Records, ce EP est une petite merveille de folk mélancolique porté par la voix superbe de cet charmante suédoise, accompagnée principalement d’une guitare et d’un piano. A découvrir sans tarder.

permalink

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 18:00
http://www.progarchives.com/progressive_rock_discography_covers/3391/cover_31351421122007.jpg

http://www.wovenhand.com/
http://www.myspace.com/wovenhand

Ceux qui ont eu l'occasion de le voir sur scène savent à quel point David Eugene Edwards (qui officiait essentiellement comme leader de 16 Horsepower avant de mener son projet personnel avec Woven Hand depuis quelques années) est habité par sa musique et possédé par ses chansons. Ce dernier album achève de nous en persuader.
Résolument attaché à toutes les formes que peut prendre la tradition, en musique notamment, cet obscur troubadour du nouveau continent est semblable au missionnaire exilé qui prêche la bonne parole dans les contrées hostiles. C'est par des chansons en l'occurrence que la mission est remplie. L'album fera donc état des différentes étapes de cette conquête. "To Make a Ring" en sera l'épopée sauvage, "Off The Cuff" le cri tonitruant de la victoire. "Chest of Drawners" - avec ses paroles qui n'étonneront aucun fan de 16 Horsepower : "Go Into The Lord's House..." - sera la trêve nécessaire après la débauche d'énergie précédente et marquera le recueillement intérieur, le ressourcement spirituel. Les autres chansons s'apparentent le plus souvent à de l'évangélisation pure et simple à base d'une country livide et décharnée, traversée par les thèmes chers à David Eugene Edwards : le Christ, la culpabilité, la rédemption en tête. Armé de quelques percussions, d'un piano, et bien sûr de nombreux instruments à cordes, le plus souvent acoustiques, David Eugene Edwards enchaîne ses chansons comme d'autres égrèneraient leur chapelet, avec la fervente conviction de l'illuminé et la constance implacable du pasteur déclamant son sermon. Le résultat est un disque homogène et de très bonne tenue, qui creuse plus profond le sillon déjà tracé par 16 Horsepower en introduisant des atmosphères plus introspectives, plus sobres et plus sombres et en radicalisant encore plus le discours. "Consider The Birds" est sans doute l'un des exercices de prosélytisme musical les plus réussis dans son genre, et s'inscrit donc avec une grave majesté dans la lignée des excellents précédents essais de Woven Hand. Du pain béni pour nos oreilles.
permalink

Note :

Tracklist :
01 -
Sparrow Falls
02 - Bleary Eyed Duty
03 - To Make a Ring
04 - Off the Cuff
05 - Chest of Drawers
06 - Oil on Panel
07 - Speaking hands
08 - Down in Yon Forest
09 - Tin Finger
10 - Into the Piano
DOWNLOAD1.gif ou
DOWNLOAD1.gif
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 13:00

 
Parmi les artistes folk qui comptent pour moi et dont chaque nouvel album constitue un événement, aussi microscopique soit-il pour le reste de la planète, Tara Jane O'Neil occupe une place de choix. Découverte au début des années 2000 avec son premier effort solo "Peregrine", elle n’a depuis cessé de prouver tout l’intérêt d'une musique qui trouve ici une nouvelle expression de son talent avec ce superbe "A Ways Away". Dominé par une guitare reverb, quelques sons de tamboutins, une bass sourdes, quelques drones et la voix éthérée et magique de Tara Jane O'Neil, ce nouvel album dévoile 10 morceaux à la fois d’une grande intensité et d’une grande douceur parmi lesquels on retrouve un de ses plus fameux titres, le splendide "Howl" déjà présent sur l’album "You sound, reflect" en 2004. L’album commence par un titre que l’on croisait tout droit échappé de l’album de Vincent Gallo "When" (un petit chef-d’œuvre pour ceux qui ne connaissent pas !) pour ensuite nous rappeler le "The End" des Doors. Le ton est donné, l’ambiance est posée, reste plus qu’a suivre la demoiselle dans un voyage embrumé de 37 minutes de musique folk expérimental, presque mystique, qui nous maintient en apesanteur et dont on ressort finalement léger et heureux. Si Bill Callahan nous a donné avec "Sometimes I Wish We Were An Eagle" un grand album de folk mélancolique qui figure déjà comme une des grande réussite de cette année 2009, Ce "A Ways Away" pourrait bien être son pendant féminin.
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 12:45


This is the 3rd album by Zelmani, an extraordinarily gifted singer-songwriter from Sweden. I first heard her voice on the my best friend's wedding soundtrack ["Always You"] and was immediately struck by how warmly soothing and evocative her singing was. Not one to resort to vocal pyrotechnics, her style is much more subtle, understated and gracefully elegant. Her songs are usually mellow folk songs with gentle delicate melodies and eclectic touches such as the use of the sounds of a whiplash or tap dance and feature often melancholic, dreamy and introspective lyrics. Unfortunately, she seems to be little known outside of Sweden. Her songs touch and move one with effortless grace. A rare gem.
permalink


Note :
Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 22:34
 



Quand l'ex chanteuse Victoria Bergsman du groupe pop suédois The Concretes se met en solo cela donne un premier album Open Field sous le pseudo mystérieux de Taken By Trees... On reparle beaucoup de Victoria ces temps-ci car elle va sortir un second album début septembre 2009 toujours sous le pseudo de Taken By Trees : East Of Eden dont le premier morceau est téléchargeable ici. Je suis plus qu'impatiente de découvrir sa deuxième galette mais il serait d'abord bon de faire une petite piqûre de rappel à travers son premier album Open Field. Cela vaut vraiment la peine. Comme peut être certains d'entre-vous, je n'ai découverte Taken By Trees qu'il y a quelques mois et depuis difficile de décrocher de cette sublime voix scandinave si douce et attachante. A chaque fois que j'entends la voix de Victoria, j'ai envie de la prendre dans mes bras et pourtant je ne suis pas très démonstrative, elle est devenue mon rayon de soleil quand le temps est en berne, elle est devenue ma lumière quand un coup de cafard me prend. Je suis étonnée (?) une fois de plus qu'Open Field ait reçu si peu d'échos en francophonie (le seul article que j'ai trouvé c'est sur l'excellent site Hop Blog), c'est à la limite du scandale et je ne mâche pas mes mots. Mais contrairement aux apparences, je n'ai pas été bouleversée par la première écoute de ce premier opus, je l'ai trouvé très agréable et stylé, le tout était, bien entendu, rehaussé par la voix pure et cristalline de Victoria et par la co-production sophistiqué et minimaliste de Björn Yttling (repsonsable de Youth Novels de Lykke Li que je n'ai toujours pas chroniqué alors que je le possède depuis un an, d'As Day Follows Night de Sara Blasko, que je choniquerai dès une écoute attentive et surtout du formidable Leaving On A Mayday d'Anna Ternheim en chronique et écoute ici), mais il n'y avait pas de quoi crier au génie si vous voyez ce que je veux dire... pourtant au bout de trois écoutes, j'ai revu mon jugement, cet album était devenu enchantement à mes oreilles. Tell Me est à la fois une excellente introduction et un résumé de l'album : quelques percussions feutrées (très spécifiques du son du co-producteur et musicien Björn Yttling), quelques accords de guitare répétitifs, une voix angélique magnifiée dans les choeurs par un léger réverb, ambiance aérienne garantie sur cette merveille folk. Les percussions se font plus rapprochées et oppressantes sur Julia. Le son est plus enlevé sur cette piste aux saveurs japonaises. Un diamant brut. Le rayonnant The Legend continue d'émerveiller sur une très belle instrumentation. Plus minimaliste que Sunshine Lady, tu meurs. Mené tambour battant par un simple banjo, cette song acoustique possède un charme fou indémodable. Féerique. Ah voici le premier single Lost And Found, comment résister à cette saveur pop doucement rétro ? Impossible avec ce petit chef d'oeuvre. Le Japon est de nouveau de la partie sur le magnifique et élégant instrumental Open Field. Retour au paradis sur le splendide et délicat Hours Pass Like Centuries. Ce petit prodigue est l'une de mes chansons préférées de l'album. Too Young surfe également sur des effets musicaux qui donne un ton fluide, léger et aérien, beau tout simplement. Only Yesterday possède un aspect plus sombre, plus aigu mais tout aussi enchanteur tandis que le sublime Cedar Trees renoue avec une instrumentation plus simple au parfum délicat de l'asie. Une fin parfaite. Raffiné, subtil, élégant, aérien et gracile, cet album folk est un énorme coup de coeur.
permalink

 

Note :
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 16:16
 



Troisième album de Jesse Sykes & The Sweet Hereafter, Like, Love, Lust & The Open Halls Of The Soul permet au groupe de prendre enfin ses distances avec les standards americana de ses débuts. Assisté d’un nouveau batteur, le combo s’embarque donc sur son disque le plus aventureux. En effet, souvent plus enlevé que ses prédécesseurs (notamment sur des titres comme "You Might Walk Away" ou l’impressionnant "I Like The Sound"), ce nouvel album permet à Jesse Sykes de flirter brièvement avec la Soul ou la pop Sixties, tout en s’avançant majestueusement, et au travers de ballades toujours plus hantées (où sa voix envoûtante irradie mieux que jamais), vers le splendide morceau titre qui clôt l’ensemble sur une saisissante apothéose.

Récemment sollicitée pour accompagner Bright Eyes en tournée, mais aussi pour prêter sa voix sur le projet Altar (chez Southern Lord), première collaboration du duo néo-doom SunnO))) (dont le leader Greg Anderson dit apprécier le son "austère et profond" des Sweet Hereafter) et du trio japonais Boris, Jesse Sykes continue de dresser des passerelles entre les genres, s’éloignant ainsi toujours un peu plus (ou un peu mieux) d’une sphère americana jugée trop étroite.

C’est, en tout cas, avec la même volonté de ne surtout pas se laisser enfermer dans un style trop cloisonné que la chanteuse a cherché à emmener ses Sweet Hereafter vers des horizons plus vastes sur Like, Love, Lust & The Open Halls Of The Soul, son troisième album. "Ce que nous voulions le plus, explique la chanteuse, avec ce disque, c’était qu’il renvoie l’image d’un groupe qui continue à grandir, à s’épanouir." Ce souci n’est évidemment pas anodin pour un groupe qui, arrivé à un stade décisif de son évolution, sait pertinemment que son salut passe plus que jamais par la recherche d’une vraie dynamique collective. Et c’est notamment dans cet état d’esprit qu’a été engagé Eric Eagle, le nouveau batteur. Jesse Sykes : "Son jeu est pour beaucoup dans l’évolution de notre son. Il nous a poussé à ne pas nous reposer sur nos acquis."

Ainsi, deux ans après l’excellent Oh, My Girl qui avait achevé de l’installer parmi les figures les plus captivantes et atypiques de l’alternative country américaine, Jesse Sykes s’est embarquée dans un troisième voyage en compagnie de ses Sweet Hereafter. Elle explique : "J’ai l’impression que je me suis davantage laissée aller sur ce disque. Je suis notamment partie du principe que la vie était aussi importante que l’art et qu’il ne devait pas y avoir de séparation entre les deux."
De son propre aveu, l’expérience aura même été plutôt éprouvante : "De toute façon, chaque enregistrement est toujours un peu douloureux dans la mesure où le processus créatif implique une sorte de distillation de l’âme. Quelque chose vous traverse et ça ne peut pas se faire sans difficulté ou sans bouleversement..." Avant d’ajouter : "Lorsqu’un enregistrement s’étale sur plusieurs mois, comme ce fut le cas ici, on se retrouve embarqué dans une aventure collective qui empêche de rester concentré sur ses propres problèmes. En même temps, il est aussi difficile de ne pas se sentir happé par les soucis des autres, surtout lorsqu’on a, comme moi, un tempérament très empathique. J’imagine que c’est ce qui rend les choses si compliquées à gérer..."

Selon Jesse Sykes, le véritable point de départ de l’album a été le moment où elle en a trouvé le titre : "‘The Open Halls Of The Soul’ était la première chanson que j’écrivais pour ce disque et je me suis tout de suite dit que ce serait un très bon titre pour l’album. Pour moi, ce morceau était comme une sorte de voyage intérieur qui devait me conduire à une sorte de transformation. J’aimais aussi cette idée d’un disque tournant autour du thème du renoncement, d’une forme d’abandon (‘And I wouldn’t be surprised / If we never sang this song again’, ce que l’on pourrait traduire par ‘Je ne serais pas surprise / Si nous ne chantions plus jamais cette chanson’)."

Passée cette étape, son écriture s’est libérée, ce qui a permis au groupe d’explorer de nouvelles pistes comme la pop aux accents Sixties de "You Might Walk Away" ou la résonance très soul de "The Air Is Thin" (dont les cuivres semblent directement issus des orchestrations Stax telles qu’on les entend sur les balades d’Otis Redding, par exemple), tout en continuant de creuser le sillon magnifique de ces ballades envoûtantes ("Eisenhower Moon", "Station Grey") sur lesquelles la voix de Jesse Sykes brille toujours avec autant d’intensité.

Finalement, Like, Love, Lust & The Open Halls Of The Soul s’achève sur la magnifique apothéose du morceau titre qui doit bien être l’une des plus franches réussites du groupe, à ce jour.
permalink


Music
Note :
Partager cet article
Repost0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 14:37
http://www.aleladiane.com
Aela-Diane.jpg"The Pirates Gospel" avec un titre d'album comme ça , votre humble serviteur ne pouvait passer à coté !

Alela Diane Menig
chanteuse compositrice californienne , nous gratifie d'un son folk psyché intimiste qui laisse sans voix .
Le timbre phonique d'Alela collant à la perfection au style musical composer , est  un véritable délice pour les oreilles . Mélodieux , mélancolique nous invitant à la révasserie "The Pirates Gospel" nous fait naviguer sur les flots d'une mer sonore vaste calme et tranquille , au rythme ondulatoire de la guitare folk !
A écouter et à réécouter !!!!


Discographie :
  • Forest Parade, auto-produit, 2003.
  • The Pirate's Gospel, auto-produit, 2004.
  • The Pirate's Gospel, Holocene Music, 2006.
  • Dry Grass and Shadows, Grass Roots Records, 2006.
  • Songs Whistled Through White Teeth, Names Records (UK), 2006.
  • The Pirate's Gospel, Names Records, avril 2007.






Note :
Partager cet article
Repost0