Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 11:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4199ofJmngL._SL500_AA300_.jpg

Note :

http://www.myspace.com/jahwobble

It starts with high, yelping vocals, a slow, solid beat from the barrel-like taiko drum, and the wail of the hichiriki flute used in Shinto religious ceremonies. Then comes the distinctive rumbling bass that is the trademark of one of Britain's maverick veterans. Jah Wobble is off on his musical adventures once again. He may have started out as the backbone of the early Public Image Ltd, but he has gone on to fuse dub with jazz-rock, English folk and (most recently) far eastern themes, with his bravely original Chinese Dub. Now he has moved on to reinterpret Japanese styles, using very much the same technique, matching traditional acoustic instruments against his bass, beats keyboards and programming, and doing so with remarkable delicacy. Best of all is his treatment of traditional pieces such as Kokiriko, in which the sturdy vocals from drummer Joji Hirota are matched against the zither-like koto or banjo-like shamisen, with Wobble's bass holding the music together.

by Robin Denselow
permalink


Origine du Groupe : U.K
Style : Electro Dub World
Sortie : 2010

Tracklist :
1 Shinto Dub (4:39)
2 Cherry Blossom Of My Youth (4:14)
3 Kokiriko (2:58)
4 K Dub 04 (2:18)
5 K Dub 05 (3:19)
6 Hokkai Bon Uta (3:21)
7 Ma (5:59)
8 Taiko Dub (3:01)
9 Mishima / Kurosawa (6:01)
10 K Dub 10 (2:39)
11 K Dub 11 (1:59)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 13:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61JeyHf%2BydL._SL500_.jpg

Note : ++

http://www.bombaydub.com

http://www.myspace.com/bombayduborchestra

Step inside the sound of 3 Cities, Bombay Dub Orchestra's sophomore release, and experience the crossroads where Mumbai, Chennai, and London musically meet. Since the release of their self-titled debut, the name Bombay Dub Orchestra (consisting of composer/producers Garry Hughes and Andrew T. Mackay) has built quite a reputation.  From main-stage performances at the UK's Big Chill Festival and Djing across the globe, scoring feature films to remixing such world-renowned artists as Bob Marley, Nusrat Fateh Ali Khan, and Bebel Gilberto, fans and critics have been eagerly awaiting their next album.  For 3 Cities,
both Hughes and Mackay traveled to Mumbai and Chennai to record with the cities' premier musicians and vocalists before returning to London to mix the album. 3 Cities is where their cinematic soundscapes meet Indian Classical and electronica featuring a huge cast of over 75 musicians.

permalink

Origine du Groupe : India , U.k
Style : Electro Dub
Sortie : 2009

Tracklist :
1. Egypt By Air (Bombay Dub's Funky Old Medina Remix)
2. Monsoon Malabar (International Observer Remix)
3. Journey (Rise Ashen Nataraj Dub)
4. Egypt By Air (Earthrise SoundSystem Remix)
5. Junoon (Bombay Dub's Jaipur Active Remix) ♪
6. Journey (Liquid Stranger's Sliptrip Edit)
7. Junoon (Alpha & Omega Dub #3)
8. Monsoon Malabar (Bombay Dub Orchestra's Dub Mix)
9. Journey (Pathaan's Epic Mix)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 18:00

http://www.actuzik.fr/wp-content/uploads/2010/03/molecule.jpg

Note :

http://www.molecule-music.com

http://www.myspace.com/moleculeindub

Origine du Groupe : France

Style : Electro Dub , Electro

Sortie : 2010

Tracklist :
01. Nymphes 1:26
02. Jamaica feat. Zig Zag 4:03
03. You Got Me feat. Flox 3:50
04. Jamais Choisi feat. F f & Leeroy 4:36
05. Our Town feat. Zig Zag 5:50
06. Feels Like You feat. Blond Dub Sexy Sound 3:39
07. Faluja (Isotroph Remix) 4:46
08. Ambush feat. Zig Zag 3:48
09. Baby Girl 2014 feat. Martina Topley-Bird 3:51
10. Na ades 1:45
11. L’Entr e Du Chef feat. Leeroy 2:45
12. Music Is My Protection 11:16

00000000000000DOWNLOAD


En trois ans et trois albums (" Part of you ", " In dub V1.0 " et " Climax "), Molecule s'est imposé au sein de la famille française de l'électro-dub. Une tribu dans laquelle il tient une place particulière. Car, grâce à la qualité et l'inventivité de ses créations sonores, Molecule a largement contribué non pas au renouveau du dub, mais à son enrichissement en l'orientant vers de nouveaux horizons musicaux. Participant, aux côtés d'autres, ténors ou de la nouvelle génération comme lui, à insuffler un second souffle à un courant musical en manque d'inspirations depuis quelques années déjà. Ce qui différencie l'artiste dans cet univers musical : une formule bien à lui concoctée à partir d'une base dub, à laquelle il a additionné intelligemment une dose d'électro + une bonne mesure de hip-hop + un soupçon de reggae et de trip-hop. Après avoir été secouée à coups de beats tranchants, amplifiés par une basse profonde, puis absorbée par quelques featuring consentants (les récurrents Zig Zag et Leeroy ou, plus surprenants, Charlélie Couture et Arielle Dombasle), la composition dévoile l'étendu de sa puissance. Au fil des trois albums, la formule Molecule n'a cessé de s'améliorer, de s'enrichir, de se bonifier, révélant écoute après écoute le potentiel de son inventeur et la diversité qui en fait son talent.

Alors, pourquoi ne retrouve-t-on pas le même enthousiasme à l'écoute de " Besides " ? Pourquoi l'alchimie n'opère-t'elle plus ? Ou beaucoup moins. La formule s'est-elle altérée ou ses effets déjà dissipés ? La réponse est en fait toute simple, et apparaît à la première audition : " Besides " pèche par son absence de nouvelles créations !
En y intégrant la fin de l'agréable triptyque débuté avec " Sirène " sur l'album Climax et se concluant ici avec " Nymphes " et " Naïades ", la moitié des titres du CD sont des remix ou reprises de titres existants : " Feels Like You ", " Faluja ", " Ambush " ou " Baby Girl 2014 ". Des titres puisés dans les trois précédents opus avec parfois le featuring original, comme Blond Dub Sexy Sound pour le premier cité, ou Martina Topley-Bird succédant à Zig Zag pour une énième version de " Baby Girl " dont le riddim constituait déjà l'ossature d'une foultitude de titres de " In dub V1.0 ". Bref, aucune surprise, voire un brin de lassitude ou d'exaspération, pour tous ceux qui suivent le parcours du compositeur.
Sans les quelques nouvelles compositions, " Besides " ne serait donc qu'une compilation. Une sorte de transition avant un prochain album que Molecule annonce différent, avec une sonorité " plus énergique, plus rentre-dedans, plus rock ". Pour l'artiste, " Besides " symboliserait l'amorce de cette mutation ". Surprenant, car aucun des nouveaux titres ne flirte avec le rock. " Besides " est plutôt imprégné de drum'n bass : avec une pointe de reggae chanté par Zig Zag (" Jamaica " et " Our town ") ou d'électro sur le survolté " You got Me " emmené par Flox. Le remix de " Faluja " et " Music is my Protection " étant eux plutôt d'inspiration sound system, parfaitement taillés pour le dance-floor.

Si musicalement " Besides " n'affiche pas de ruptures franches avec les précédents opus, les textes de " Jamais Choisi " et " L'entrée du chef " tranchent avec le discours associé à la culture hip-hop issue des cités. C'est à ce niveau que rupture il y a. Avec " Jamais choisi ", au refrain quelque peu ambigu, Féfé et Leeroy démontent méthodiquement les pré déterminismes des jeunes de cité : rien n'est figé, l'avenir dépend de choix individuels. Le second texte, plus incisif et brillamment ciselé, est un pamphlet cruel sur le monde du rap, celui-là même issu des territoires précédemment cités. Le flow de Leeroy ne donnant à son texte que plus de poids.
" Besides " étant donc loin de refléter la mutation annoncée, il se présente plutôt comme un ersatz des précédents albums. Une compilation améliorée, d'où une réelle déception

Par Stéphane
permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:00

http://www.comingrecords.com/images/iupload/High-Tone-Out-Back199eccec-90dc-425f-91e6-d7a481b4b476.jpg

Note :

http://www.hightone.org

http://www.myspace.com/hightoneofficialsite

Origine du Groupe : France

Style : Electro Dub , Dubstep , Breakbeat

Sortie : 2010

Tracklist :

Dub Axiom
   1. Spank
   2. Dirty Urban Beat
   3. Dub What
   4. Liqor (feat. Oddateee)
   5. Liqordub
   6. Rub-A-Dub Anthem (feat. Pupa Jim)
   7. Fly To The Moon
   8. Boogie Dub Production
No Border
   1. Space Rodeo (feat. Ben Sharpa)
   2. Bastard
   3. Home Way
   4. Propal
   5. Uncontrolable Flesh
   6. Ollie Bible
   7. 7th Assault
   8. Altered States

00000000000000DOWNLOAD Le lien a été retirer suite à la demande du label indépendant Jarring Effects

Après un crochet vers la scène sound system dub avec deux coffrets vinyle : « High tone dub box » et « Dub invaders  », High Tone revient à son cheval de bataille : l’album. Out Back, c’est son nom sera disponible le 17 mai en double digipack ou en triple vinyles.

Présenté en deux versets, intitulés Dub Axiom et No Border, cet album présente les deux faces du groupe, l’une liée au sens large à la musique dub et l’autre à l’expérimentation sonore. Varié, urbain et moderne Out Back ravira les amateurs de gros sons dansants et enflammera à coup sur les foules lors des lives ; il satisfera tout autant les amateurs de bidouillages sonores et de fusion improbables par son autre facette.

Procédons par ordre et consacrons nous d’abord à Dub Axiom. Cette première partie, avec son nom aussi tranché, pourrait faire penser que les lyonnais ont enfin sortit leur album strickly dubwise… mais on n’y est pas tout à fait. Clin d'oeil à Bill Laswell  et sa compilation de 1996  ou pas, High Tone présente sur Dub Axiom  sa vision actuelle du dub. Un dub fait d’influences multiples, modernes et diverses (dub stepper, dubstep, hip-hop, breakbeat), un dub urbain au son lourd et dansant. Un mélange entre ce qu’ils ont pu faire durant leurs débuts et la récente scène « bass culture » anglaise.
Les morceaux de cette première partie sont largement basés sur des riddims comme il est de tradition dans le dub, une façon pour les croix-roussiens de marquer leur attachement à ce style que ne leur rend pas toujours… High Tone apporte sa touche personnelle dans le travail des riddims, en effet ceux-ci sont déstructurés et retravaillés en cours de morceau, ils sont en constante évolution et se transforment, passant d’un son à l’autre.
L’introduction par Spank, dont la vidéo réalisée par Led Pipperz a été relayée sur les réseaux sociaux, établie bien d’ailleurs ce nouveau rapport de force au sein de leur musique (ça avait déjà un peu débuté sur Underground wooble); le morceau débute sur les bases d’un stepper urbain, renforcé à grand coup de distorsion et d’écho pour se transformer en une vision électro/dubstep, une métamorphose qui se fait progressivement au fil de l’eau. C’est, d’ailleurs, le cas d’une grande partie des morceaux d’Out back : leur fin est explosive et fait remonter à la surface les vieux démons (on sait que les HT ont été insipiré par ce milieu) des free parties où électro, drum and bass, hard tek et prémices de dub se mêlaient. High Tone réactualise ce concept en y ajoutant même des sonorités dubstep et breakbeat. Du coté du dub on retrouvera donc une fusion quasi permanente entre les composantes dub (riddim, skank, reveb, echo, effets…) et une autre forme de musique… souvent du dubstep comme dans Spank ou Dub what ou encore hip_hop comme dans Liqor en featuring avec Oddateee. À noter le très bon morceau en compagnie du MC de Stand High (Puppa Jim) : « Rub a dub Anthem » qui est un bon stepper inspiré et dédié aux sounds et dont les dubplates risquent de tourner sur les sonos dans les prochaines sessions. La voix et le timbre si caractéristique du MC sublime le morceau en un hymne (c’est d’ailleurs le titre). A souligner aussi le très bon dub dirty cosmique qu'est Fly To the moon qui prépare la transition vers la deuxième partie dans une style stepper électrique.
Une très bonne première partie de l’album qui confirme qu'High Tone sait faire du bon son, du son puissant et novateur toujours dub mais sans rentrer dans le carcan psychorigide des puristes.

High ToneChangement de cap sur No Border, où High Tone s’essaye à des nouvelles fusions. On retrouvera un certain nombre de guitares saturées et des morceaux ou l’ambiance prime plus que l’efficacité rythmique. On appréciera cette nouvelle facette du groupe qui démontre encore une fois leur talent. Un talent exprimé sur des versants rock et électro ambient. Sur cette partie les atmosphères sont plutôt sombres et apocalyptiques, le coté obscure !? De nouveaux instruments/samples font leur apparition comme des sons de violons, des contrebasses et des structures qui ne correspondent pas à l’image que l’on se fait de High Tone… Ces digressions sont plutôt inhabituelles mais elles se prolongent souvent par un retour au son de base des lyonnais, entre dub et électro mouvementée comme sur « Uncontrolable Flesh » ou les contrebasses du début cèdent leur place au fur et à mesure à un son électro dirty. Sur « Ollie Bibble », où vous noterez le jeu de mot en référence à la culture skate (culture urbaine again), l’expérimentation s’oriente vers des sons à la limite du glitch et rappelle l’univers déjanté de Autechre ou de AFX, le son est déstructuré, haché, mixé et malgré tous les traitements subit semble rester en vie, comme un cœur qui repart après un passage par zero pulsation/minute (cf votre série hospitalière favorite). La fin du disque et plus particulièrement « 7th Assault » sonne très rock, un long morceau qui fait penser à ce qu’a pu faire Ez3kiel sur Battlefield ou encore à la fusion des rouennais normands de Guns of Brixton …
La partie No border regorge de nouveautés pour les lyonnais, ils démontrent ici leur savoir faire et à coup sûr se sont fait plaisir en réalisant des morceaux complètements différents.

High Tone poursuit sa lancée dans ce dub urbain qu’ils affectionnent tant, véritable concentré d’influences digérées. Out Back est clairement un des albums les plus surprenants du groupe lyonnais, a écouter sans modération et a apprécier en live parce que c'est toujours mieux !

Par niz

permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 12:00

http://www.le-fil.com/IMG/jpg/BRAIN_DAMAGE_BBS_-_couv_www.jpg

Note :

http://www.myspace.com/braindamagedub

http://www.blacksifichi.com

http://www.myspace.com/sifichi

Sortie : 2010

Style : Electro Dub , Dark Electro

Tracklist :

1 : There is a wind
2 : Ignore
3 : Only lost in the sound
4 : Smoke in our minds
5 : Bull's ass
6 : Don't ask me why
7 : Possibility of love
8 : Plain white butterfly
9 : The tower to eternity
10 : My legs, my arms, my mind & my brain
11 : Invisible clign
12 : Hope of utopia

DOWNLOAD1.gif  Le lien a été retirer suite à la demande du label indépendant  Jarring Effects

REVIEW CONNECT

 

Ce cinquième opus marque le grand retour des stéphanois vers un dub ambient, chargé d’émotions sombres et mélancoliques. Pour autant, cet album - loin du dub anglo jamaïcain époque « Ashes to Ashes Dub to Dub » - prend une fois de plus à contre pied tout ce que le duo a pu proposer par le passé. Le son, basé sur une nonchalante rythmique dub devient l’armature d’un ensemble brut et indivisible, emprunt d’une énergie sourde et lancinante. Preuve en est, «Ignore», où synthés, bruits d’eau et autres grincements se mêlent puis se confondent pour former une boucle hypnotique et progressive, ou «Only lost in the sound» véritable descente dans des abîmes blafardes et mystiques. Chaque titre révèle un pouvoir émotionnel inaltérable («Plain White Butterfly»), racontant des histoires singulières qui convergent en cet endroit béni vers lequel seule la musique est capable de conduire : les tripes et le coeur. Côté invités, le poète Black Siffichi devient l’ultime protagoniste du groupe. Si bien que ce cinquième album constitue sans nul doute une synthèse fondamentale de la discographie de Brain Damage.

by Jarring Effects - Nuke Magazine #12

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 13:30
http://www.nizetch.fr/public/images/niz/2010/CoverFront.jpgNote : ++

http://www.myspace.com/metastazmusic
http://www.tazart-music.com

Sortie : 2010
Style : Electro Dub

Tracklist :
1. Ghost & Assassin
2. Simpsong
3. Orient Folk
4. The Emperor
5. Snakes
6. Son Of Light
7. I'm
8. Evil
9. Flames In The Rain
10. Bagdad's Breath
11. Draw Me A Rainbow
DOWNLOAD1.gif

Creative Commons License


Voila bientôt 3 ans que nous n'avions plus entendu les productions de Metastaz. Après le cyber succès de Anekoik Pressure, Thomas Simoës aurait pris le temps d'affiner son style, de cajoler et de fignoler ses productions pour revenir en ce début d'année 2010 avec ce nouvel opus : Orient Dub Express.

Avec une valise déjà bien pleine, Metastaz nous offre ici son 4ème album. Après la parution de electrochoc cérébral, l'Ep Conquest et Anekoik Pressure, le natif de St-Étienne fait quelques apparitions remarqués dans les compilations New (Dub) Excursion et French Dub System en 2008, ainsi qu'une série de concerts, notament en première partie de Fumuj, Zenzile ou encore Fedayi Pacha.

Depuis quelques mois déjà, le retour d'un nouveau live amorce la sortie de l'album Orient Dub Express. Un album qui représente une maturité affirmée par la recherche de nouvelles sonorités et une véritable ouverture concernant les styles musicaux qu'il visite. En effet, si l'album composé de 11 pistes ne décevra en aucun cas les amateurs de dub, car c'est encore ici la véritable base du projet Metastaz, l'artiste révèle un fort interêt pour le hip hop, les sonorités brésiliennes et dynamise ses productions par un renouveau de son pannel instrumental. Certaines pistes comme Son of light et Orient folk témoignent donc de la maîtrise de ce que l'on pourrait appeler le dub metastasis. Mais Metastaz sort ici des terrains battus pour nous révéler ses talents. On remarquera d'ailleurs la très appréciable track Simpsong, en collaboration avec le groupe Brésilien Mamelo Sound System, envoûtante et décalée. À noter aussi les nombreux featuring avec des Mc de talent, Mc Miscellaneous (Fumuj) et Blu Rum 13 (Oneself). Toujours dans le changement, Metastaz redonne de la force à ses compositions grâce à des riffs énergiques et un travail de finitions de longue haleine. Bref, Orient Dub Express mélange les genres avec cohérence et souplesse et ne manque pas de surprendre.

Quant à l'artwork, c'est un travail d'orfèvre que nous offre Stan (www.stan-gd.com), graphiste et v-jay de Metastaz, qui nous a habituée a des illustrations d'une grande qualité.
Un album qui s'annonce donc comme étant un petit coton-tige bien sympathique pour commencer cette année 2010 en beauté ! On compte sur vous pour l'apprécier et n'hésitez pas à le faire partager!

permalink

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 12:45

http://photos-a.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/genericv2b/1045/53/01AwcA9kYRWCgAbFQBAAAAAhHQrnw:.jpgNote :



http://spokendub.free.fr/
http://www.myspace.com/braindamagedub

Sortie : 2006
Style : Electro Dub ,  Dark Electro , Spoken Word

Tracklist :

1. Intro

2. Sterile

3. Fenetres

4. Embolism

5. Mistaken identity

6. Metroconversation

7. Under the ground

8. Mad truth

9. Rahtid

10. The beer mystics last day on the planet

11. Pure scenario

12. Final enclosure

DOWNLOAD1.gif  Le lien a été retirer suite à la demande du label indépendant  Jarring Effects



Première fois signée chez Jarring effects, Brain damage est le groupe de dub français qui ose franchir le plus les frontières de son style en y administrant une vision moderne et sans limites. Always Greener démarquait le combo par leur façon émotionnelle d’aborder le dub ; Ashes to Ashes / Dub to Dub montrait une esthétique sonore aboutie avec une nouvelle passion pour le spoken word (et les textes de Black Siffichi, désormais passé pour référence du genre). Dans Spoken Dub Manifesto, le duo assume totalement cette nouvelle orientation avec pour seul fil conducteur : le dub poetry. La pléiade d’invité offre au concept une grande richesse, d’une part due à la liberté narrative des intervenants, et d’autre part, par les expérimentations que les musiciens ont bâti. Nombreux instruments (Guitare, duduk, ney, vibraphones) ont été utilisés pour la création des samples, remodelés et réinjectés autour des narrations et de la basse. Les prestations sont multiples et personnelles. Entre le style dénonciateur de Black Siffichi, la poésie orientale de Mohammed El Amraoui et le rap brut de Giovanni Marks, Suzanne Thoma adopte la sensualité et la douceur. Pourtant non dépourvue de charme, Emiko Ota préfère, par une approche moins organique et plus directe, faire passer son discours dur avec énergie. Le grand Mark Stewart, sur l’étrange Mad Truth, prête sa voix grésillante au côté d’un sample paradoxal, à la fois simple et complexe, roots et sauvage. Plus sage, le spécialiste des techniques vocales ancestrales, Bart Plantenga, exprime une récitation claire et articulée sur une excellente track évolutive. Avec ce véritable travail de collaborations, Brain damage crée la parfaite osmose entre son univers musicale et les travaux des vocalistes. L’effet apporté est, au départ, étrange et dur à assimiler. Puis, après plusieurs écoutes, tout devient clair et Spoken Dub Manifesto apparaît comme la nouvelle perle du parcours des stéphanois, malgré l’absence de titre phare émo-dub digital, comme Cube Dub a pu l’être sur leur deuxième album. Mais cette petite frustration est totalement annihilée par le plaisir que procure la découverte de toutes les subtilités et finesses de la galette. Il est nécessaire pour le groupe de prendre des risques et de s’entourer de personnalités aux horizons et nationalités différentes, toutes ouvertes aux expérimentations et à cette perception diversifiée de la musique. Décontenançant par sa forme et proche d’une production Wordsoundienne, Spoken Dub Manifesto doit marquer le paysage dub français, et s’imposer comme un simple coup de maître. Chapeau bas Messieurs Brain damage !
Chroniqué par Kiteklat
permalink

Sterile Fenetres Embolism
Mistaken Metroconversation UnderTheGround  MadTruth
Rahtid TheBeerMystics PureScenario FinalEnclosure
Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 15:05
http://www.fresh-poulp.net/covers/ZaZen---Self-Control---FRONT.jpg

 

License
Creative Commons Licence

http://pagesperso-orange.fr/zazen/
http://www.myspace.com/zazenspace

Place à la relaxation avec Self Control, premier album de ZaZen, jeune producteur dub français basé en Auvergne. Véritable accalmie sonore, Self Control propose 14 titres empreints d’une certaine schizophrénie, où se conjuguent aussi bien sonorités chaudes et rythmiques marmoréennes et ou règne sans cesse la présence du “Zazen skank”, profond, singulier et hypnotique . Du “ZenDub” que vient bouger en 15ème piste le brésilien Dubalizer (premier album “Sub Existencia” disponible sur Fresh Poulp Records) sur son remix du titre Overland.

Let’s chill out with Self Control, the first album from ZaZen, young french dub producer from Auvergne country. A real sonic lull, Self Control features 14 tracks mixing like a schizoïd warm soundscapes and stone cold beats, with always the use of his “ZaZen skank” : deep, original and hypnotic. Some “zendub” for your ears, with an exclusive remix of Overland by brasilian producer Dubalizer (his first album “Sub Existencia” is available on Fresh Poulp Records).

permalink
http://odgprod.com/img/freshpoulp/freshpoulp-logo2.png
Note : +
Sortie : 2010
Netlabel : Fresh Poulp Records
Style : Electro Dub

Tracklist
01. Overland
02. Dub Expedition
03. Dub Town
04. Reminiscence
05. Japan Airlines
06. Somewhere
07. Just Imagine
08. Oxygen
09. Serenity
10. Xizang
11. Inroad
12. World At War
13. Stun
14. Time Of Relaxation
15. Overland (Dubalizer Remix)

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 16:30
Creative Commons License 
http://www.jahtari.org/music/images/JTRNET19_A_big.jpg

Two deadly vocal versions on the so-called "Bits Of Fury" riddim, which already has a little

obscure past...

Side A features a live recording from the unforgettable show with disrupt, Soom T and Mungo's
Hifi
at their hombase at the Glasgeh School of Art in Oct 2008. During the set Scotland MC legends
Papa Zeb & Daddy Scotty came spontaneously up on stage for a fistful of riddims, and both are
riding this rough edged 8-bit beauty like there's no tomorrow, making it one of the finest Ganja
odes ever rolled. Soom T gives the lads a hearty cheers at the end - one more for the list of
magic moments. The whole recording of the set can be heard HERE in our Tapes section.

Side B is coming straight from the streets of Leipzig-Connewitz. Captured by chance during a
cloudy freestyle session along with roots dudes Bankil and FlipFlop, Jahtari MC veteran Dressla
http://www.jahtari.org/music/images/JTRNET19_B_big.jpgdelivers this brilliant street fighting anthem with the unstoppable vibe of countless sound system
nights on the mic behind him. Full lyrics HERE. Soom T also joined in for some bits later - there's
no escape from this jolly lass.

The track recently appeared on the amazing compilation "Rage Against The Death Machine:
28 years of injustice - Free Mumia Now
", to spread the word about the case of Mumia Abu-Jamal
and to raise raise money for continuing the fight for his release from death row. This soli-CD can
be bought HERE or HERE.

The cover on the B-side is part of the amazing 2008 poster "KOPI verteidigen" (defend Köpi) by
Sven from Disorder Rebel Store in Berlin.

by

Note :
 
 
MP3
 
SIDE A
Zeb & Scotty - Bring Di Sensi
04:37 (6.3 MB)
       
SIDE B
Dressla - Bomb Their Circles
03:26 (4.7 MB)
       
  COMPLETE ZIP
(11.2 MB)
 
     
      Creative Commons License

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 12:00
http://img12.nnm.ru/imagez/gallery/8/3/2/6/a/8326aa8e2decd3dd4951c65ffdcd5f95.jpg



http://www.gaudimusic.com/
http://www.myspace.com/gaudimusic

Nusrat Fateh Ali Khan
was and is still very much considered to be the greatest Qawwal (singer of Qaw

wali music) in the world; not only recognized as a legend in his native Pakistan he also took his musical messages of peace, love and spirituality to the international stage, earning him the title of Pakistan's premier ambassador of Qawwali music. The origins of Qawwali music trace back over seven hundred years to the spiritual Samah songs of Persia and the mystical faith of Sufism.

So, what happens when you unite one of world's most revered voices with a long-time veteran of global music production? Dub Qawwali, by London-based producer/artist Gaudi reveals the answer. The album blends organic and digital dub stylings with original vocals from Pakistan's beloved Ustad Nusrat Fateh Ali Khan. The result is a moving body of work that respectfully brings Khan's Qawwali songs together with Jamaican dub via superb 21st century studio techniques. Dub Qawwali is a celebration of Nusrat Fateh Ali Khan's life and is being released on Six Degrees Records in August 2007, marking the 10-year anniversary of his death.

Gaudi was one of six producers who were initially offered a single Nusrat track to remix by the Lemon Group – owners of the song publishing of Nusrat Fateh Ali Khan's works from 1968-1974, in association with Khan's original Pakistani label Rehmat Gramophone. The company loved what Gaudi had done with the material and offered him complete access to the recording sessions from 35 years ago, including rare and unreleased vocal parts. The original studio reels where sent to Gaudi's studio in London in 2005 and work began.

Although other producers, including India's Bally Sagoo and the UK's Massive Attack, have remixed Khan's work, in Dub Qawwali Gaudi has taken an entirely new approach to re-interpreting the work of this great artist. He has created a collection of new compositions in which the original vocals are seamlessly fused with a full spectrum of dub & reggae styles and musical themes & flavors from other cultures, genres and environments. A universal theme of peace and love, very much evident in both Khan's work and at the heart of reggae music, is the unifying element.

It was Gaudi's strong sense of the direct connection between roots reggae music's humanitarian messages of compassion and love and Khan's devotional songs, that was a major inspiration in the creative direction of Dub Qawwali. Gaudi is as much a scholar of Khan's work as he is of dub, and lists among his favorite dub artists King Tubby, Scientist, Mad Professor, and Lee "Scratch" Perry. After doing studio work with the "eccentric studio genius" Perry in 2005, Gaudi had confirmation of one of his own strongest beliefs in music production which is to respect your own personal integrity by "being yourself and always following your own sound."

Gaudi has been pursuing his own singular path since the early 80's with his first major album release coming in 1990 with "Basta Poco" (Polygram). Since then he's released 11 solo albums, 80 remixes (for artists including Bob Marley, Simple Minds and Ojos de Brujo) and been featured on over 100 compilations to date (for full discography go to www.gaudimusic.com).

His 2004 Interchill album Bass, Sweat & Tears, is still the label's best selling release. He co-wrote and produced the album Re:sonate (FAX Records) with ambient-chill legend Pete Namlook and worked with reggae legends Horace Andy and Dennis Bovell. Dub Qawwali is a further expansion of Gaudi's eclectic and smooth deep-dub electronic sound.

The album opens with the soft tones of "Bethe Bethe Kese Kese"; a nostalgic and warm track where melodious Flute and Strings echo contemplative vocals. A firm stepper rhythm anchors and drives the track while Sarangi adds dimension to this wistful introduction. This is also the first track that Gaudi produced in the series and very much provided the drive and direction that is evident throughout the rest of the album. "Tera Jana Kere Rang Lawe" is a dub influenced roots reggae track combining passionate and melancholic Strings with a roots dub bassline. Its uncluttered feel and rolling Bass spiced with off-beat Tabla gives space and groove. The vocals in "Dil Da Rog Muka Ja Mahi" inspired the inclusion of a theme from the Kraftwerk track "The Model" used by permission from the legendary German electro-pioneers in this remarkable excursion of a track; analogue Synthesizers give authenticity to its 1977 origins, while Hammond organ, a deep bassline and fills of dubbed up percussive echo keep the reggae flavors rolling. "Ena Akhiyan Noo" is positive and evocative; an upbeat reggae theme supporting emotive and expansive vocal passages is spiced up with rub-a-dub flavors and breaks of hypnotic chant. You don't have to understand Urdu, Punjabi or Persian to feel the sentiment evoked on Dub Qawwali, it is a work of truly international appeal.

The use of vintage analogue studio equipment and dub production techniques such as tape echoes, valve amps, Fender Rhodes, spring reverbs, Hammond organ and Moog, characterizes Gaudi's production style, however it is not without its share of 21st century intervention and wizardry… Individual tracks from the original 70's multi-track recordings often contained multiple parts together on them. These had to then be carefully cleaned up in order to make them usable in a way that would enable the composition of these new works. (This included much of the vocal parts which where mixed in the same track as the Harmonium and other instruments!)

Gaudi's attention to detail paid off. Dub Qawwali revives Nusrat Fateh Ali Khan's vocals in a truly distinctive fashion – a vital accomplishment given Khan's stature. The legendary Pakistani artist has inspired the likes of Peter Gabriel, Michael Brook and Eddie Vedder and is in the Guinness Book of Records for having the world's largest recorded output by a Qawwali artist — a total of 125 albums. Gaudi, aware of the gravity of re-working such a prolific and globally respected artist was moved to comment: "After 26 years of music activity I have to say that this is one of the most important productions I have ever done."

permalink

Note :
Tracklist :
[01]. Bethe Bethe Kese Kese
[02]. Tera Jana Kere Rang Lawe
[03]. Jab Teri Dhun Main Raha Karte They
[04]. Dil Da Rog Muka Ja Mahi
[05]. Ghamgar Bare Ne
[06]. Abhi Apna Abhi Paraya Hai
[07]. Ena Akhiyan Noo
[08]. Kahin Mot Se Bhi Na Jao
[09]. Mainoo Ole Bai Ke Pee Lain De
[10]. Othe Mera Yar Wasda
DOWNLOAD1.gif
Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Electro-Dub
commenter cet article

Search