Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 20:30

http://2.bp.blogspot.com/_gwJiJONUUDw/Sxp2Rfk4oKI/AAAAAAAAAdE/Qku2c-01s9I/s320/Roudoudou+-+Tout+l%27Univers+-+Listener%27s+Digest+%281998%29.jpg

http://roudoudou.w1.virgin-fr.net

http://www.myspace.com/roudoudouspace

Origine du Groupe : France
Style : Electro , Downtempo , Ambient
Sortie : 1998

Par Jérôme pour http://www.trip-hop.net

Roudoudou a été rendu célèbre grace au tube "Peace and tranquility to earth" (qui accompagne le reportage culte de Canal+ sur la coupe du monde de 1998 "Les yeux dans les bleus"). Ce premier album qui mixe jazz, easy listening, hip hop, reggae et house a permis au groupe de faire une entrée remarquée et méritée sur la place francaise.

 


Tracklist :   
1. Boboli
2. Inna slow tempo
3. Ecoute ce scratch
4. Trust in me (feat. Jenny De Vivo)
5. Dejeuner sur l'herbe
6. Effervescence
7. Peace and tranquility to earth
8. Toutes ces femmes
9. Le dub
10. World of illusion
11. Chanson d'amour spécial (feat. Jenny De Vivo)
12. Live and direct
13. Funky monkey
14. Ecoutez la guitare
15. Des lettres
16. Du monde au balcon

mp3

DOWNLOAD1.gif

Partager cet article
Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 15:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51g5C4fXrcL._SL500_AA280_.jpg

http://perso.wanadoo.fr/pacamallo

Origine du Groupe : France
Style : Electro , Trip Hop , Ambient , Downtempo , Electro Dub , Lounge , Experimental
Sortie : 2003

Par dClem  pour http://www.dmute.net/chronique-album-20515_-_Rekhmire_-_The-Deviant-Lounge.html
   
Projet d’un activiste des soirées dub et Drum and bass du sud de l’hexagone, the deviant lounge est un album inclassable, entre le jazz, le trip-hop et l’électro.
Les rythmiques sont proches des techniques de percus acoustiques mais avec des sons plus électroniques que les habituelles peaux tendues. Les caisses claires claquent parfois au milieu de sons de percus moins aigus, mais l’assemblage de beats est réfléchi malgré l’absence de breaks pourtant très en vogue dans les productions actuelles. Il semble que le DJ s’est arrêté sur des beats déviant de trip-hop et de dub, plutôt que de drum and bass. Certaines tracks nous offrent un saxo jazzy , toujours dans une ambiance reverb de caverne parfois un peu angoissante, qui associée à certaines cordes frottées répétitives en nappes, crée une atmosphère sombre et inquiétante.
« soleil vert » (track 7) fait d’ailleurs référence à un film de SF des années 70 avec Charlton Eston (cet enc*** de la NRA) dans lequel ils finissaient par bouffer leurs vieux, qui se faisaient euthanasier sans savoir qu’ils finiraient en plaquettes dans les assiettes des New-Yorkais.
Downtempo for downmoods donc et étranges atmosphères post-apocalyptiques, au moment où un monde renaît avec peine et inconfort : la traduction musicale d’un lendemain de cuite ?!!
Eloge de la lenteur, cet opus est idéal pour des moments de spleen jouissif où la couleur de la musique colle à une humeur plus down que up...


Tracklist :
1. Crack Circus (3:39)
2. Sun Session (3:53)
3. Bass Makr (3:51)
4. Chpr (5:03)
5. Jazz Attac (4:04)
6. Real Control (3:30)
7. Soleil Vert (4:51)
8. Kodo (4:14)
9. Supernatural (5:44)
10. Deserted Land (4:55)
11. H Tus (4:24)
12. Shti Bou (3:48)
13. Time Travellers (3:40)

mp3

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:00

http://4.bp.blogspot.com/_KBKGvUybGEc/TNgKhzDmD6I/AAAAAAAAAmM/vmMMAY27BRk/s1600/R-1045333-1187643545.jpeg

http://www.myspace.com/mummer1

Origine du Groupe : Austria
Style : Electro , Nu-Soul , Electro Jazz , Alternative , Experimental
Sortie : 2006

Par http://www.parisdjs.com

Mummer est le nouveau projet incroyablement riche et jazzy de l'ancien membre de MUM Stefan Jungmair et de la déesse vocale Betty Semper, tous deux basés à Vienne et excellant dans l'art de l'ambiguïté.

Soulorganismstate est un disque tout en saveur: doux et aigre à la fois, fondant ou croquant, c'est selon. Le saxophoniste, compositeur et producteur et la chanteuse si talentueuse ont créé un album que l'on pourrait volontiers qualifier de Soulful à la première écoute mais cela s'avèrerait trop réducteur. Le terme qui correspond serait plutôt "Soulorganique". Toujours à la quête de contrastes musicaux, les deux enchanteurs du son réarrangent et travestissent les éléments jazz et électroniques à des niveaux inédits.
En plus d'être un titre de disque de XTC sorti en 1983, "mummer" qualifie quelqu'un qui aime se déguiser. Un être à plusieurs visages, quelqu'un qui ne peut être identifié facilement. En fait les "mummer" aiment rester mystérieux, plein de surprises et surtout imprévisibles. Soulorganismstate est un album qui ne se prend pas au sérieux mais qui vous fait tout de même sourire de plaisir. Définitivement un album vocal, qui fait la part belle à une voix de haute volée. On y retrouve Betty Semper en personne, une des meilleures chanteuses de blues et de gospel, qui avait déjà prêté sa voix angélique au second album de MUM, "The Szabotnik 15 Mission". Elle qui a déjà travaillé avec Gloria Gaynor, Eric Clapton et Mike Ottis.
Et question invités, l'album n'est pas en reste: le crooner blues Wayne Martin, un vrai soul man qui a collaboré avec Boozoo Bajoo de K7. A bord de ce voyage vocal on compte aussi LA nouvelle égérie viennoise Angela Reisinger, aussi connue sous le nom d'Angele Rice. Membre du collectif artistique Konsorten TM et apparaissant aux cotés de Richard Miklos en tant que Mirize sur Fabrique Records, elle est l'une des meilleures jeunes voix du jazz de tout le pays.


Tracklist :
01. Willoweep
02. I Spy
03. Every Little Thing
04. Baby, Don't You Go
05. Final Conclusion
06. Inside My Shell
07. Hey, You Did
08. When I Go Home
09. Love To Be
10. Seven Doctors
11. Walk
12. Every Bird Is Wishing

mp3

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 11:00

http://www.uploadpix.org/images/c.jpg

http://lowb.co.uk

Origine du Groupe : U.K
Style : Abstract Electro , Downtempo , Ambient
Sortie : 2011

From Official Site

‘Leap And The Net Will Appear’ is the first release of my new project LOWB. It’s also the first release on my new label Ear Parcel Recordings so there’s a lot to celebrate. The album title refers to my internal philosophy and battle-cry of the last few years. It’s so easy to give in to doubt and fear, quenching efforts and dreams, and trampling the seeds of change which we cultivate. Leap and the net will appear is a zen quote which gives trust and reassurance.  Leap, trust and the universe will catch you, as it wants you to succeed. You don’t need to see the whole staircase, just take the first step.

The songs on the album were written all over the planet – from India to Amsterdam – and then tinkered with and mixed near Brighton UK. My intention was to write and record an album with a strong sense of healing and connection, but also with plenty of grit and fun. I’ve mixed acoustic instruments with digital sounds and used guest musicians and vocalists to add their own brand of magic. Some of the songs were originally written for Film, and then turned out to be tracks in their own right. There’s no shortage of strange time signatures and off centre drums which, with or without Lamb, just seem to just pour out of me.

You can watch the mini-documentary about the making of the album at the top of the page. Or listen to a few songs, read some of my notes & watch some movies below. A full album preview can be heard in the store section. Enjoy.

Tracklist :
1 Whealer Dealer Healer 5:00
2 Consecration 4:18
3 Digital Stoneage 3:40
4 Inward Outburst 3:53
5 Lowb 5:50
6 Haven 3:40
7 Tears and Sparks 4:18
8 Looking God in the Eye 2:45
9 Compassion 5:59

mp3

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:00

http://images.wikia.com/lyricwiki/images/e/ed/Julee_Cruise_-_Floating_Into_The_Night.jpg

http://......www.juleecruise.net

http://www.myspace.com/juleecruise

Origine du Groupe : V.A World
Style : Downtempo , Ambient , Vocal
Sortie : 1989

Par BloodInMyEyes  pour http://www.xsilence.net

La carrière musicale de Julee Cruise a commencé en 1985 lorsqu'Angelo Badalamenti recherchait une voix douce et mystérieuse pour chanter sur la BO de Blue Velvet, de David Lynch. Il en résulta, entre autres, "Mysteries Of Love", présent sur l'album Floating Into The Night, intégralement produit et écrit par Badalamenti et Lynch.

Comme souvent sur le disque, des nappes de synthé et d'orgue associées à la voix suave de Julee permettent de retranscrire l'univers de Twin Peaks instantanément. Une touche légèrement jazzy, comme sur le morceau d'ouverture "Floating", accentue l'ambiance rétro style années 50. On pense inévitablement au double R, à ses somptueux desserts, au jukebox et aux sièges de bar chromés.

"Falling" est la version chantée de l'intemporel générique de la série et ses quelques notes de guitare. Julee Cruise vient peut-être de la loge noire (ou de la loge blanche), apparaissant très rarement dans la série, mais souvent à des moments où l'atmosphère est particulièrement pesante et triste, comme lorsqu'elle chante un "Rockin' Back Inside My Heart" assez enjoué pour enchaîner sur un annonciateur de drame qu'est "The World Spins". On se met alors à la place de James et Donna au Bang Bang Bar, qui basculent vers un état bouleversé à l'écoute de la chanson. Il y a quelque chose de magique dans cette musique.

On mentionnera également "The Nightingale" qui ressemble à "Falling", ainsi que "Into The Night", que l'on entend dans la série lorsque la police retrouve Waldo.

L'album forme un tout cohérent, les paroles parlant d'histoires d'amour à la Twin Peaks. On y parle entre autres de hiboux, de feu... le tout enrobé d'un style rétro très appréciable et magique.

En conclusion, Floating Into The Night est un moyen d'ouvrir un passage à Glastonbury Grove, d'aller rencontrer Bob, le Nain, le Géant, le Manchot. Avec un peu de chance, vous vous verrez vieilli de 25 ans, puisque le temps n'existe pas là-bas.

 


Tracklist :       
1. Floating 4:51
2. Falling 5:18
3. I Remember 4:11
4. Rockin' Back Inside My Heart 5:45
5. Mysteries of Love 4:27
6. Into the Night 4:42
7. I Float Alone 4:33
8. The Nightingale 4:54
9. The Swan 2:28
10. The World Spins 6:38

mp3

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 11:00

http://www.moimateo.com/wp-content/uploads/2011/02/james-blake-album-cover.jpg

http://jamesblakemusic.com

http://www.myspace.com/jamesblakeproduction

Origine du Groupe : U.K
Style : Electro , Dubstep , Downtempo , Experimental
Sortie : 2011

par Williams Fonseca-Baeta  pour http://www.feuavolonte.com

Dans un flou artistique à l’image de sa musique, James Blake se présente sur la couverture de son premier album éponyme, le visage mué par l’expérience. Après trois excellents minialbums sortis en 2010, le jeune londonien livre une prestation sincère alliant les multiples facettes du dubstep au minimalisme d’un rock à la the XX.

Encore indéfini, le dubstep est un style musical représentatif de son époque. Fluctuant à mesure que les technologies se renouvèlent, le courant brise les étiquettes qu’on lui octroie en se camouflant dans toutes les faunes musicales actuelles. Les discothèques en sont férues et les producteurs tentant le genre sont de plus en plus nombreux. Motivés par l’essor du style, des artistes comme les discs jockeys Benga, Skream et Rusko ont transformé Londres, en l’espace de quelques années, en une grande pépinière de musiciens spécialisés dans le dub.

Âgé uniquement de 22 ans, James Blake a découvert le genre dans les discothèques de la City. Étudiant alors en musique, le jeune Anglais alterne sa vie entre les pistes de danse et les pistes sonores digitales de son ordinateur. Il sort en 2010 CMYK, un minialbum dubstep à saveur plus soul, lui attirant la sympathie de quelques compagnies de disques et de critiques comme Pitchfork. Sur son troisième opus Klavierwerke,  James Blake ajoute sa voix ainsi que quelques harmonisations instrumentales à sa plume musicale.

C’est dans ce même opus que le londonien s’aventure sur une reprise de Limit To Your Love de la chanteuse canadienne Feist, l’interprète du succès 1234. La reprise fond les divers styles de l’artiste sous une même enseigne. Au son d’un piano, Blake chante tendrement la chanson avec une influence soul, rappelant les airs de Tracy Chapman et la voix de Justin Vernon. Il ajoute au morceau un clin d’œil dub se traduisant par un silence interrompu par une basse très grave amplifiant l’aspect dramatique de la pièce. La reprise s’est avérée importante pour la suite du cheminement de l’artiste, puisque sur son premier disque James Blake reprend la recette de Limit To Your Love et crée un album unique mélangeant soul et dub dans un flou artistique peu commun.

Unluck débute l’album avec une lente procession électronique. Les sons utilisés vont de claviers enivrants pour les oreilles sensibles à des rythmes de percussions saccadés influencés de dub. James Blake y chante de manière mélancolique, chose qu’il fera tout au long de l’opus. Il poursuit son blues sur la fascinante Wilhems Scream. Le titre de ce morceau vient du nom de l’extrait sonore d’un cri de mort ayant été utilisé à maintes reprises dans des scènes de films. Pour colorer l’image, James Blake utilise dans le morceau le son d’une goutte s’échouant dans le vide. « I don’t know about my love anymore, all that I know is that I’m fallin’, fallin’ fallin’, might as well fall in», chante-t-il au son de chaque goutte.

La pièce To Care (Like You) est le moment le plus expérimental de l’album. James Blake combine à nouveau ses talents de dub, mais cette fois dans une ambiance lugubre pouvant laisser quelques frissons au passage. Il modifie sa voix vers une tonalité aigüe et profite durant quelques silences pour harmoniser sa voix sans l’aide d’instruments ou d’extraits digitaux. L’expérience édifiante démontre tout le talent du jeune anglais. N’essoufflant jamais sa technique, il démarque autant sa voix que son génie musical.

Sur la compilation de dubstep Blow Your Head de Diplo, ex-époux et producteur de la chanteuse sri-lankaise M.I.A., James Blake est présenté comme une énigme. « Sa musique est unique, toutes les fois que je mets un de ses disques, je me surprends à découvrir le trajet musical qu’il emploie », affirme Diplo. Il est vrai que le londonien ne finit jamais de surprendre par ses harmonisations floues, mais fluides. Un peu à l’image de celui qui les conçoit.


Tracklist :
01. Unluck (3:03)
02. Wilhelms Scream (4:36)
03. I Never Learnt To Share (4:52)
04. Lindesfarne I (2:42)
05. Lindesfarne II (2:59)
06. Limit To Your Love (4:40)
07. Give Me My Month (1:53)
08. To Care (Like You) (3:54)
09. Why Don’t You Call Me (1:36)
10. I Mind (3:34)
11. Measurements (4:20)

mp3

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:00

http://pinboardblog.com/wp-content/uploads/2010/08/andreya1.jpg

http://www.andreyatriana.com

http://www.myspace.com/andreyatriana

http://www.finkworld.co.uk

http://www.myspace.com/finkmusic

http://www.bonobomusic.com

http://www.myspace.com/sibonobo

Origine du Groupe : U.K
Style : Downtempo , Folk , Nu Soul , Electro , Acoustic
Sortie : 2010
Durée : 48min

 

Par http://www.grandcrew.com

Andreya Triana, Fink et Bonobo se sont réunis pour un concert exceptionnel dans le cadre des 20 ans de leur label: Ninja Tune.

Pour célébrer ce grand moment, les 3 artistes ont livré une composition à 3 uniques où Andreya Triana nous fait (re)découvrir son album Lost Where I Belong accompagné de Bonobo qui l'a produit et Fink qui a co-écrit 2 titres avec elle.

Le Centre George Pompidou a joué le rôle d'écrin pour ce magnifique concert où la fabuleuse voix d'Andreya Triana joue et virevolte avec la basse de Simon Green et le jeu toujours précis et délicat de Fink.

En partenariat avec nos amis Iastar

Tracklist :       
01 - Draw The Stars
02 - Stay The Same
03 - Lost Where I Belong (free preview)
04 - Make It Good (produced by Fink)
06 - A Town Called Obsolete
07 - Tea Leaf Dancers (produced by Flying Lotus)
08 - The Keeper (produced by Bonobo)
09 - Knightlite (produced by Bonobo)
10 - Draw The Stars
11. Credits

Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 15:00

http://www2.o-bb.net/~antennasia/web/wp-content/uploads/2010/07/antennasia_quscus_600.jpg

http://www.antennasia.com

http://www.myspace.com/antennasia

Origine du Groupe : Japan
Style : Downtempo , Electro , Trip Hop , Ambient , Lounge
Sortie : 2010

by Wesley  from http://genrewhiplash.blogspot.com

I'm forcing myself to post something. I think I need to take a break from getting nowhere on my short story. My brain is also telling me to post something not asian, since it seems like I've been writing only about Japanese artists lately, but whatever. This is easier to write about for me since I've already listened to it a billion times, I haven't posted any trip hop yet, and they're one of my favorites in the genre. Anyway, this is the newest antennasia album after four years without a proper release. It has a slightly different feel to it compared to their earlier albums, almost leaning more toward ambient music at times, while also toning down their earlier introspective and haunting beats. While their earlier style was a huge part of what made me love them, this new direction isn't necessarily a bad thing, this is still a great album. At the same time though, I still wish I could hear a little bit more of that minimalistic bass heavy production from their previous albums.

Like I said earlier, this album has a much lighter and more mellow sound than, say 2006's 23 Bluebird Street, Velo-city, but it's still distinctively antennasia. San's vocals are as beautiful as ever, floating on top of nerve's melodies. Much like the production, her vocals also much lighter, used more like another instrument in the tracks (not sure if I can say that if I don't think instruments were really used, oh well). Often, such as in Goats in a Blue Sky, she sings in almost a lazy slurred style, with many vocal melodies layered smoothly over each other, like a continuous stream of consciousness. Listening to her is almost like floating in a dream, with the many melodies washing over you like waves.

 


Tracklist :   
   1. You Draw, I Swim feat. Hybrid
   2. Metronome Wiper
   3. Female River ("On Your Radio" Version)
   4. noanoa
   5. Last Birds (CTANKEP)
   6. Goats in a Blue Sky
   7. Gynoid
   8. The Cat in the Mirror
   9. Passion Show
  10. Stareater

 

mp3

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 11:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5197EJGEYXL._SL500_AA300_.jpg

http://briskey.be

http://www.myspace.com/briskeymusic

Origine du Groupe : Belgium
Style : Nu-Jazz , Lounge , Downtempo
Sortie : 2006

From http://www.undomondo.com

Who doesn’t love some uptempo nujazz with a female vocalist? Suitable for the sunny days trend started a post ago, here’s Briskey, brain child of Gert Keunen, a journalist, record company manager and concert promoter from Holland.

The band is a six-piece including a flugelhorn on some songs and you’ll realize how much the music is rooted in the 30s 40s big band era, in the first few seconds of “White would be Tacky“, the brasswork is very groovy here. The second song has an incredible rimshot beat and wailing brass, and I think that’s the main reason I chose this song over others. There are many more good songs on this album, and the album has a high fun factor, a decent pop-nujazz album. Check out if you like bands like Herbaliser, De-Phazz, St. Germain or labelmates Buscemi.

Tracklist :   
1 Kosmo And Yahoodi (Charivari remix) (6:30)
2 Terra Notta (4:07)
3 Accroche Toi Ninochka (4:59)
4 You've Got Some (Under The Sofa) (6:35)
5 La Stupenza (5:16)
6 Blind-Sided Caboodle (4:34)
7 White Would Be Tacky (3:43)
8 Mocking Ducks (6:06)
9 Sweltering Sirocco (3:47)
10 Two Orphans In A Storm (4:59)
11 Kosmo And Yahoodi (5:48)
12 Humphrey's Donut (6:10)

mp3

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 11:00

http://www.ideology.de/archives/id063_frontcover_mittel.jpg

http://www.myspace.com/tracingarcs

http://www.ideology.de

Origine du Groupe : U.K
Style : Downtempo Nu-Jazz , Trip Hop , Lounge , Electro
Sortie : 2010

[Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0]

 

 

 

 

 

By http://netlabelsrevue.blogspot.com

Voici le genre de production de qualité à laquelle on est habitué de la part du netlabel iD.EOLOGY mais dont ne se lasse pas. Il s’agit cette fois d’un album de downtempo, soul, jazz vocal, absolument irrésistible et que les amateurs ne se priveront pas d'aller découvrir. Le genre de petite chose qu’affectionnerait sans doute Gilles Peterson, tant la musique de Tracing Arcs rappelle ce qu’on peut entendre sur les compilations du fameux DJ anglais.
Ultra facile à écouter, rempli de sonorités chaleureuses et porté par la voix sensuelle et puissante de Fran Kapelle, ce disque fait partie, incontestablement des plus belles réussites du netlabel allemand depuis sa création.

By http://www.ideology.de

English: According to popular belief, beauty is in the eye of the beholder. To some it is all about a slick, symmetrical surface, an immaculate appearance. Others find beauty in moments of truthfulness when they recognize themselves in their counterparts.

On their iD.EOLOGY debut Tracing Arcs combine both aspects into a thrilling aesthetic overall experience. As soon as the first notes hit your ears, a film noir starts rolling in your head. Classy triphop beats, elaborate jazz-chords and deep upright basses skillfully sketch out a closed-off world in subtle shades of black. With the dark attraction of a femme fatale, the nuanced and seductive voice of Fran Kapelle enters the scene, inevitably putting the listener under her spell. With every word of the sometimes cryptic, sometimes promising lyrics he keeps falling for her further and without notice, he's become a detective in his own case, delving deeper and deeper into a secret that lies hidden within.

Whatever the findings may be, one thing is as sure as fate: when self-awareness happens through an album as euphonic and exciting as this, then just about any beholder of your choice will have the same words for it: beautiful, so beautiful.

Deutsch: Einer verbreiteten Ansicht zufolge liegt Schönheit im Auge des Betrachters. Für Manche besteht sie vor allem in einer glatten, symmetrischen Oberfläche, einem makellosen Äußeren. Andere finden Schönheit eher in Momenten der Wahrhaftigkeit, in denen sie sich selbst im Gegenüber erkennen.

Auf ihrem iD.EOLOGY Debut verbinden Tracing Arcs beide Aspekte zu einem eindringlichen ästhetischen Gesamterlebnis. Sobald die ersten Noten erklingen, beginnt im Kopfkino ein Film Noir. Edle Triphop-Beats, raffinierte Jazzharmonien und tiefe Standbässe zeichnen gekonnt eine abgeschlossene Welt in subtilen Schwarzschattierungen. Die nuancierte, verführerische Stimme von Fran Kapelle durchwirkt die Szenerie mit der dunklen Anziehungskraft einer Femme Fatale und zieht den Hörer unweigerlich in ihren Bann. Mit jedem Wort der mal kryptischen, mal verheißungsvollen Texte verfällt er ihr mehr und mehr und wird - ohne es überhaupt zu bemerken - zu einem Detektiv in eigener Sache, ganz versunken in der Suche nach einem Geheimnis, das in ihm selbst verborgen liegt.

Was auch immer man schließlich vorfindet, eines ist gewiss: wenn Selbsterkenntnis durch ein so wohlklingendes und aufregendes Album wie dieses entsteht, dann wird so ziemlich jeder Betrachter dafür dieselben Worte haben: beautiful, so beautiful.

 


All Tracks composed, recorded, mixed & produced by Tracing Arcs

Tracing Arcs are:
Fran Kapelle - Vocals/lyrics
Paul H. Addie - Keyboards/Programming
Violet M. Williams - Backing Vocals (Tracks 1,2,4,6)
Terry Pack - Acoustic Bass (Tracks 3,7)

Artwork by Sir Pinski

 

id063_frontcover_klein.jpg id063_backcover_klein.jpg id063_cdlabel_klein.gif
Download Frontcover
Download Backcover
Download CD-Label
Cover-Artwork by Sir Pinski


Tracklist :
01. Deep Breath           
02. Consequence of Love    
03. Pebbles & Weed    
04. So Beautiful    
05. Sheep & Tides (for Big Al)    
06. Wildworld    
07. Recovery 

mp3

Tell a Friend

Partager cet article
Repost0