Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 12:00

http://image3.archambault.ca/2/F/B/C/ACH003128491.1333659224.580x580.jpg

http://www.shakurasaida.com

Country : Canada
Genre : Blues Rock
Style : Alternative Rock , Soul Blues

Label : Electro Fi
Year : 2012

 

00000000000000DOWNLOADuTorrent-icon

 

 

Time to Rock my Soul – Disc 1 Right from Lance Anderson’s piano intro on the opening track, “Don’t Try To Lay No Boogie Woogie on the Queen of Rock n’ Roll,” (one of the few cover tunes on the album and an early 70’s classic from the late Long John Baldry) I was hooked! After hearing the stirring rocker (and title track) “Time,” the catchy ballad “Bring Me Back,” and the slick “My Dreamerman,” I thought to myself, “Wow, she did it again… It’s another winner.” The first disc closes with the gritty “Devil Only Knows My First Name” and the Brooke Blackburn & S’Aida composition “Don’t Tell Mama Where Her Children Hide.” All the tunes are impeccably produced by Howard Ayee and Shakura and leave you craving more. The majority of the tracks on Disc 1 are written by Shakura and her guitarist Donna Grantis; the same one-two punch that sounded so awesome on Brown Sugar.

 

Time for the blues – Disc 2 This disc kicks off with Anders Osborne’s foot tapping “Ya Ya,” and then the soulful and rousing “GeeChee Woman.” Ian Martin’s double bass and Anderson’s B3 on the fourth track “Tell Me Baby” will have you snapping your fingers along to this contagious groove. And the tunes just keep coming with the spoken & sung lyrics of “That Ain’t Right” that’s oh so Shakura. As a change of pace S’Aida does a haunting rendition of Billie Holliday’s “Tell Me More, More And Then Some.” And then another Shakura original called “Blues Dancing” which features Kenny “Blues Boss” Wayne on piano… Disc 2 and Time comes to a dazzling close with a classy acoustic blues duet with Harrison Kennedy called “Halfway Blues.” I listened to the last track several times over as the chemistry between Harrison and Shakura was so very cool. Source

 

Shakura S’Aida – Vocals
Donna Grantis – Guitar
Lance Anderson – B3 and piano
Brooke Blackburn – Guitar
Roger Williams – Bass
Tony Rabalao – Drums, tamborine, cowbell
Connor Gains – Slide guitar, lap steel guitar
Shamakah Ali – Drums, tamborine, washboard
Joaquin Nunez Hidalgo – Percussion
Noelle Najmaah – Spoken word
Alex McMaster – Cello
Harrison Kennedy – Harmonica
Ian Martin – Double bass
Colleen Allen – Baritone sax
Rebecca Hennessy – Trumpet
Alison Young – Tenor sax
Cory Blackburn – Brushes

Recorded at STUDIO 301, Toronto, Canada

 

Tracklist :

CD 01 :
1. (Don't Try To Lay No Boogie Woogie On The) Queen Of Rock N Soul [3:43]
2. Time [4:10]
3. Bing Me Back [3:23]
4. Your Love Always Got Me By [4:13]
5. My Dreamerman [3:40]
6. Between Us [4:45]
7. Devil Only Knows My First Name [4:36]
8. Don't Tell Mama Where Her Children Hide [3:49]

CD 02 :
1. Ya Ya [4:04]
2. Geechee Woman [4:37]
3. Bad Girl [2:59]
4. Tell Me Baby [4:01]
5. That Ain't Right [5:44]
6. Tell Me More, More And Then Some(Billie Holiday) [2:56]
7. Blues Dancing [5:44]
8. Halfway Blues [5:30]

 

 

Info File :
Playtime: 01:08:01
Audio codec: MP3
Bitrate: 320 kbps
File: Zip
Size: 163.1 MB

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 12:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51SUaWlAUDL._SL500_SS500_.jpg

http://www.davieallan.com

Country : USA
Genre : Alternative Rock
Style : Rock Blues

Label : Gee Dee Records
Year : 1999

 

00000000000000DOWNLOADuTorrent-icon

 

 

    Bass – Pete Curry
    Drums, Percussion – David Winogrond
    Engineer – Rick Novak
    Guitar, Vocals – Davie Allan
    Harmonica – Pat French
    Keyboards – Gere Fenellie*
    Liner Notes – Sebastian Hartmann
    Mastered By – Lothar Blank
    Producer – Chris Ashford
    Saxophone, Flute – Jim Akimoto
    Vocals – Debbie Dexter
    Written By – J. Josslin (tracks: 12)
    Written-By – D. Allan*, J. Pewter* (tracks: 10), M. Curb* (tracks: 14), R. Korenthal* (tracks: 5)

 

Tracklist :

1. Dakota
2. Space Rift
3. Journey into Darkness
4. Recycled
5. Fender Bender
6. Encounter
7. Cry of the Lonely
8. Another Moped in Schenectady
9. Fast and Loose
10. Flashback
11. Theme from the Unknown
12. Peyote
13. Organized
14. Blues Theme/The Born Losers Theme

 

 

Info File :
Playtime: 00:38:11
Audio codec: MP3
Bitrate: 320 kbps
File: Zip
Size: 87.8 MB

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:00

http://archives.le-hiboo.com/wp-content/uploads/albums/20070404_le-grand-mix-tourcoing-tinariwen_003.jpg

http://www.tinariwen.com

Origine du Groupe : Mali
Style : World Music , Blues Malien

logo-info

video-icon

 

 

 

 

00000000000000DOWNLOAD

 

 

 

 

Tracklist :
1. Assoul
2. Amidinin wad ntidaw
3. Azawad
4. Adunya ufata
5. Wartila
6. Tamatent
7. Ahu Lakami
8. Aratan
9. Kunten tilay
10. Adunya techedret
11. Arawan
12. Asastan nakham
13. Achry ibone

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 12:00

http://3.bp.blogspot.com/_piV2Oe9rFT8/SXMtugBrOAI/AAAAAAAAB_U/L-MDjH-kGQc/s400/Duwayne_Burnside_%26_The_Mississippi_Mafia_-_Under_Pressure_%28Front%29.jpg

https://www.myspace.com/duwayneburnside

Origine du Groupe : North America
Style : Blues Rock

logo-info

 

 

 

 

 

icon streaming

00000000000000DOWNLOAD

00000000000000DOWNLOAD

 

 

 

Tracklist :
1.Pressure
2.Why You Act Like That
3.Tribute
4.Gotta' Pretty Woman
5.She Threw My Clothes Out
6.Treatin' Me So Bad
7.Bad Luck City
8.King
9.I Got The Blues
10.Hard Candy Part II

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 12:00

http://1.bp.blogspot.com/-29zADjtCtAs/UGChXdNAw9I/AAAAAAAAl6A/2orNlvujgio/s320/12789.jpg

http://www.bettyelavette.com

Origine du Groupe : North America
Style : Blues Rock , Rythm & Blues
Sortie : 2012

icon streaming

00000000000000DOWNLOAD

00000000000000DOWNLOAD

 

From http://www.bettyelavette.com
“Ms. LaVette now rivals Aretha Franklin as her generation’s most vital soul singer. She uses every scrape, shout and break in her raspy voice, with a predator’s sense of timing, to seize the drama of a song.” - New York Times

Bettye LaVette celebrates her 50th anniversary in the music business (note: can someone check this - there must be some mistake!) with the release of her new album, "Thankful N' Thoughtful", on ANTI- Records - as well as the publication of her long-time-coming book, variously described as 'engrosing', 'riviting', 'hair-raising' and only suitable for over 18s - the tell-it-like-it-is autobiography: "A Woman Like Me", co-written with David Ritz, the highly-regarded author of books on R&B legends such as Ray Charles, Smokey Robinson, Aretha Franklin and Marvin Gaye.


Tracklist :
01 – Everything Is Broken
02 – I’m Not The One
03 – Dirty Old Town
04 – The More I Search (The More I Die)
05 – I’m Tired
06 – Crazy
07 – Yesterday Is Here
08 – Thankful N’ Thoughtful
09 – Fair Enough
10 – Time Will Do The Talking
11 – Everybody Knows This Is Nowhere
12 – Dirty Old Town (slow version)

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 12:00

http://2.bp.blogspot.com/-ToGKv6_FeFQ/UGQsmmAKHWI/AAAAAAAAp70/BYlcdcGmBYg/s640/cover.jpg

https://www.myspace.com/terakaft

Origine du Groupe : Mali
Style : Blues Rock Malien
Sortie : 2012

icon streaming

00000000000000DOWNLOAD

00000000000000DOWNLOAD

 

By Bertrand Lavaine  from http://www.rfimusique.com


Un peu plus de dix ans après ses premiers pas musicaux effectués alors que le blues rock touarègue commençait à se faire entendre au-delà du désert, le groupe Terakaft fait valoir la qualité de ses chansons plus que sa volonté de se démarquer sur cette scène fortement concurrentielle. Son quatrième album Kel Tamasheq bénéficie de l’expérience du producteur-réalisateur britannique Justin Adams, réputé pour son travail avec Tinariwen.

Lorsque le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a proclamé unilatéralement l’indépendance du Nord Mali, début avril, après avoir pris les villes symboliques de Tombouctou, Gao et Kidal, l’actualité a soudain fait écho aux revendications identitaires portées avec tant de convictions par la scène musicale touarègue. Mais le scénario n’a pas tardé à s’affranchir de sa dimension presque romantique pour s’inscrire dans un schéma au goût politique amer. Et la lutte de pouvoirs qui a vu le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) évincer le MNLA après quelques semaines a fini par doucher de nombreux espoirs.

Pour les membres de Terakaft, cette situation de crise au Mali – qui s’est propagée jusqu’aux institutions de Bamako – s’est d’abord traduite par l’impossibilité d’obtenir à temps un visa pour voyager, conduisant à l’annulation de plusieurs concerts sur le sol européen au début de l’été. De quoi aussi pester un peu plus contre l’absurdité de ces frontières géographico-administratives qui découpent le désert au grand dam des nomades, car Sanou Ag Ahmed, le guitariste du groupe, n’a pas eu les mêmes soucis pour traverser la Méditerranée : lui est détenteur d’un passeport algérien. La restriction de certaines libertés individuelles décidée par les chefs du Mujao, au nom de la religion, n’est pas vraiment du goût de ce rockeur trentenaire, qui écoute aujourd’hui Pink Floyd et Dire Straits.

Dans les pas de Tinariwen

Quand il a commencé à s’intéresser à la guitare, à dix ans, il était surtout attiré par le son, si surprenant pour quelqu’un habitué à un cadre de vie où les bruits sont rares ! “Pas de radio, pas de télévision, pas de voiture”, résume-t-il. A l’époque où Tinariwen montre le chemin à suivre et s’apprête à avoir une résonnance internationale avec l’album Radio Tisdas Sessions, il prend l’initiative de créer Terakaft. Pas d’effectifs pléthoriques, mais une équipe resserrée. “Comme aux origines du rock”, commente Philippe Brix, devenu leur manager après avoir été celui de Lo’Jo et de Tinariwen.“C’est un groupe assez intriguant parce que familial”, ajoute-t-il. Sanou et son demi-frère Abdallah ont appris à jouer auprès de leur oncle Diara, qui a pris en main le leadership du projet. L’homme a une légitimité qu’aucun musicien touarègue ne remettrait en question car il a longtemps été un membre éminent de Tinariwen, apportant sa contribution à nombre de chansons.

Difficile, néanmoins, de se faire une place quand on vient derrière un tel groupe emblématique. “C’est très long”, poursuit Philippe Brix, lucide. “Il y a une dizaine de groupes touarègues qui sont à la conquête de leur marché. Celui-ci existe, il y a de plus en plus de demandes pour Terakaft ou Tamikrest, Bambino… Tartitt avait aussi montré qu’on pouvait aller dans un registre plus traditionnel. C’est très ouvert. Il n’y a pas encore vraiment de résultats mais il n’y a aucun doute que tout le monde se regarde !"

Des hommes libres

Pour son quatrième album fait en studio, commercialisé pas même dix-huit mois après Aratan N Azawad, Terakaft s’est d’ailleurs offert les services d’un “spécialiste” : le guitariste britannique Justin Adams, compagnon de jeu de Robert Plant, s’est déjà illustré à plusieurs reprises dans le blues rock touarègue en réalisant deux albums de Tinariwen. Sa valeur ajoutée ? Non seulement il connaît ce genre jusque dans ses recoins les moins visibles, mais il sait également décoder ces musiciens qui parlent peu, regardent beaucoup, ont parfois l’air d’être triste, voire de s’ennuyer, afin de trouver avec eux le mode de communication adéquat.

L’idée de faire participer aux chœurs et au violon touarègue quelques membres de la tribu angevine de Lo’Jo, jamais bien loin pendant les dix jours d’enregistrement, n’avait rien de préméditée. Faire entrer ces éléments au chausse-pied, en forçant ici ou là, n’aurait tout simplement jamais fonctionné. Question d’approche de la musique. Aussi professionnelle soit leur démarche, avec ce qu’il faut de préparation des chansons en amont, les Terakaft ont en eux cette liberté des hommes du désert qui, transcrite sur les cordes d’une guitare, rime avec spontanéité.


Tracklist :
01. Terakaft - Tirera (4:48)
02. Terakaft - Awa Adounia (4:43)
03. Terakaft - Aïma Ymaïma (3:47)
04. Terakaft - Imgharen Win Ibda (4:16)
05. Terakaft - Idja A Seman (6:10)
06. Terakaft - Imad Halan (3:32)
07. Terakaft - Kel Tamasheq (4:37)
08. Terakaft - Imidiwan Sajdate Ahi (4:18)
09. Terakaft - Allah Fal Manin (3:58)
10. Terakaft - Ehad Wad As Idja (4:23)
11. Terakaft - Taddaza (3:43)
12. Terakaft - Bas Tela Takaraket (4:11)   

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 00:01

http://blogs.paris.fr/unitedstatesofparis/files/2012/09/Norah-Jones-concert-show-we-love-green-paris-parc-de-bagatelle-2012-musique.jpg

http://www2.norahjones.com


Origine du Groupe : North America
Style : Jazz , Blues
Sortie : 2012
Durée : 01:14:55

icon streaming

hd dvd rw

hd dvd rw

 

From http://liveweb.arte.tv

Dix ans. Ça fait déjà dix ans que Norah Jones a débarqué dans le paysage musical comme une petite fleur des champs sur le morne tarmac de la pop un tantinet du vulgaire de ce début de siècle. Toute fraiche, toute frêle, et pourtant indestructible, à l’instar de sa voix, aussi fragile en surface que puissante quand les circonstances l’exigent. La fille de Ravi Shankar (est-il encore nécessaire ou pertinent de le rappeler aujourd’hui ?) poursuit, albums après albums après albums –Little Broken Hearts est son 5e en solo-, à faire éclore ses petites chansons. D’inspiration tour à tour jazz, pop, rock, ou empreinte des expérimentations transverses qu’elle a pu mener avec des personnes aussi diverses que le groupe Wax Poetic, Q-Tip, Ray Charles, Belle & Sebastian, Herbie Hancock, OutKast ou Peter Malick, Little Broken Hearts s’inscrit incontestablement dans la discographie de la jeune et belle et dame (que l’on a aussi pu voir au cinéma chez Wong Kar Wai ou Seth McFarlane). Mais comme à chaque disque depuis Come Away With Me, elle s’éloigne un peu plus de son terreau jazz-club new yorkais originel pour alimenter ses pièces de sonorités plus neuves.

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 12:00

http://images.plixid.com/imager/w_500/h_/143a5b25083f23ff91c68270719c3d88.jpg

https://en.wikipedia.org/wiki/Cousin_Joe


Origine du Groupe : North America
Style : Blues
Sortie : 1971 (2003)

icon streaming

 

00000000000000DOWNLOAD

 

By Kenneth Arnold    from http://www.amazon.com

The first time I heard "Bad Luck Blues" by Cousin Joe, it moved into the top ten of my favorite blues CD's. Cousin Joe has a great blues voice, Jimmy Dawkins and Gatemouth Brown provide the guitar work with Chicago rhythm section with Mac Thompson on bass and Ted Harvey on drums. Give it a listen; you might agree that "Bad Luck Blues" is a great blues recording.


Tracklist :
01 – I Don’t Want No Second Hand Love 00:03:31
02 – Goin’ Down Slow 00:05:16
03 – Box Car Shorty 00:02:31
04 – Life Is One-Way Ticket 00:04:18
05 – Chiken And The Hawk 00:02:52
06 – Bad Luck Blues 00:04:01
07 – Take A Lesson From Your Teacher 00:03:16
08 – I’m Living On Borrowed Time 00:03:55
09 – That’s Enough 00:02:44
10 – Levee Blues 00:03:31
11 – I’m Tore Down 00:03:17
12 – Railroad Porter Blues 00:02:43
13 – Chicken And The Hawk 00:02:45
14 – Goin’ Down Slow 00:04:37
15 – That’s Enough 00:01:46

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 12:00

http://folkbulletin.folkest.com/wp-content/uploads/BOB-CORRITORE1.jpg

http://www.taildraggerbluesband.com
https://www.myspace.com/taildraggercrawlinjames

http://www.bobcorritore.com
https://www.myspace.com/bobcorritore


Origine du Groupe : North America
Style : Blues Rock
Sortie : 2012

icon streaming

 

00000000000000DOWNLOAD

red_white_pearl_icon_004.png

 

By Exy from http://exystence.net/blog


Since 1976, Tail Dragger and Bob Corritore have been performing the raw intensity of lowdown blues at its sticky, sweaty best. Their album, Longtime Friends in the Blues delivers you straight to a steamy Chicago juke joint in the late ‘50s. It comes as no surprise that the legendary Howlin’ Wolf bestowed James Yancy Jones his name, “Tail Dragger”. Tail Dragger is a spitting image of The Wolf, right down to his rough, down-and-dirty voice. Tail Dragger and Corritore don’t just play. These lowdown blues musicians feel every steamy note of their blues.
The album is filled with traditional Chicago blues from the best in the windy city. It’s also a virtual nod to the late, great Wolf. Tail Dragger channels…

…the blues master, especially in the first two tracks, with the trademark howl and Wolf-themed licks. Dragger has his own, somewhat slurred vocal style, and Corritore blows an amped up harmonica like the wind behind him — a potent combination. Henry Gray, who played piano with Big Maceo Merriwether and later Howlin’ Wolf, adds a valuable, exciting barrelhouse piano sound to the album. On “Boogie Woogie Ball”, the long time piano master really gets his time to shine, as he plays a rockin’ boogie tune while exchanging an entertaining back and forth with Tail Dragger.

Nine of the ten tracks are original, bringing a great aire of freshness to a traditional sound. Meeting the day after Howlin’ Wolf died, the two incredibly skilled musicians have been friends since the 1970s. With the best in that trad. Chicago sound, including Kirk Fletcher and Chris James on guitar, Patrick Rynn on bass, and Brian Fahey on drums, the album was destined to be a modern Chicago blues hit.


Tracklist :
1. I'm Worried (5:02)
2. Sugar Moma (5:25)
3. Birthday Blues (4:55)
4. She's Worryin' Me (6:38)
5. Cold Outdoors (4:31)
6. So Ezee (5:22)
7. Through With You (6:59)
8. Done Got Old (3:47)
9. Boogie Woogie Ball (4:29)
10. Please Mr. Jailer (6:45)

 

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 12:00

http://www.fargostore.com/data/51l_wvb3a_l._ss500_.jpg

http://www.myspace.com/leftlanecruiser


Origine du Groupe : North America
Style : Blues Rock
Sortie : 2011

icon streaming

 

00000000000000DOWNLOAD

red_white_pearl_icon_004.png

 

Par Rémi pour http://www.planetgong.fr

En ce début d’année 2011, le label Alive Records vient de publier, sous une pochette pas franchement convaincante, le dernier album de ce duo auquel nous n’avions malheureusement encore pas consacré d’article et qui fait partie des valeurs sûres dans la vague raw-blues contemporain. Ce disque est le quatrième album de Left Lane Cruiser, et poursuit avec succès leur collaboration avec ce label (Junkyard Speed Ball est le troisième album consécutif qui sorte chez Alive).

    Pour Junkyard Speed Ball, le duo accueille pour plusieurs pistes le Reverend James Leg / John ‘Wesley’ Myers, également chanteur et organiste des Black Diamond Heavies, qui a participé au dernier album du Cut in The Hill Gang de Johnny Walker et qui vient aussi de sortir un premier disque solo. Sa présence sur ce disque est une agréable surprise – Meyers est un des artistes contemporains que nous apprécions particulièrement, et au vu de ses nombreuses collaborations, il semble que nous ne soyons pas les seuls.

    Le disque part sur des bases incroyables avec le morceau « Lost my mind » qui met immédiatement l’auditeur en situation : le jeu de guitare est tranchant et le jeu de batterie intense au point qu’on croit entendre l’air se déplacer à chaque frappe sur la caisse claire. Le chant se place dans cet ensemble avec autorité : le groupe impose une attitude no-bullshit qui rassure. Left Lane Cruiser fait montre d’une capacité impressionnante à concilier authenticité blues et brutalité rock’n’roll. D’un bout à l’autre de l’album, la frappe de batterie est extrêmement puissante : Brenn Beck possède un jeu assez varié pour réaliser ce dont il a envie, selon la couleur qu’il veut donner au morceau. Comme c’était le cas sur les précédents disques, le jeu de guitare est lui aussi un modèle du genre : l’introduction de « Weed Vodka » est parfaitement sidérante ; le jeu est plus agressif et moins évidemment virtuose que celui de Radio Moscow par exemple, mais s’impose dans son registre avec un éclat indiscutable. Fredrick ‘Joe’ Evans IV est un guitariste extraordinaire, et son jeu de slide est un des plus fins qu’il nous ait été donnés d’entendre depuis longtemps.

    Ce disque alterne avec brio des morceaux survoltés (« Lost My Mind », « 24 Hr »), sur lesquels le groupe envoie des pistes capables de faire se secouer un grabataire, d’autres qui s’appliquent à créer une ambiance tendue et électrisante (« Giving Tree », « Hip Hop »)… Sur quelques autres pistes, Left Lane Cruiser livrent une musique délibérément plus sombre et pesante, qui se teinte volontiers d’influences stoner : « Cracker Barrel » et « Represent » apportent ainsi des éléments nouveaux qui enrichissent l’univers du groupe et ajoutent à l’intérêt de ce disque.

    Utilisant une forme musicale que ses membres maîtrisent parfaitement, et sans jamais faire aucune compromission, Left Lane Cruiser a livré avec ce Junkyard Speed Ball un nouvel album d’une intensité et d’une profondeur remarquables, qui devrait lui valeur une reconnaissance supplémentaire.


Tracklist :
01 – Lost My Mind
02 – Giving Tree
03 – Circus
04 – Shine
05 – Hip-Hop
06 – 24 Hr
07 – Weed Vodka
08 – Cracker Barrel
09 – Pig Farm
10 – Represent
11 – Road Again
12 – At The Denny's

Repost 0
Published by DJ DemonAngel - dans Blues Rock
commenter cet article

Search