Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 18:00
http://www.toronto-lime.com/news/2008/images/novalima_coba_coba.jpg


http://www.novalima.net/
http://www.myspace.com/novalima

De la musique péruvienne, on connaît surtout la merveilleuse chanteuse Susana Baca, « l'ange noir de la chanson afro-péruvienne », et la moins glorieuse musique folklorique avec flûtes indiennes jouée sur les marchés du monde entier. Le collectif Novalima, composé de 4 musiciens-producteurs d’origine péruvienne dispersés dans le monde entre Lima, Londres, Barcelone et Hong Kong, permet de mettre un coup de projecteur sur cette musique méconnue avec une relecture des airs traditionnels. Leur musique est proche dans l’esprit de celle du Nortec Collective de Tijuana. De la musique traditionnelle subtilement enrobé d’électro, des combinaisons de percus péruviennes (quijada, cajón, cajita) avec des basses plus funky et des rythmiques dub. Milagros Guerrero une chanteuse dont la voix n'est pas sans rappelée celle de Susana Baca et Gecko Turner, un rockeur espagnol, entre autres, viennent prêter leur talents.
Une musique afro-péruvienne pas toujours très bien considérée, même dans son propre pays, qui se pare de sonorités plus actuelles, et qui constituera une bande-son idéale pour l’été en sirotant un petit Pisco.
permalink



On their new album, Coba Coba, Novalima expands on the critically-acclaimed formula they developed with their two previous recordings, while taking their inspiring fusion in new and exciting directions. The album's title is derived from an Afro-Peruvian expression used to incite musicians, much like shouting "Go for it!" or "Take it!" to a musician in the midst of a great solo.

On Coba Coba, Novalima delves further into the African roots of Afro-Peruvian music, bringing in influences from its musical cousins reggae, dub, salsa, hip-hop, afrobeat and Cuban son. They take a more organic approach this time around, and the songs more accurately reflect the live sound of the band, thanks to time spent working together as an actual band rather than a studio project. British producer Toni Economides, a regular collaborator of Nitin Sawhney, Da Lata, Bugz in the Attic and 4Hero among others, adds his special touch to the album's mixes. The result is a modern approach to Afro-Peruvian music that has made the genre accessible to a younger and wider public.

Since its formation in 2001, Novalima has been breaking down boundaries, uniting seemingly irreconcilable genres, communities and generations to create an inspiring movement that has revolutionized the music scene in their native Peru. Founded by four friends from Lima with a shared passion for both traditional Afro-Peruvian music and modern DJ culture, Novalima searches for the common ground between past and future, between tradition and innovation. Their efforts have also helped bridge the divide between the Peruvian mainstream and the Afro-Peruvian community, a minority population that has struggled against discrimination and the threat of cultural dissolution for generations.

While their sound is futuristic and cutting-edge, the roots of Novalima's music stretch back hundreds of years to the times of slavery and Spanish colonial rule. In a far-too-familiar tale, African slaves were brought to Peru as early as the 1500s until the middle of the 19th Century, establishing an outpost of African culture in South America. Over the years, the soul and rhythms of Africa blended with the melodies and instruments of Europe and the Andes. The result is rich musical repertoire that has existed for generations on the periphery of Peruvian popular culture.
permalink

Note :
Tracklist :
1.Conchaperla
2.Libertá
3.Se Me Van
4.Ruperta/Puede Ser
5.Africa Landó
6.Coba Guarango
7.Camote
8.Mujer Ajena
9.Tumbala
10.Kumaná
11.Yo Voy
12.Bolero
DOWNLOAD1.gif  ou  DOWNLOAD1.gif
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 14:00
http://www.ccfsl.net/icono/05dec/noura1.jpghaya min haya

http://www.myspace.com/nouramintseymali

Noura est une jeune artiste issue de la pure tradition musicale mauritanienne : « j’ai appris très jeune à jouer de l’Ardine avec ma grand-mère, puis à travailler le chant. Elle était une grande Diva et elle m’a appris son art pour le perpétuer ». Après avoir fait ses preuves dans la musique traditionnelle, elle se lance en 2004 dans un projet artistique de fusion entre la musique traditionnelle Maure et Toucouleur et la musique moderne. Noura, en fusionnant les styles, a su créer une musique originale. Malgré la complexité du traditionnel Mauritanien, due à l’utilisation d’instruments de ¼ de ton et à l’exécution de 5 modes dans un ordre imposé. Elle a su s’entourer de musiciens chevronnés qui ont recherché une manière spécifique d’intégrer ces modes à leur jeu. Le résultat est une musique d’une portée internationale qui permet de faire rayonner la musique mauritanienne hors de ses frontières. Mené par une section vocale comprenant Noura et deux ch--urs, le groupe est dans un premier temps une formation traditionnelle. Les instruments sont l’Ardine (instrument à 13 ou 20 cordes qui se joue uniquement par les femmes avec des sonorités proche de la Kora) et la Tidinit (guitare traditionnelle à 4 cordes). Une guitare électrique en mode mauritanien vient compléter cette formation. Ensuite, Noura s’est entouré d’un batteur, d’un bassiste, d’un percussionniste et d’un guitariste afin de moderniser sa musique.
permalink

Note :
Tracklist :
01 - Chebab
02 - La Teghbidina
03 - Eghlana
04 - Tzenni
05 - El Walidine
06 - Lilemroue
07 - Tamin
08 - Loula
09 - Chaab
10 - Yellil Lan Waw
DOWNLOAD1.gif
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 16:00
http://3.bp.blogspot.com/_al0kQKOnuvM/Rz4JpnesAuI/AAAAAAAAAIA/02d9Z6ce8wI/s320/kiran+ahluwalia+b.jpg


http://www.kiranmusic.com/
http://www.myspace.com/musickiran

Kiran Ahluwalia is an Indo-Canadian singer who publicly performs her own musical arrangements of ancient Persian and Punjabi Ghazals, or poems. Kiran Ahluwalia won the 'Newcomer' category in the inaugural Songlines Music Awards (2009) - announced May 1, 2009 - the new 'world music' awards organised by the UK-based magazine, Songlines.
wikipedia-logo.png

Note :
Tracklist :
1. Vo Kuch (Passion) [Ghazal]
2. Yeh Nahin (Wandering Dusty Paths) [Ghazal]
3. Jhanjra (Ankle Bells) [Punjabi Folk Song]
4. Rabh da Roop (Image of Heaven) [Nazm]
5. Koka (Nose Ring) [Punjabi Folk Song]
6. Yaar (News of My Loved One) [Ghazal]
7. Ik Ranjha (My Longing) [Punjabi Folk Song]
8. Kina Nere (The Unsung Ghazal)
9. Meri Gori Gori (Yellow Bangles) [Punjabi Folk Song]
10. Awara (Fickle) [Nazm]
DOWNLOAD1.gif
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 11:01
http://medias.fluctuat.net/albums-covers/4/2/9/album-17924.jpg
Découvrez la playlist Karlex - With All Due Respect (2009)

http://www.karlexmusic.com/
http://www.myspace.com/karlex

Do you know Karlex ? Pour ceux qui seraient passés à côté, malgré la très bonne critique de son deuxième album sorti cette année, Dodb opte pour une piqûre de rappel. Comme son auteur, With All Due Respect (signé sous son propre label Lil' People records) est un mélange aux mille saveurs. Le genre qu’on n’enferme pas dans une case. D'origine haïtienne, Karlex a vécu à New York avant de s'installer il y a six ans sur le littoral du sud de la France, près de Montpellier. C’est là, face à la mer Méditerranée, qu’il a composé ses onze titres (douze avec le bonus), inspirés par tous ces lieux puisqu'il chante en trois langues : anglais, créole et français. Sur les pas de ses oncles et frères, il s’est mis à la guitare vers l’âge de onze ans. Mais c’est dans la composition et l’écriture de chansons qu’il trouve son élément. Ses influences : Les Stones, The Doors, Mickael Jackson, Bob Marley ou encore Fela Kuti.

Tiraillé entre la culpabilité de vivre pleinement dans cette société de consommation occidentale et la pauvreté qui ronge son Haïti natale, Karlex jongle et parle de cette dualité des cultures qui l’anime et qu’il a aussi du mal à assumer. Son combat intérieur pour trouver un équilibre donne un melting pot riche de couleurs afrobeat, électro-dub, funk, soul ou encore folk et jazzy.

Il ouvre en anglais par "Liberated" (Tomorrow can wait). Il raconte : "Je parle de cette société de consommation, de cette prison. C’est une folie dans laquelle je suis moi aussi un consommateur." Ses harmoniques à la guitare, le synthé et les rythmes de la batterie s’emballent et virent vers un son électro et très dub. La voix apporte une douce mélodie avant de s’enflammer dans un slam ou un rap final, qu'un duo souffle/basse clôture.

Dès les premières notes de piano, le second morceau "Do you know my name" affirme clairement sa touche jazzy. Des voix lointaines laissent place au chant de Karlex, qui en écho, semble lancer un appel, ou plutôt une prière, réveillée par des apparitions de flûte traversière. Ni prosélyte, ni moralisateur, il explique pourquoi il s’adresse à Dieu : "Cette chanson parle de la souffrance du peuple haïtien, de celle d’autres peuples. Je suis un croyant dans le questionnement." Dans une autre version (bonus) plus rapide comme lors de ses concerts (il était de passage à Montpellier en décembre) l’entrée électro avec la réverbe de la batterie ravivent le morceau.

"Onè respè" mêle le créole et le français. En Haïti une expression veut qu’au lieu de frapper à la porte de chez quelqu’un on dise "Honneur" (Onè) et les gens répondent "Respect" (respè). Sa voix chaude et son parlé incarnent l’Homme africain. "Courir pour être libre, courir pour ne pas mourir." Inspiré par ses ancêtres esclaves qui ont couru pour la liberté, il pointe les différences nord/sud. La place donnée à la guitare électrique, la mélodie enjouée, le synthé et une enveloppe sonore électro rafraîchissent le côté traditionnel.

Karlex poursuit son retour aux racines avec l’afrobeat de "I-nèg'marron". "On est tous des Neg marrons. Des Neg marrons qui se battent pour la dignité", crie-t-il en concert. "Mes ancêtres étaient des esclaves alors je dois en être un aussi.".

Après "Dear Mama", place au jazz groovy de "Choukoune". Dans ce dialogue entre le piano, la batterie et sa voix sensuelle, Karlex slame en créole un poème du 19e siècle, l’histoire d’un homme enchaîné des deux pieds par une femme !

Folk, avec un début à la guitare seule, "Everyday" laisse enfin place au chant et moins à la voix parlée. Derrière une base de rythmes africains, la voix se balance entre le registre grave et aigu. Tandis que les riffs de guitares électriques s’entremêlent aux sons du synthé.

Dans "It's all in your heart", les rythmes de percus africaines persistent. Mêlés à la guitare, à la répétition d’effets, notamment de la wah-wah, ils rendent l’atmosphère mystique tout comme la voix douce qui envoûte et alterne entre medium et aigu. Les boucles de voix répétées hypnotisent et leurs longueur installent un univers de transe. Avec des percus en constante résonance dans la tête.

Après la guitare plus rock de "So much in a man's mind" et les bases electro-pop avec des voix sur la fin de "Making it right", Karlex rend hommage à David Bowie. "This not America" est sa première reprise. Très lente, il pose les paroles comme un slam sur le synthé, instrument solo du morceau. Au bout de plus de deux minutes d’introduction, il chante le refrain. Apaisé, on se laisse guider et on prend le temps d'écouter. Il finit par de longues nappes enveloppantes. Une version très épurée, et très pure. Comme son interprète.

En bref : un artiste éclectique et inclassable qui puise sa musique et son verbe autant de son Haïti natale que de New-York, où il a fait ses classes. Un répertoire envoûtant à découvrir aussi en live pour une version plus chaloupée.

permalink



Note :
Tracklist :
01. Liberated (Tomorrow Can Wait)
02. Do You Know My Name
03. On Resp
04. I N g\’ Marron
05. Dear Mama
06. Choukoune
07. Everyday
08. It\’s All in Your Heart
09. So Much in A Man\’s Mind
10. Making it Right
11. This is Not America
12. Do You Know My Name (Alt. Version)(bonus)
DOWNLOAD2.png
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 11:20
http://www.radiochango.com/uploads/discos/En-Blanc__f550d66fa8ae058dd1fe45a3b5e79602.jpg
Découvrez la playlist Nour - En Blanc (2008)

icon_www_lang.gif  logo-myspace.jpg
NOUR presents its second disc, “En Blanc”, another step forward with eleven new songs. Similar to the previous album, the new songs are sung mixing Catalan, Arabic, Spanish and French to express sentiments, emotions, connections and the dreams created from a special mix of East and West. Eastern and Western civilizations, horizons, looks, oceans, north, south, deserts...Optimism...All of this is evoked in the new work by NOUR. “En Blanc” is revealed like a gulp of fresh air, a clean look of optimism and clarity. The diverse worlds that are integrated in these old concepts, these new virtual frontiers, are coherently blended; where the distinct rhythms find their natural means of expression, like in the first single and video clip, “I disengage from the lead”, where the basic funk rhythm is mixed with Arabic violins. With the same coherence we find gnawa rhythms under hip hop rhythms in “Fire” or a careful Arabic instrumentation that gives way to a great pop rock chorus in “From today to tomorrow”. On the title track of the album, “My mind is blank”, the urban rhythms, the electronic groove, create the ideal base for slow melodies and embrace the warm voices of Yacine and Olalla. The new songs on Nour provoke an emotional response; they reflect on a territory and embody a new musical path that is already a reality here. This disc is recorded by: Yacine Belahcene (voice), Olalla Castro (voice), Rubio (guitars), Manolo López (bass, double bass and Arabic instruments), Stéphane Carteaux (keyboards and programming), Pablo Potenzoni (drums). The same Yacine Belahcene, Manolo Lopez and Stephane Carteaux were responsible for the production and they counted on the collaboration of Marc Llobera for technical assistance. Also appearing on the album are the regular collaborators like the Algerian singer, Rabah Ourrad (MBS) and the Moroccan violinist, Mohamed Soulimane (The Barcelona Arabian Orchestra), with new choral contributions by Laura Guiteras, singer with Taima Tesao and an actress in the popular TV3 series “The heart of the city”.
permalink

Note :
DOWNLOAD1.gif
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 17:30

 
Depuis 1992, Frédéric Galliano occupe une place singulière dans le paysage des DJ-producteurs. Ses recherches sur les rapports entre musiques électroniques et le jazz -comme en témoigne ses productions avec les frères Belmondo ou Julien Lourau- mais aussi avec des références aussi diverses que l'art, la philosophie, ou les cultures de différents pays, l'ont amené aujourd'hui à développer un projet jetant une passerelle entre l'Afrique et les dancefloors. Un carnet de voyage sonore en Afrique Noire... Les voix magiques des divas africaines Hadja Kouyaté, Aissata Baldé et Ramatta Doussou, sont soutenues par des mix recueillis entre le Niger et le Sénégal où le jeune compositeur a promené son multipiste pendant quatre ans. Au-delà d'un travail de collectage, Frédéric Galliano témoigne par cette association des musiques traditionelles aux programmations électroniques, de son ambition de renouveler le langage de la musique africaine.
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 11:30

 
Tonolec est un duo dont les membres - la chanteuse Charo Bogarin et le guitariste Diego Pérez - viennent de la province de Chaco. Les deux musiciens se sont ainsi formés autour d’un concept simple, qui depuis quelques années porte ses fruits, mélanger l’électronique à la musique de leurs origines. Durant en effet près de trois ans, Tonolec s’est imprégné de la culture Toba, peuple indigène de cette province de l’Argentine, qui bénéficie de l’aide de l’UNESCO dans la préservation de sa langue et de bien entendu sa culture. Le duo reprend donc les chants de ce peuple et les réarrange à la sauce électro.
On est cependant très loin des projets à la Deep Forest, le projet de Tonolec se veut avant tout profondément humain et évite de finir comme musique d’ascenseur ou de jingle pour émission de radio en mal de sensations. Ne bénéficiant pas d’une production gargantuesque, l’orchestration est donc a minima, mais suffisamment efficace pour que leur premier album soit traversé par une foi quasi lumineuse, en ce qu’ils font. Ce n’est donc point une musique de stade que nous concocte le duo, bien au contraire, elle est suffisamment intimiste pour qu’elle s’installe de façon permanente en bande-son de cet été. L’occasion aussi de se pencher sur ce coin de la Terre et apprendre à faire connaissance avec le peuple Toba et de leur situation catastrophique.
permalink
Note :
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 17:00

 
World Pop music for the wired world: flamenco hot, reggae cool, salsa sassy. From the easy bop of "Vaghti ke" to the Flamenco yearning of "Tu Me Haces Falta" or the lashing passion of "Walking in her shoes" the Abjeez blend the rhythms and languages of the world into one great braza.
permalink
Note :
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 16:50

 
A classer parmi les bonnes surprises de la « música mestiza », comme on nomme en Espagne cette scène fusion notamment popularisée par Ojos de Brujo, LaXula ne s’en distingue pas moins avec un univers singulier, théâtral et déstabilisant. Peut-être parce que ce groupe espagnol est né dans les squats londoniens et a fait ses armes sur la route, mais surtout en raison de la personnalité de son égérie, Monte Palafox. L’élégant alliage de sonorités flamenco-rock, aux accents tout à la fois balkaniques, orientaux et tango (Soberbia, Mama, La Luna), gagne dans son chant une profondeur mystique digne de Chavela Vargas. Féministes, torturés et surréalistes, ses textes rappellent que LaXula n’est pas là pour rigoler. Son intrigante musique ne tarde pas à devenir envoûtante.
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 18:00


Découverte surprenante et agréable, par un bel après midi de glandouille active sur le PC, je surfe un peu sur Deezer et vais checker les nouveautés. Et là… …et là je tombe sur un album au titre qui me laisse quelque peu perplexe et je dois dire, attise sévèrement ma curiosité : il s’agit de l’album "Tzigane from Mars" de la chanteuse d’origine Hongroise Erika et de son groupe "Emigrante". Le nom de l’album donc, ne manque pas de m’intriguer et je me demande quel genre de mélange se cache derrière cette appelation. Je clique donc sur "lecture" et là ca explose, ca pétille ca entraine et ça met la pêche sévère ! La petite Hongroise et sa voix claire (et sensuelle, si si :P ) nous emmenent loin très loin dans la magie épicée de la musique Rom, sur fond de guitares électriques et de tablas survoltés. Parmis les compos du groupe, on trouve également quelques reprises bien senties de grands classiques tels que "Kashmir" (Led Zeppelin) ou de Vaya Con Dios (Johnny tu n’es pas un ange) avec juste ce qu’il faut de délices et de malices, et surtout un savant mélange des genres, tantôt Jazzy, tantôt Rock festif, tantôt ballade, … Les notes vagabondent d’un instrument à l’autre, au sein de cette troupe cosmopolite tant dans ses origines que dans la musique qu’ils distillent tous avec une élégance chaleureuse et une rigueur implacable .
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0