Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 11:00

http://bandcamp.com/files/30/76/3076913119-1.jpg

http://www.treblesandblues.com

http://www.myspace.com/treblesandblues

Origine du Groupe : North America
Style : Abstract Hip Hop Jazz
Sortie : 2011

From http://treblesandblues.bandcamp.com

Please visit www.treblesandblues.com to check out a detailed website that provides descriptions, music vids/beat vids, samples, and/or images for every track on The Blue Note. It will get you more familiar with what I was thinking as I built each track.

Thanks for the support!

Tracklist :
1.The Tempo 02:00
2.The First Time 02:41
3.808s and Quintets 01:54
4.Peace in Everything 02:48
5.Slum Love Japan (Interlude) 00:32
6.An Evening in Osaka 02:38
7.The Soulmate that Seldom Speaks 02:29
8.131 West 3rd Street 02:47
9.Win Against Them All 01:53
10.Pluto Jazz 02:09
11.Every Mind Has Changed (Outro) 02:22

mp3FREE DOWNLOAD

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 11:00

http://www.dustygroove.com/images/products/n/nobody~~~~~_soulmates_101b.jpg

http://www.myspace.com/nobodyelvin

Origine du Groupe : North America
Style : Abstract Hip Hop
Sortie : 2000


logo_listen.png

 

Par codotusylv pour http://www.fakeforreal.net

Tout commence vers 1998, quand Mike Nardone tombe sur une cassette d'instrumentaux concoctés par un californien quasiment inconnu. Séduit, le disc-jockey et animateur radio culte fait découvrir l'objet aux gens d’Ubiquity Recordings, qui décident de signer l’auteur. Elvin Estela alias Nobody enrichit alors cette petite compilation de travaux personnels. Et c’est un peu plus tard, en 2000, que sort un album amené à devenir une référence du hip hop instrumental, Soulmates.

L’album a été prisé à sa sortie, et plus encore après, mais il n’a pas connu pour autant d'accueil triomphal. C’est qu'il ne s'y prêtait pas. Soulmates était un disque discret et sans coup d’éclat, une longue suite contemplative et travaillée, un album très jazz, mais dans l’esprit plutôt que dans le son. Au lieu de donner dans les saxos, trompettes et pianos archi-rabâchés par le rap des années 90, Nobody a nourri son hip hop de chambre de groove lent, de space rock et de pop psychédélique 60’s, l’une de ses marottes, qu’il développera davantage encore quelques années après sur son second album, Pacific Drift.

Cela aboutit à quelques pièces absolument superbes, comme la bien mal nommée "Monotone" et son piano, ou comme le magistral "Green Means" et sa guitare montée de percussions, au passage les deux seuls titres qui se rapprochent de ce qu’un Shadow aurait pu proposer. Soulmates nous offrait également des plages plus originales, comme "Sixth Sense" et sa lente guitare mélancolique, comme "Outbreak" et ses boucles de guitares parcourues d’un son étrange, puis de flûtes, ou comme les clochettes de "For Those who Never Dream". Tout cela était irréprochable. Tout juste notait-t-on quelques titres de trop, quelques plages qui sombraient du mauvais côté de la musique molle du genou ("Syde Tryps", "Tone Therapy") et qui venaient un peu gâcher la fin du disque.

Nobody excellait sur les instrumentaux, mais pas seulement. Les titres rappés dont il avait parsemé son disque étaient du même niveau. Il faut bien dire qu’il n’avait pas convoqué n’importe qui. Outre Medusa, le beatmaker s'était arrogé les services des membres les plus éminents du Project Blowed, soient Abstract Rude (pour "Inner Eye", le moins mémorable des morceaux rappés), Aceyalone en solo sur "Faces of the Deep" et la Freestyle Fellowship au complet sur un convaincant "Planets Ain’t Aligned", sans omettre un 2Mex à l’époque davantage connu par les Visionaries qu’en son nom propre, et qui se distinguait sur l’orientalisant "Shades of Orange". Tous ces "soulmates" étaient venus apporter à Nobody la petite cerise sur le gâteau, des voix et des paroles à une musique qui n’en avait pas grand besoin et qui, à quelques minutes superflues près, frisait la perfection.

Tracklist :
1. prologue
2. for those who never dream
3. leading to the one
4. fiend of the fix (feat. medusa)
5. sun child
6. outbreak (extended solo version)
7. monotone
8. land loop
9. shades of orange (feat. 2mex)
10. noziroh
11. green means
12. sixth sense
13. planets ain't aligned (feat. freestyle fellowship) (oscillations version)
14. syde tryps
15. tone therapy
16. inner eye (feat. abstract rude)
17. epilogue
18. faces of the deep

mp3

Partager cet article
Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 15:00

http://bandcamp.com/files/65/82/658248101-1.jpg

http://www.myspace.com/ilsooge

Origine du Groupe : Italia
Style : Abstract Hip Hop
Sortie : 2009

Produced by Apollo Cream for Bari Beat Bandits

Tracklist :
1.Vuoi? 05:54
2.Cocoa Sun 02:21
3.Apollo Capdann 03:54   
4.Glock Away Skit 01:14
5.Tu Fait 05:33
6.Bapeppe Skit 01:28   
7.Le 3 03:12
8.Da Mo Vale 01:17
9.La Testa Del Maiale 07:16
10.Cerotti 04:48
11.Ma Laif Skit 02:05   
12.Alc Mainetti 04:32
13.Mezz A Via 01:38
14.Gonzo 06:23
15.G-Tank 02:29   
16.Me 06:57

mp3 FREE DOWNLOAD

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 11:00

http://static.bandeapart.fm/img/critiques/30906-300c.jpg

http://www.myspace.com/lereproducteur

Origine du Groupe : France
Style : Electro , Abstract Hip Hop  , Breakcore
Sortie : 2011

Par  JiHeF  pour http://www.vacarm.net

Entre électro teintée d’indus et abstract hip hop, Reverse Engineering dépeint au travers de sa musique un univers à la fois sombre et glacial, menaçant et futuriste. A la sortie de Duck & Cover en 2006, le trio suisse avait marqué les esprits de ses expérimentations sonores et technologiques. Avec la venue de son second opus, Highly Complex Machinery, il réitère sa formule et produit de ce fait un nouveau lot de morceaux déroutants, aux textures lourdes et synthétiques.

Inspiré aussi bien par la science-fiction que par les bandes-son de vieux films, Reverse Engineering est une formation qui n’hésite pas à colorer ses créations de références visuelles et de représentations cinématographiques. De scratchs en samples, de séquences en beats, Highly Complex Machinery emmène en effet l’écoute se perdre au gré d’un imaginaire surréel, quasi extraterrestre, où l’espace et le temps se verraient déformer par le martèlement des machines et le grincement d’une multitude de rouages mécaniques.

Composé à moitié d’instrumentaux, l’album présente d’autre part des featurings remarquables sur ses titres chantés. Ainsi, M. Sayyid (membre d’Antipop Consortium et d’Airborn Audio) pose un flow incisif sur le tranchant « Miracle That Glows » et le fantaisiste « Fly », tandis que l’américain Blu Rum 13 énonce de manière très « coulante » un « Defiance » fort plaisant. Les deux MC partagent d’ailleurs le micro à l’occasion d’un final percutant (« Future Shock »). Les voix féminines sont également de la partie : Jasmine, fidèle collaboratrice du trio (l’étrange comptine « Instant Art »), et surtout Diyala, jeune MC croate au phrasé décapant (« World In Reverse »).   

Fidèles à la ligne artistique qu’ils avaient initié sur leurs précédentes productions, les trois comparses de Reverse Engineering démontrent avec Highly Complex Machinery une créativité toujours aussi cohérente et prolifique que par le passé, qui l’on espère saura perdurer.  

Tracklist :
01. Highly Complex Machinery
02. Miracle That Glows (feat. M.Sayyid (Of Antipop Consortium))
03. Instant Art (feat. Jasmine)
04. Romeo Echo
05. World In Reverse (feat. Diyala)
06. Socially Acceptable
07. Fly (feat. M.Sayyid (Of Antipop Consortium))
08. Six Click
09. Defiance (feat. Blu Rum 13 (Of One Self))
10. Harmosaurus
11. New Values
12. Future Schock (feat. M.Sayyid (Of Antipop Consortium) & Blu Rum 13 (Of One Self))

mp3

Partager cet article
Repost0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 11:00

http://imgjam.com/albums/s75/75511/covers/1.200.jpg

http://www.jamendo.com

Origine du Groupe : France
Style : Abstract Hip Hop , Downtempo
Sortie : 2010

 Par Erwan  pour http://www.trip-hop.net

Les jours de pluie avec Bonnie, les platines sont de sortie avec les vinyles poussiéreux qu'on aime à ranger en bas de l'étagère pour le jour où... et le jour du mix est venu. Avec Rainy day - disponible en téléchargement libre sur Jamendo - les classiques s'enchaînent depuis Dan the automator (Anger management) sur The one à l'Endtroducing de DJ Shadow en passant par Blue foundation (Little by little). Rien de bien original en fait, mais là n'est pas la question. Le manque d'originalité est ici respectueux comme une manière de vous dévoiler un univers, un endroit familier où l'on aime errer sans trop se poser de questions. Le tout s'enchaîne avec efficacité. On adorera les élans Truffaziens de Borderline ou les accents rock de After the rain, the sun... et quand le disque se terminera sur le définitivement culte Endtroducing, on se dira que les jours de pluie chez Bonnie, c'est bien sympa.

Tracklist :
1. The one
2. Borderline
3. Rainy day
4. After the rain, the sun
5. Check sound
6. Sandman
7. Little by little - Blue foundation (Bonnie remix)
8. Endtroducing

mp3

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 11:00

http://bandcamp.com/files/11/28/1128946911-1.jpg

http://www.morgen-noi.de

Origine du Groupe : Germany
Style : Abstract Hip Hop
Sortie : 2011

From http://www.morgen-noi.de

We are excited to present our second Morgen Noi release !
Orange Air is the debut of Ju-Ar, who has been working in the last couple of years together with his good friend under the name of ‘Truestatiks‘. The solo Album was planned a long time ago, but couldn’t be realized until last year.
Orange Air shows Ju-Ar’s point of view of music with a thoughtful use of vocal bits, instruments and samples inspired by the golden-era of jazz and soul completed by a warm reel 2 reel tape sound.

 


Tracklist :
1.Prelude 01:14
2.Orange Air 03:34
3.Hey Girl feat. Salvia Kamili 04:05
4.Take Your Time 04:05
5.Cool Down 02:11    
6.Liquid Love 04:54
7.I Want You 03:02
8.Sun Rooftop 02:47    
9.Another Change 01:46
10.Trails Of History 03:00
11.Essence 04:04
12.Turn It Up 03:07
13.Flea Market Diamond 04:31
14.Gimme Some 03:13
15.Shape Of Things 04:57    
16.Ursula Rucker - Free At Last (Ju-Ar Remix) 02:06

 

mp3

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 15:00

http://www.adnsound.com/wp-content/uploads/twofingersalbum-500x500.jpg

http://twofingersmusic.com

http://www.myspace.com/2wofingers

Origine du Groupe : North America , U.K
Style : Abstract Hip Hop
Sortie : 2009

Par  Histo  pour http://www.adnsound.com

Fin mars coïncide avec l’arrivée dans les bacs d’un objet musical non identifié : « Two Fingers » ; le brésilien Amon Tobin et Joe « Doubleclick »Chapman.
On pourrait même le renommer Three Fingers, tant la présence du rappeur anglais Sway est importante ; oh, et puis, soyons fous ! ; Five Fingers, avec les featurings de Cecile et Ms Jade, cela nous donne donc une main, qui nous met une belle claque dans la figure, pour rester poli.

Ils s’en sont donné à cœur joie dans l’exploitation des samples d’instruments, de bruitages et autres bizarreries, créant un univers à la fois sombre (voire inquiétant) et attirant.

Comment rester de marbre à l’écoute de « Straw Men », où l’alchimie entre les diverses sonorités, le beat d’accompagnement et le flow sautillant de Sway, est quasi parfaite.

Comment ne pas se laisser envouter par la sirène Ms Jade, et son invitation dans son sous- marin (référence au sonar, et pas autre chose…), dans « Better Get That ».

Comment ne pas se faire entrainer dans le sprint musico-vocal de « That Girl ».

Toujours pas convaincus ?

Comment ne pas se laisser gagner par la fièvre ragga transmise par Cecile sur « Bad Girl », où ils se sont adaptés au style dancehall tout en gardant leur marque de fabrique.

Ou encore, comment ne pas céder à l’invitation à ce voyage, dans un souk aux épices, de Delhi ou Alep, dans « Jewels and Gems », titre aux parfums d’Orient.

En plus des morceaux chantés, l’album contient deux instrus : « Keman Rythm », un mélange d’ambiance arabo-andalouse et d’électro façon Prodigy (amusez vous à essayer de rapper dessus…dur ! dur !) ; et « Moth Rythm » où ils font visiblement appel aux extras-terrestre (c’était pas les champignons rouges qu’il fallait manger bon sang !).

Le problème dans ce méli mélo, c’est le manque de rythme qui peut pousser parfois à l’ennui. Les beats de base sont les plus dépouillés possible pour mettre en valeur les ajouts, d’où l’effet pervers de nous faire apprécier l’incontestable créativité et originalité des productions ; et à la fois de nous laisser sur notre faim quant à l’assemblage global des titres. On aurait aimé plus de basses, de percussions.

Quoiqu’il en soit, ce disque est indéniablement captivant, certainement bon, mais peut être un peu inachevé.

 


Tracklist :       
1 Straw Men featuring Sway (2:58)
2 What You Know featuring Sway (3:14)
3 Better Get That featuring Ms. Jade (3:05)
4 Two Fingers featuring Sway (2:49)
5 That Girl featuring Sway (3:15)
6 Keman Rhythm (3:16)
7 Jewels And Gems featuring Sway (3:52)
8 Bad Girl featuring Cecile (3:39)
9 High Life featuring Sway (3:15)
10 Doing My Job featuring Ms. Jade (3:39)
11 Not Perfect featuring Sway (3:27)
12 Moth Rhythm (3:13)

mp3

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 15:00

http://bandcamp.com/files/15/52/1552577826-1.jpg

http://www.myspace.com/leparasite

Origine du Groupe : France
Style : Abstract Hip Hop
Sortie : 2010

Par http://www.lzorecords.com

Salut Parasite, qui es-tu ?

Un faiseur de beat un peu en dilettante, je fait ça depuis 97. J’ai bossé avec des gens sur Tours pendant une dizaine d’année et je suis sur Nantes maintenant, où je continue à faire mes trucs dans mon coin, via quelques collaborations avec des contacts que les réseaux sociaux m’ont apportés..

Comment définirais-tu ton son en quelques mots ?

Samples, chargé, textures, ambiances, grains et amalgames… On le dit souvent cinématographique aussi.
En gros j’aime mélanger des trucs improbables, les beats qui ont du grain, les samples triturés qu’on ne peut plus identifier, et faire évoluer tout ça.

Tu es donc responsable de la production de deux titres de l’album “Les courants forts” : Et pourtant et Il y a. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette collaboration ?

Après Soul sodium, qui regroupait pas mal de ce qui se fait de mieux à mon sens en rap français, j’ai pas mal échangé avec Weeda Fresh et quelques-uns des gars qui posaient sur le projet. Je crois bien que c’est lui qui a boosté les connexions entre nous, et quand ils ont recherché des sons pour leur projet ils ont pensé à moi. Évidemment , j’aimais beaucoup ce qu’ils avaient fait jusque-là, et le coté hétéroclite de l’album laissait une place à mes sons. Le contact est super facile avec ces gars, et ils savent ce qu’ils veulent, ça facilite aussi les choses.
Je leur ai donc proposé quelques sons, ils ont enregistré sur 2 titres, qu’on s’est retrouvé à finir lors d’une session pré-mix dans la maison familiale d’Iris, avec notamment des petites rajouts de pistes de Olivier Mellano.

Tu sembles en rupture complète avec l’industrie du disque : on ne voit jamais ta gueule, tu sors des projets gratuits sur le net uniquement, tu sembles n’avoir aucun plan d’attaque. Est-ce naturel ou est-ce la volonté de ne pas sortir des préoccupations musicales pures ?

Je n’ai effectivement aucun plan d’attaque, je fais mes trucs dans mon coin et j’ai toujours préféré collaborer avec des gens qui mettent aussi la musique au premier plan. Tout ce qui est à coté m’intéresse moins, en tout cas en ce qui concerne la musique que je fais. Sinon on peut trouver quelques sons de moi sur des supports physique par ailleurs, comme sur Airmax de Grems ou le dernier truc de Vast Aire (cliquez les liens pour écouter ces titres).

Ta démarche se ressent jusque dans le matériel que tu utilises : jusqu’il y a peu, un simple tracker (logiciel à l’interface obscure issu des débuts de l’informatique musicale) gratuit te suffisait pour composer et mixer tes morceaux. Où en es-tu aujourd’hui ?

J’y suis retourné! J’ai voulu essayer de bosser sur autre chose, j’ai tenté Ableton live couplé à une MPC1000, c’est mortel et ça ouvre des possibilité que mon tracker n’envisage même pas, mais j’ai du faire machine arrière, ma vision du son, l’abstraction mentale que je m’en fais colle trop parfaitement à ce soft, je vais devoir porter ma croix encore longtemps je pense.
Faut quand même avouer que ce tracker, reconnait quasiment tous les plug-ins VST, gère l’automation… C’est plus Fasttracker non plus, en plus il évolue très régulièrement.

Te connaissant un peu, je parlais de toi à un ami commun récemment, qui me disait que tu semblais de plus en plus détaché vis à vis de la musique, comme si tu avais perdu le feu sacré. Peux-tu en parler un peu ?

Je fais ça effectivement en dilettante, je crois que j’ai beaucoup de mal à gérer une vie professionnelle trépidante et une activité musicale soutenue, la perte du feu sacré, c’est effectivement ce que je ressens. J’ai jamais eu autant de confort pour faire du son et paradoxalement j’en ai jamais fait aussi peu. Le taf alimentaire prend trop de temps et d’énergie mais je crois que le fait de découvrir avec le net que plein de mecs faisaient le même genre de sons que moi, souvent en mieux, m’a aussi progressivement enlevé l’impression de créer des choses vraiment originales. Un peu comme si le kif que je retire de la création musicale avait été amputé de tout ce que le besoin de mon ego générait, il ne resterait que la part hobby peut-être.

Quand tu rencontres quelqu’un qui ne sait pas ce que tu fais et demande à découvrir, que lui fais-tu écouter en priorité dans ton travail ?

Mes remixes et mon 1er album inachevé “Music 4 your neighbors” qui date de 2003. Les remixes donnent une image globale de l’étendue de ce que je peux faire, et même s’il commence à dater, le 1er album montre comment je peux réaliser un projet majoritairement instrumental, faire évoluer les morceaux etc…

Ton son est assez caractérisé par une certaine froideur, des nappes presque métalliques, et un son distordu, parfois écrasé. Quels sont les influences qui t’ont mené jusque-là ?

Merde ! Je trouve pas ça très flatteur ! Perso, je le trouve pas froid, et les nappes j’ai pas l’impression d’en utiliser tant que ça. Les influences vont du Hip Hop fin 90’s au Rock progressif, mais l’album Funcrusher Plus de Company flow a été le 1er album qui m’a montré qu’on pouvait vraiment faire partir les prods dans quelque choses de spécial. On me parle souvent de El-P quand on tente de comparer mon son, j’imagine que je ne trompe personne! Des mecs comme Sixtoo aussi, aujourd’hui le Dubstep et les traitements de son qu’on y trouve me fascinent pas mal aussi, j’essaye d’intégrer ça à ce que je fais déjà… Pas facile.

Ton dernier coup de cœur musical ?

Dark Time Sunshine, mon album de l’année pour l’instant, celui de l’année dernière était déjà le Graymaker, dans les deux cas tu retrouves du Grayskul dedans! Sinon j’ai récemment découvert les Arctic Monkeys au delà des quelques titres que je connaissais déjà, je trouve ça vraiment super bien foutu, avec un bête de son.

As-tu des projets en cours ou terminés qu’on pourra écouter bientôt ?

Un nouveau son sur une compile Dezordr , la 005 qui est dans les tuyaux, et je tente d’en finir avec un 2ème album principalement instrumental, avec quelques invités qui m’ont fait l’honneur de participer au projet, du national et du US pas trop connu, mais avec qui j’ai de bonnes relations de son depuis quelques années. Je sais pas encore comment ça va sortir mais j’aimerai bien faire découvrir ces sons qui murissent depuis des années déjà !

Tracklist :       
1.VAST AIRE - YOU KNOW (instrumental) - le parasite (04:00)   
2.BISC1 - HEAVY METAL REMIX INSTRUMENTAL (03:54)   
3.ONDE PARALLELE - Masque d'arctique (instrumental) (05:05)
4.ONDE PARALLELE - REGULATION (instrumental) (04:56)
5.ONDE PARALLELE - ASTRALWORX (instrumental) (05:23)   
6.MESTIZO - Camp fire Instrumental (04:52)
7."Jamais sans..." instrumental (03:50)   
8.ROOTS MANUVA - WITNESS TO FITNESS - LE PARASITE REMIX (instrumental)     (04:01)
9.HIP OPSESSION TKO 2009 ATTEMPT (02:01)

mp3

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 15:00

http://bandcamp.com/files/42/27/4227291880-1.jpg

http://caits.mvmt.com

http://www.myspace.com/caitlinmeissnerpoetry

Origine du Groupe : North America
Style : Spoken Word , Abstract Hip Hop , Nu-Soul
Sortie : 2010 

From Official Site :

Caits Meissner, well-known for her writing in respected poetry circles, and work as an educator/community organizer in youth circles, now steps out with a fantastic music project. Embedded in and influenced by the experimental hip hop community, Caits’ songs are word-driven vignettes delving deep into the heart of human experience: loneliness, inspiration, love and loss set over visually lush landscapes from current hip hop/electronic producers.

In regards to her past work, Erykah Badu calls her “fresh, honest and loving… a delicate heart like mine.” Doodlebug of Digable Planets describes her as “melodic words of wisdom… streetjazzoetry.” This round, surprising her fans by singing at times in her honest and edgy tone, Caits reveals the soulful songwriter beneath her poems. Something precious, her words beat like a full heart without false bravado, a seeking for something beyond, a prayer. The Wolf & Me is something that will linger in your soul.

The Wolf & Me is a multi-platform project, inspired by classic elements of the vinyl era, which includes a PDF download of the lyrics designed by Caits (who also holds a BFA in Graphic Design from Pratt Institute), art directed by designer Tishon Woolcock and shot by renown photographer Seth Kushner. London-based poet Warsan Shire contributes her words, reviving the lost of art of liner notes. According to Caits, The Wolf & Me aims to be “a multi-sensory journey, the kind of album you listen to under headphones, in the dark hours of the early morning.” She hopes the words bring you alive.

Caits has a substantial background in performance poetry but recently transitioned into working with music, most notably with German producers Comfort Fit and Portformat on the Tokyo Dawn record label. Originally from Albany, NY, she has been Brooklyn-based for the past eight years. Caits studied in Africa under Pulitzer Prize winner Yusef Komunyakaa, and building off such legacies as Gil Scott-Heron, works to create a musical experience rooted in storytelling.

 


Tracklist :       
1.intro: op. 67 instructions 02:19
2.instead (feat. Jesse Boykins III) 03:12
3.a song for the ordinary (feat. brokeMC) 03:12
4.blackest blood 06:07
5.interlude: op. 67 the temple 00:55
6.facing wind (feat. Dunce Apprentice & Maya Azucena) 03:57
7.alive in rebellion 02:04
8.something greater 02:43   
9.outro: op. 67 the horizon 01:10

mp3

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 15:00

http://www.thesirenssound.com/wp-content/uploads/2010/07/cover5.jpg

http://www.myspace.com/shiyugosha

http://wwww.00h13.com

Origine du Groupe : France
Style : Abstract Hip Hop , Trip Hop , Experimental , Instrumental
Sortie : 2008

Par CT   pour http://www.polychromic.org

http://www.polychromic.org/images/stories/Des_rives_sonores/electro-post_it/postit_shiyogosha_equilibre_dezordr_records.jpg

Tracklist :
01. Rêves
02. Chien enragé
03. 13 anges aux ailes brisées
04. Chaos
05. Camélias blancs
06. EdHel (et dehors les loups arrivent)
07. 7
08. Equinoxe
09. L’odeur de la poudre
10. Cicatrices

mp3

Partager cet article
Repost0