Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 11:00

 
Avant-hier en allant faire un tour chez mon libraire, mon organe visuel a été attiré par une ville incendiée surplombée par ces quelques mots : The Good, The Bad And The Queen. En bon consommateur, je me suis dit que j’allais acheter cet album, sachant que je ne pourrais y trouver que du bon à l’intérieur. Car non, je ne suis pas complètement ignare, je sais qui est le leader de ce nouveau groupe : Damon Albarn, chanteur de Blur et membre éminent de Gorillaz. Ce que je ne savais pas, par contre, et que j’ai appris par la suite, c’est que Paul Simonon, ancien bassiste du Clash, fait également partie de ce groupe. Imaginez donc l’envie pressante qu’il m’a pris d’écouter ce nouveau chef d’oeuvre. Je suis rentré et j’ai immédiatement lancé le CD. Diantre, ça commence par un petit riff de guitare sèche, avec l’impression étrange que c’est joué sur une guitare plus vieille que ta grand-mère. C’est simple, c’est efficace. Et là, par-dessus ce phrasé de guitare, la voix de Damon Albarn vient se poser. Je crois que la partie chant est ce que je préfère dans ce groupe. Ce type possède le don de me faire complètement planer rien qu’en chantant des paroles assez basiques : « If you don’t know it now then you will do ». Et là, comme si ce n’était pas assez, Simonon vient apporter sa contribution : le plan de basse est lancé, et là c’est juste l’extase. Surtout si tes enceintes ont de bonnes basses, en fait. La batterie démarre, peu après, donnant à l’ensemble un rythme déjà pré-existant. Diantre, c’est beau, et c’est surtout très homogène. La chanson se finit sur une cacophonie plutôt travaillée, avec un piano qui se rajoute, et des effets probablement ajoutés par Musique Assistée par Ordinateur. En bref, une chanson parfaite. Mais l’album tient-il la longueur ? De la même façon qu’History Song commence, 80’s life, la seconde chanson, débute par un plan de piano qui se répète tout au long de la chanson. La voix d’Albarn fait à nouveau son apparition, avec cette voix en plus des choeurs qui rendent très, très bien. La plupart des chansons commencent comme ça. Il y a toujours un plan qui reste jusqu’à la fin, que ce soit un plan de piano ou de guitare. Les parties basses sont justes magnifiques, et que dire du chant si ce n’est que ce mec est captivant. On obtient donc un album assez homogène, ce qui peut plaire ou déplaire. Personnellement j’apprécie, surtout que ce n’est pas que le style qui perdure mais également la qualité des chansons, et ça, c’est rare. Mes chansons préférées restent celles jouées à la guitare, donc par Simon Tong, ancien guitariste de The Verve et ayant contribué à Demon Days. On ressent par endroit la présence de Tony Allen, artiste d’afro-beat, notamment sur la chanson Northern Whale. En bref, ce nouveau groupe est une vraie tuerie, je le conseille chaudement. En espérant qu’ils passent le cap du second album.
permalink

Note :
Partager cet article
Repost0

commentaires