Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 18:00

http://www.actuzik.fr/wp-content/uploads/2010/03/molecule.jpg

Note :

http://www.molecule-music.com

http://www.myspace.com/moleculeindub

Origine du Groupe : France

Style : Electro Dub , Electro

Sortie : 2010

Tracklist :
01. Nymphes 1:26
02. Jamaica feat. Zig Zag 4:03
03. You Got Me feat. Flox 3:50
04. Jamais Choisi feat. F f & Leeroy 4:36
05. Our Town feat. Zig Zag 5:50
06. Feels Like You feat. Blond Dub Sexy Sound 3:39
07. Faluja (Isotroph Remix) 4:46
08. Ambush feat. Zig Zag 3:48
09. Baby Girl 2014 feat. Martina Topley-Bird 3:51
10. Na ades 1:45
11. L’Entr e Du Chef feat. Leeroy 2:45
12. Music Is My Protection 11:16

00000000000000DOWNLOAD


En trois ans et trois albums (" Part of you ", " In dub V1.0 " et " Climax "), Molecule s'est imposé au sein de la famille française de l'électro-dub. Une tribu dans laquelle il tient une place particulière. Car, grâce à la qualité et l'inventivité de ses créations sonores, Molecule a largement contribué non pas au renouveau du dub, mais à son enrichissement en l'orientant vers de nouveaux horizons musicaux. Participant, aux côtés d'autres, ténors ou de la nouvelle génération comme lui, à insuffler un second souffle à un courant musical en manque d'inspirations depuis quelques années déjà. Ce qui différencie l'artiste dans cet univers musical : une formule bien à lui concoctée à partir d'une base dub, à laquelle il a additionné intelligemment une dose d'électro + une bonne mesure de hip-hop + un soupçon de reggae et de trip-hop. Après avoir été secouée à coups de beats tranchants, amplifiés par une basse profonde, puis absorbée par quelques featuring consentants (les récurrents Zig Zag et Leeroy ou, plus surprenants, Charlélie Couture et Arielle Dombasle), la composition dévoile l'étendu de sa puissance. Au fil des trois albums, la formule Molecule n'a cessé de s'améliorer, de s'enrichir, de se bonifier, révélant écoute après écoute le potentiel de son inventeur et la diversité qui en fait son talent.

Alors, pourquoi ne retrouve-t-on pas le même enthousiasme à l'écoute de " Besides " ? Pourquoi l'alchimie n'opère-t'elle plus ? Ou beaucoup moins. La formule s'est-elle altérée ou ses effets déjà dissipés ? La réponse est en fait toute simple, et apparaît à la première audition : " Besides " pèche par son absence de nouvelles créations !
En y intégrant la fin de l'agréable triptyque débuté avec " Sirène " sur l'album Climax et se concluant ici avec " Nymphes " et " Naïades ", la moitié des titres du CD sont des remix ou reprises de titres existants : " Feels Like You ", " Faluja ", " Ambush " ou " Baby Girl 2014 ". Des titres puisés dans les trois précédents opus avec parfois le featuring original, comme Blond Dub Sexy Sound pour le premier cité, ou Martina Topley-Bird succédant à Zig Zag pour une énième version de " Baby Girl " dont le riddim constituait déjà l'ossature d'une foultitude de titres de " In dub V1.0 ". Bref, aucune surprise, voire un brin de lassitude ou d'exaspération, pour tous ceux qui suivent le parcours du compositeur.
Sans les quelques nouvelles compositions, " Besides " ne serait donc qu'une compilation. Une sorte de transition avant un prochain album que Molecule annonce différent, avec une sonorité " plus énergique, plus rentre-dedans, plus rock ". Pour l'artiste, " Besides " symboliserait l'amorce de cette mutation ". Surprenant, car aucun des nouveaux titres ne flirte avec le rock. " Besides " est plutôt imprégné de drum'n bass : avec une pointe de reggae chanté par Zig Zag (" Jamaica " et " Our town ") ou d'électro sur le survolté " You got Me " emmené par Flox. Le remix de " Faluja " et " Music is my Protection " étant eux plutôt d'inspiration sound system, parfaitement taillés pour le dance-floor.

Si musicalement " Besides " n'affiche pas de ruptures franches avec les précédents opus, les textes de " Jamais Choisi " et " L'entrée du chef " tranchent avec le discours associé à la culture hip-hop issue des cités. C'est à ce niveau que rupture il y a. Avec " Jamais choisi ", au refrain quelque peu ambigu, Féfé et Leeroy démontent méthodiquement les pré déterminismes des jeunes de cité : rien n'est figé, l'avenir dépend de choix individuels. Le second texte, plus incisif et brillamment ciselé, est un pamphlet cruel sur le monde du rap, celui-là même issu des territoires précédemment cités. Le flow de Leeroy ne donnant à son texte que plus de poids.
" Besides " étant donc loin de refléter la mutation annoncée, il se présente plutôt comme un ersatz des précédents albums. Une compilation améliorée, d'où une réelle déception

Par Stéphane
permalink

Partager cet article
Repost0

commentaires