Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 12:55
http://www.juslikemusic.com/wp-content/uploads/2010/01/bbs1.jpgNote :

http://www.bonobomusic.com
http://www.myspace.com/sibonobo

Sortie : 2010
Style : Electro , Electro Acoustic

Tracklist:

01 - Prelude
02 - Kiara
03 - Kong
04 - Eyesdown Featuring Andreya Triana
05 - El Toro
06 - We Could Forever
07 - 1009
08 - All In Forms
09 - The Keeper Featuring Andreya Triana
10 - Stay The Same Featuring Andreya Triana
11 - Animals
12 - Black Sands

DOWNLOAD1.gif
Mirror



Après le retour de Blockhead , voici celui d'un autre artiste électronica historique de chez Ninja Tune : Bonobo. Moins attendu que le premier, le nouveau disque de Simon Green avait été annoncé par un single peu convaincant (chroniqué ici) et faisant craindre l'accentuation des parties chantées dans le genre de celles présentes sur son précédent LP, Days To Come. A l'écoute de Black Sands, l'Anglais n'a pas forcé sur les voix, préservant son électro tranquille d'une chute fatale vers le lounge, même si le single The Keeper est toujours aussi insipide avec une Andreya Triana dont on attend plus sur son premier album à venir. Outre, Eyesdown sur lequel pose un discret timbre féminin qui n'est pas désagréable, l'autre piste chantée, Wonder When, n'est pas plus enthousiasmante. Car c'est sur instrumental que Bonobo assure vraiment et fait preuve d'orignalité, ou alors en ajoutant seulement une voix sourde comme sur All In Forms. Dans un style entre électronica et drum'n'bass, il déroule ses ambiances sobrement dansantes et colorées avec des constructions habiles. On apprécie ainsi Kiara et son violon lancinant ou Animals et sa progression attachante vers un solo de saxophone enflammé et un final éclatant. L'album se termine sur un titre mélancolique, avec une forte présence de cuivres, qui laisse un peu sur sa faim. Malgré un disque plutôt réussi, l'Anglais n'égale pas son excellent Dial M For Monkey et ne devrait pas marquer les esprits en attente de sons plus novateurs. En effet, ce Black Sands rappelle les grandes heures passées du label sans toutefois en avoir tout à fait le niveau.
permalink

Partager cet article
Repost0

commentaires

H


vos critiques sont quelque peu étonnante, les titres qui justement nous tire de l'univers de Simon Green qui bien que maîtriser est largement éprouver sont bien ceux ou Andreya triana apporte sa
touche. votre ton acerbe n'apporte rien à votre analyse et heureusement pour nous Simon Green lui, à su donner à cette chanteuse les moyens de s'exprimer dans des nuances que vous n'avez de toute
évidence pas la sensibilité pour apprécier.


musicalement



Répondre