Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 14:00


Si vous recherchez la définition du mot « prolifique » dans le dictionnaire, il y a des chances que vous retrouviez une photo d’Omar Rodriguez-Lopez en annexe. Avec ses huit albums solos en quatre ans (deux autres sont déjà prévus pour 2009), ses trois albums de collaborations et ses quatre albums, un E.P. ainsi qu’un live produits au sein de The Mars Volta, on comprend bien que la paresse n’est pas une option chez ce compositeur, réalisateur et multi instrumentaliste. Si toute cette activité est déjà impressionnante en soi, on s’étonnera davantage du fait que chacune de ses productions renferme un niveau de qualité enviable. Old Money ne fait pas exception à la règle; malgré son côté chaotique qui ferait se gratter la tête au plus aguerri des fans de musique expérimentale, Rodriguez-Lopez réussit à y mettre un ordre méticuleux qui éclipse l’idée de l’improvisation à outrance. Impossible de ne pas tenir ses écouteurs à deux mains pour tenter de capter toute la richesse sonore que cet album renferme. Les changements de dynamique sont imposants, mêlant à la fois rock, funk, jazz et psychédélique avec ses guitares, synthétiseurs, thérémine, clarinettes, batterie et basse qui se superposent et se déconstruisent à leur gré en une multitude de couches sonores. Et c’est justement cette balance entre le contrôlé et l’incontrôlable qui fait de Old Money un album non seulement hautement ambitieux mais aussi hautement réussi.
(Yannick Valiquette)
permalink



Note :
Partager cet article
Repost0

commentaires