Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 16:57




La Panika fait partie des quinze formations de la compagnie du Tire-laine, un des collectifs emblématiques de la région lilloise où s’entremêlent musiques tsiganes, klezmers et autres swings manouches. Fanfare mais pas que, la Panika est le fruit de mille rencontres, mille tumultes, mille folies, mille péripéties... Benito BLANCQUAERT, chef de file et saxophoniste époustouflant de la formation, rencontre en 1996 Arnaud VAN LANCKER (Nono), directeur artistique et fondateur de la Compagnie du Tire-laine. Les projets fusent. Il joue dans « Sergan le Rom » puis avec les musiciens du Taraf Borzo, notamment en compagnie de Jean-Pierre LIETAR, trompettiste émérite avec qui il se lance dans une tournée inoubliable au cours de laquelle il croise le grand maître clarinettiste bulgare Yvo PAPASOV ou encore Mladen MALAKOV. En 2001, Benito découvre dans les rues de Gand l’accordéoniste Pesho ELMAZOV un rom de Bulgarie, et c’est le coup de foudre. Des rencontres qui ont scellé le destin de la Panika, celle de Pesho ELMAZOV, Jean-Pierre LIETAR et Benito BLANCQUAERT en fait bien évidemment partie. C’est le début d’une amitié fraternelle. L’âme de la PANIKA est née, une fanfare « bulgaro-franco-belge ». Avec les « gros », Vincent HOUZIAUX, Christian LAISNE, Antoine MARÉCHAL (tubas), Gaspard VANARDOIS (banjoïste du Taraf Dékalé et guitariste du Taraf Borzo) et Théophile DEMARCQ (percussioniste de Swing Gadjé et du Taraf Dékalé), la Panika est devenue une fanfare incontournable des musiques tsiganes des Balkans, fortement influencée par les musiques roms de la mer Noire. Le groupe compte à présent plus de 150 déambulations et concerts, et confirme ainsi sa dimension européenne. Plus récemment, Apaz DEMIR SEVGILIM (clarinette) et Mitko CHAKAROV (trompette), deux musiciens hors pair, descendants directs de la lignée des grandes familles de musiciens roms qui perpétuent depuis des siècles, génération après génération, leur répertoire dans la région de Shumen en Bulgarie, apportent à la Panika ce souffle unique et incroyablement tsigane !
permalink



Note :
Partager cet article
Repost0

commentaires